Actualités :: Gouvernance au Burkina : Le Balai citoyen dans une réflexion prospective sur (...)

« Construire et stabiliser les institutions politiques (post-élection) en Afrique de l’ouest : le cas du Burkina Faso ». C’est sous ce thème que l’organisation de la société civile, le Balai citoyen, a, le samedi 16 janvier 2020 à Ouagadougou, tenu un atelier de réflexion prospective sur les institutions.

Il s’est agi, à terme, d’identifier différents scénarii des avenirs possibles et d’apporter une aide à la décision pour améliorer la stabilité des institutions politiques. Les participants ont réfléchi autour de plusieurs sous-thèmes, à savoir les alternances institutionnelles : pourquoi ces ruptures de l’ordre constitutionnel ; les alternances démocratiques : qu’est-ce qui favorise l’alternance démocratique ; les régimes de transition : quelles sont les bonnes pratiques pour une transition réussi et, enfin, l’efficacité des institutions : qu’est-ce qui explique l’efficacité des institutions démocratiques ?

Vue de participants, avec au milieu, Professeur et homme politique, Étienne Traoré

« Cet atelier se justifie par le fait qu’après chaque élection, il y a des institutions qui se mettent en place et la vie des pays est étroitement liée au fonctionnement des institutions. D’où l’importance de mener des réflexions sur ces institutions, pour voir comment avoir un fonctionnement optimal dans l’intérêt des populations, dans l’intérêt général. Nous sommes en démocratie, on ne peut pas se payer le luxe de ne pas réfléchir permanemment sur les institutions qui ont en charge l’animation de la vie du pays. Ce, d’autant plus que la démocratie est une dynamique et elle est ‘’jeune’’ en Afrique. Les institutions sont fragiles, il faut voir quelle réflexion mener pour les consolider, dans le sens d’avoir une certaine stabilité au niveau des Etats ; parce que sans stabilité, il n’y a pas de développement », campe le porte-parole du Balai citoyen, Eric Ismaël Kinda.

Le porte-parole du Balai citoyen (au milieu) et des proches collaborateurs, à l’ouverture des travaux

L’activité, qui a regroupé une trentaine d’acteurs politiques, de mouvements citoyens, de jeunes activistes, de lanceurs d’alerte, de chercheurs, d’universitaires et autres acteurs intervenant dans la gouvernance politique, visait donc à mener une réflexion prospective qui va servir de base à la formulation de nouveaux paradigmes à la légitimation du pouvoir politique et à la stabilité des institutions au Burkina.

L’atelier s’est déroulé sur une approche participative de l’animation de trois groupes appelés « World Café » (qui se comprend comme un processus créatif qui vise à faciliter le dialogue constructif et le partage de connaissances et d’idées, en vue de créer un réseau d’échanges et d’actions).

Il devra permettre de favoriser une meilleure compréhension des enjeux (les grandes réformes, le jeu des acteurs politiques ou citoyens dans les situations d’alternances constitutionnelles et institutionnelles) relatifs à la stabilité des institutions politiques ; renforcer les capacités des acteurs de la gouvernance à insérer des pratiques novatrices mieux ancrées dans les réalités des populations ; créer une force mobilisatrice, une synergie et un partenariat renforcé entre acteurs de la gouvernance politique au Burkina.

Ici, Abdoul Karim Saïdou (gauche), un des intervenants à l’atelier

Le Balai citoyen est membre du Réseau de partenariat mondial (GPN) qui compte des acteurs du monde universitaire et de la société civile. Il se veut un regroupement ambitieux et prometteur d’établissements d’enseignement supérieur et de groupes de la société civile pour la recherche, l’enseignement et la formation autour du SDG 17 (ODD 17) : renforcer les moyens de mise en œuvre et revitaliser le partenariat mondial pour le développement durable.

Les responsables du Balai citoyen, qui disent apprendre beaucoup du GPN, ont rappelé que c’est grâce au travail dans ce réseau qu’a été obtenue la bourse doctorale Thomas Sankara de l’Université de Kassel en Allemagne ((4) LeFaso.net - Publications | Facebook).

O.L
Lefaso.net

Assemblée nationale : C’est parti pour la 1re session (...)
Vie politique : La Marche pour la Patrie (L.M.P) adhère (...)
Burkina : L’APP/Burkindi opte pour l’opposition (...)
Vie politique : Le Faso Autrement dans l’opposition
Burkina : « Le gouvernement n’est pas en train de (...)
Politique : Le parti « Soleil d’avenir » rejoint (...)
Décès de la députée Claudine Ouédraogo : L’Assemblée (...)
Déclaration d’appartenance : Le parti politique (...)
Chef de file de l’opposition : On ne se bouscule pas au (...)
Politique : Nouvelle démocratie sociale (NDS) s’affilie (...)
Réconciliation nationale : « Peut-on juger le dossier de (...)
Vie politique : Le mouvement « Agir Ensemble » planche (...)
Bobo-Dioulasso : Le CGD mobilise les forces politiques (...)
Politique : Le parti du Réveil patriotique du Faso (...)
Réconciliation nationale : Le parti « La Marche pour la (...)
Commune de Loumbila : « Nous avons 31 villages et une (...)
Conseil des frontières : Les membres se concertent à (...)
Justice au Burkina : « Construire ensemble l’Etat de (...)
Rencontre statutaire avec le Conseil supérieur de la (...)
Commission de l’Informatique et des Libertés : La (...)
Cadre de concertation du CFOP : Eddie Komboïgo invite (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10857


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés