Actualités :: Prêches du dimanche de Ismaïl Derra : Un jeune érudit qui fait courir les (...)

Cela fait plus d’une année que la mosquée du vendredi du secteur n° 7 ne désemplit pas tous les dimanches soirs. Ils sont chaque fois des centaines et des centaines de fidèles musulmans à venir hebdomadairement de 16 h à 18 h écouter Ismaïl Derra, un jeune érudit aux prêches accrocheurs.

Dimanche dernier, il y avait encore une foule nombreuse venue "s’abreuver" des enseignements de Ismaïl Derra et la pluie qui a arrosé la ville n’a pas pu démobiliser l’auditoire qui s’est tout juste abrité dans la mosquée et les hangars le temps que s’arrête l’averse. Tout de blanc vêtu avec un fin collier de barbe lui ceinturant le visage, Ismaïl Derra parle avec éloquence et d’un ton posé. Quand on lui demande si on doit l’appeler el hadj, Imam ou Cheick, l’homme répond avec sourire "ce sont des titres pour glorifier les gens et il ne m’appartient pas de me glorifier. Cela n’a pas d’importance pour moi et je me présente toujours simplement en tout que Ismaïl Derra".

C’est précisément le 6 juin 2004 que le charismatique Derra a commencé ses prêches au secteur n° 7 et sa réputation a très vite fait le tour de la ville pour attirer même des non musulmans chaque dimanche soir. Ismaïl Derra a appris à parler en public très tôt.

C’est à dix ans que, encouragé par son père, el hadj Adama Derra, s’est adressé pour la première fois à des fidèles après la prière du coucher du soleil (Magrib). "Et depuis ce temps, je n’ai plus jamais cessé de prêcher", explique Ismaïl Derra. "J’ai commencé l’école coranique avec mon père. J’ai aussi fréquenté l’école en langue française mais mon père m’a retiré très tôt pour la médersa centrale. J’ai poursuivi ensuite mes études universitaires en Egypte et dès mon retour au pays j’ai repris mes prêches et enseignements religieux".

Mais qu’enseigne exactement, Ismaïl Derra, lors de ses prêches ? L’orateur explique : "Nous enseignons surtout la foi islamique et ce que devrait être la vie du musulman en société. Chaque dimanche nous étudions les écrits de l’Imam Malick qui vivait à Médine et qui a consigné les enseignements du prophète Mohamed. Cela s’est passé cent ans après la mort du prophète. C’est sur ce livre que nous échangeons avec tous ceux qui viennent nous écouter.

Chaque séance a son thème et aujourd’hui nous avons parlé des conditions pour implorer Dieu. Après cette étude nous abordons toujours un sujet de société car l’éducation et l’instruction religieuse pour une vie positive en société sont très importantes pour le musulman. Nous échangeons ainsi sur la vie en société.

Par exemple comment vivre avec ses voisins, comment se comporter avec ses parents et les personnes âgées. La semaine prochaine nous allons parler de la femme et de la fille musulmanes. Nous avons donc demandé aux gens de venir avec leurs femmes et leurs filles".

Présent à la séance de dimanche dernier, le grand imam de Ouagadougou, El Hadj Aboubakar Sana ne tarit pas d’éloges sur le jeune Derra : "Ismaïl Derra a un savoir très étendu et sa jeunesse fait que la communication se passe très bien avec l’auditoire composé essentiellement de jeunes. Avec des jeunes comme Ismaïl Derra, nous sommes convaincus que la relève dans le domaine de l’expansion de la foi musulmane est bien assurée".

Infatigable, Ismaïl Derra va partout où on a besoin de lui pour l’affermissement de la foi musulmane.

Hamado NANA
Sidwaya

Burkina Faso : Les prix des hydrocarbures augmentent dès (...)
Ouagadougou : Un enfant de 12 ans meurt des suites d’une (...)
Ouagadougou : Un exercice militaire prévu ce 19 août (...)
Crise alimentaire au Burkina Faso : Save the Children (...)
Burkina/Drame de Perkoa : Deux responsables de la (...)
Burkina/Education : La coopération française prend en (...)
Rentrée académique 2022-2023 : Inscrivez-vous à (...)
Société : « La gestion des conséquences de l’insécurité est (...)
Droits des femmes en Afrique : Les 9 recommandations de (...)
Sécurité urbaine au Burkina : Vers la mise en place d’une (...)
Conflits fonciers au Burkina : Les agents des services (...)
Bobo-Dioulasso : Des acteurs renforcent leurs capacités (...)
Inondations récurrentes à Dakar : Victor Sondo se penche (...)
Université de Ouahigouya : Un incident de mine fait un (...)
Association destin en main : La coordination régionale (...)
Université de Ouahigouya : La salle de reprographie (...)
Plainte des parents des victimes de l’inondation de la (...)
Pèlerinage à Yagma : « Nous devons abattre les murs de (...)
Cancer du sein : Un million cinq cent mille francs CFA (...)
Régions du Centre-Nord et du Sahel : Des infrastructures (...)
Ouagadougou : Ces compteurs de la SONABEL dans des (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31080



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés