Actualités :: Burkina : Ce qu’il faut retenir de la Déclaration de politique générale du (...)

A l’instar des précédents Premiers ministres du Burkina Faso, Me Apollinaire Kyelem de Tambela a sacrifié à la traditionnelle Déclaration de politique générale (DPG), le samedi 19 novembre 2022. Un exercice qui a convaincu les députés de l’Assemblée législative de transition (ALT), qui l’ont l’adoptée par 64 voix pour, quatre contre et une abstention. Retour sur certains axes majeurs de cette DPG.

D’emblée, le chef du gouvernement, Me Apollinaire Kyelem de Tambela, a prévenu les membres de l’ALT qu’il ne va pas prononcer un discours protocolaire. « Je ne suis pas venu égrainer un chapelet de promesses. Je suis venu vous demander, tout au long de votre mandat, de donner au gouvernement les moyens d’action pour répondre aux aspirations du peuple burkinabè », a-t-il débuté.

Ainsi, le Premier ministre a donné le ton. La sécurité est la priorité des priorités de ce « gouvernement de combat ». Du côté du pouvoir législatif, les députés sont en mission et ils ne sont pas des « députés de gestion », a clarifié Me Apollinaire Kyelem de Tambela. « L’essentiel des moyens sera orienté vers la sécurisation du territoire et des populations. Moyens matériels et financiers, aussi bien qu’humains, culturels et spirituels ».

En plus du terrorisme, le chef du gouvernement a fait mention de l’insécurité qui existe dans les cités, les rues et les familles, qui menacent le vécu quotidien des Burkinabè. « Le gouvernement veillera à une meilleure appropriation du code de la route par les citoyens et à une application rigoureuse des différents textes encadrant la circulation routière », a-t-il signalé. Et d’ajouter que le code de la route sera enseigné dès l’école primaire.

Ne pas fermer les yeux sur nos réalités

Comme annoncé dès le premier contact avec le président de la transition, le capitaine Ibrahim Traoré, le deuxième objectif de ce gouvernement est le « bien-être des Burkinabè ». Selon le Premier ministre, « la paix sans le développement est une paix fragile. Elle pourrait être perturbée par n’importe quel évènement, si insignifiant soit-il ».

Ainsi, Me Apollinaire Kyelem de Tambela et son équipe comptent mettre en place des mesures concrètes, incitatives et d’orientation. « Nous ne pouvons pas assurer le bien-être de la majorité si nous fermons les yeux à nos réalités, tout en les gardant grand ouverts sur celles des autres », a-t-il insisté.
Pour ce faire, les domaines de l’agriculture, l’élevage, les infrastructures routières et ferroviaires, la santé, l’éducation, la culture, le sport et l’organisation sociale vont connaître de nouvelles orientations pour un Burkina Faso plus prospère.

Lutter contre la corruption

Le troisième et dernier objectif de ce gouvernement étant l’amélioration du système de gouvernance, Me Apollinaire Kyelem de Tambela demande aux Burkinabè d’« oser inventer l’avenir », en citant Thomas Sankara. Pour ce faire, le Premier ministre appelle à une « refondation de la société ».

« Il ne saurait y avoir de cohésion sociale dans une société gangrénée par la corruption », a déclaré le chef du gouvernement. Il a indiqué que la corruption crée des inégalités qui ne trouvent pas leurs justifications dans l’application des lois. C’est pourquoi, le Premier ministre invite toute personne ayant connaissance d’un fait de corruption établi à le porter à la connaissance des autorités compétentes.

En plus de la corruption, l’actuel gouvernement veut s’attaquer à la crise foncière. « Ces dernières années, la spéculation foncière a pris une ampleur considérable en milieu urbain, et surtout en milieu rural », a reconnu le Premier ministre. Comme solution, il prévoit un recensement, afin « d’y mettre de l’ordre ».

Lire aussi Tensions foncières et de logements au Burkina : Une réalité qui défie les gouvernements

« Outre l’éducation à la citoyenneté et la lutte contre la corruption, il nous faut repenser notre système politique », a recommandé le chef du gouvernement. « Si le temps le permet », selon Me Kyelem de Tambela, son gouvernement va mettre en chantier l’élaboration d’une Constitution innovante fondée sur les réalités historiques, culturelles et sociales du Burkina Faso.

La décentralisation effective, la réduction du train de vie de l’État, la réorganisation de l’armée et la politique étrangère sont, entre autres, les autres chantiers de ce gouvernement.

Lire aussi Burkina : « Il ne sera pas question de nous laisser dominer par un partenaire, qui qu’il soit », dixit le Premier ministre Kyelem de Tambela

Synthèse de Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Grande interview du président de la transition : Retour (...)
Interview télé du capitaine Ibrahim Traoré du 3 février (...)
Burkina : Le président Ibrahim Traoré assure que les (...)
Appel au meurtre du journaliste Newton Ahmed Barry : (...)
Continent africain : La gouvernance globale stagne (...)
Burkina : « Il est aussi urgent de mettre fin à ce plan (...)
Vie des partis politiques : La composante « Autres (...)
Burkina/Justice : « Il y a un problème ; il n’y a que les (...)
Transition politique au Burkina Faso : Le chronogramme (...)
Gestion des aires protégées : L’ONG AGN et le ministère (...)
Ministère de l’Agriculture : Le Conseil d’administration (...)
Burkina :« Nous ne sommes ni dans une guerre ethnique ni (...)
Burkina : « Ce pays-là a toujours su faire face à toutes (...)
Burkina Faso : Zéphirin Diabré porte plainte contre (...)
Réformes politiques au Burkina : « En démocratie, il est (...)
Commune de Bobo-Dioulasso : Une session extraordinaire (...)
Arrondissement 3 de Bobo-Dioulasso : Après six mois (...)
Politique au Burkina : Zephirin Diabré nie toute (...)
Corruption au sein de l’armée : « A ce jour, aucun de ces (...)
Burkina : « La première déclaration du chef du MPSR 2 (...)
Politique : « Nous ne sommes pas un parti électoraliste, (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12138



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés