Actualités :: Auto-emploi au Burkina : Signature d’une convention au bénéfice de 1500 (...)

Le coordonnateur du projet Job Booster SEC, Magloire Tarpaga, et le directeur général de l’éducation non formelle (DGENF), Kirassai Zio, ont procédé, ce mardi 1er mars 2022, à la signature d’un protocole d’accord d’un montant de 66 millions de francs CFA pour faciliter l’accès de 1 500 jeunes vulnérables, à des formations à la carte au sein des Centres d’éducation de base non formelle (CEBNF).

Ce partenariat manifeste la volonté stratégique du projet Job Booster SEC de donner une seconde chance aux jeunes vulnérables ne disposant pas de compétences conditionnelles de base nécessaires pour prendre part aux différentes sessions de formation. Il ambitionne ainsi de faciliter l’accès de 1 500 jeunes vulnérables (dont 60% de jeunes filles), à des formations à la carte au sein des Centre d’éducation de base non formelle (CEBNF).

Le coordonnateur du projet, Magloire Tarpaga, a confié qu’à terme, ces 1 500 jeunes des régions du Sahel, l’Est et du Centre-nord, seront en mesure de lire, d’écrire et de compter dans leurs langues maternelles. Mais ce n’est pas tout. En plus de l’alphabétisation, poursuit-il, les jeunes recevront au sein des CEBNF, une formation professionnelle dans des métiers en phase avec le marché et seront suivis et accompagnés à l’emploi/auto emploi.

Selon M. Tarpaga, Job Booster SEC stimule l’emploi des jeunes dans les contextes difficiles des régions concernées

Au regard de l’importance de cette initiative, il a sollicité l’engagement de la Direction générale de l’éducation non-formelle (DGENF) pour une mise en œuvre réussie du présent protocole. Cela contribuera à redonner de l’espoir à plus d’un millier de Burkinabè dans les régions à fort défi sécuritaire.

Son appel n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, puisque le premier responsable, Kirassai Zio, a assuré qu’ils se sont donnés toutes les chances pour la réussite de ce projet. « Nous avons déjà défini un planning des activités. Après la signature de cet accord de partenariat, Job Booster SEC va libérer un certain pourcentage des 66 millions de francs CFA afin qu’on puisse organiser une rencontre de cadrage avec les acteurs impliqués dans la mise en œuvre de ce projet notamment les responsables déconcentrés, les responsables des structures dans lesquelles seront formés les apprenants”, explique-t-il.

Le directeur général de l’éducation non-formelle a positivement loué ce partenariat naissant

Cette rencontre de cadrage devra permettre de baliser le terrain pour le recrutement des apprenants dont l’âge est compris entre 15 et 34 ans ; des formateurs et des animateurs. Elle servira également de cadre pour définir les métiers à dérouler dans les centres de formation. "Le projet s’étale sur 10 mois, mars-décembre 2022. A partir de juin, il y aura une petite pause pour permettre aux apprenants d’être utiles à leurs parents dans les différents travaux champêtres. Nous reprendrons certainement en octobre. On vous donne rendez-vous en décembre avec l’atelier d’évaluation", a indiqué le DGENF.

Pour rappel, le projet Job Booster SEC co-financé par l’Ambassade des pays Bas au Burkina Faso, est une initiative de trois ans (2021-2023). Son objectif : améliorer les conditions de vie d’au moins 10 000 jeunes à travers la formation et l’insertion professionnelle (15% d’emplois salariés et 85% d’auto emplois). La cérémonie du jour contribue à l’atteinte de cet objectif.

Photo de famille

Pour l’année 2021, près de 3 000 jeunes ont reçu des formations en compétences de vie, en entrepreneuriat et des formations techniques. Ils reçoivent actuellement du business coaching pour créer de microentreprises viables et pérennes. Le projet JB-SEC est mis en œuvre par un consortium d’organisations. Il s’agit de l’ONG néerlandaise Woord en Daad, le Secrétariat permanent des ONG (SPONG) et le Conseil national de la jeunesse (CNJ).

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Transition au Burkina : « Réconciliation, refondation et (...)
Transition au Burkina : « Nul ne peut se prévaloir du (...)
Burkina : Le Premier ministre évoque une éventuelle (...)
Burkina : L’ex majorité présidentielle déplore d’avoir été (...)
Paix et réconciliation nationale : Le Président du Faso (...)
Burkina/Politique : Une alliance de partis rejette (...)
Burkina Faso : Les futures élections vont se tenir en (...)
Crise au sein du CDP : « Pour nous direction politique, (...)
Burkina/Politique : Eddie Komboïgo convoque son bureau (...)
Commune de Bobo-Dioulasso : Les membres de la délégation (...)
Centre-ouest : Les femmes du CDP plus que jamais (...)
Insécurité au Burkina : Roch Kaboré et Paul-Henri Damiba (...)
Détention de Roch Kaboré : Une marche-meeting le 2 (...)
Grand prix Manéga de la paix : Des personnalités (...)
Bobo-Dioulasso : Des OSC demandent la démission du (...)
Commune de Dapélogo (Plateau central) : La délégation (...)
Opération mana mana : « Si nous pouvons nous mettre (...)
Opération Mana-mana : Le Premier ministre se réjouit de (...)
Burkina/politique : Eddie Komboïgo répond à la lettre de (...)
Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) : Un (...)
Enquête de perception des 100 jours du MPSR

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11697

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés