Actualités :: 8-mars : Mesdames, « inspectez la chose de vos maris ! »
Dr Charlemagne Ouédraogo

La journée du 8 mars n’est pas passée inaperçue au Burkina. Du côté des « ouvrières du transport », l’heure était à la réflexion sur les problèmes de sexualité dans le couple. Sollicité pour traiter de la question, le Dr Charlemagne Ouédraogo ne s’est pas dérobé. Pour l’occasion, la cantine de l’aéroport de Ouagadougou a été transformée en un vaste auditorium.

En guise de préliminaires à son exposé, le Dr Ouédraogo tente de mettre son auditoire en confiance : Il s’agit dit-il, d’une discussion franche et sincère. Les femmes sont donc invitées à sortir de leur réserve « pour poser toutes les questions » qui leur tiennent à cœur.

Après quoi, place est faite à la causerie. A l’aide d’un rétroprojecteur, le conférencier inspecte la vie sexuelle du couple dans toutes les positions. Non sans une dose d’humour. Comme lorsqu’il invite les femmes à arrêter les mauvaises pratiques en matière de toilette vaginale : « le vagin n’est pas un plat », lance t-il à une assistance subjuguée par sa maîtrise du sujet.

Sous un autre angle, il conseille à ses patientes d’une soirée, de faire preuve de créativité et d’imagination au lit. Il lance alors : « Mesdames, apprenez à toucher et à connaître la chose de votre mari, c’est pour vous ! » Le public part d’un fou rire, accompagné d’interminables applaudissements.

Sereinement, il poursuit : « parlez—vous au lit. Dites-lui de vous toucher là où c’est bon. Et s’il ne fait pas bien, dites-lui que ce n’est pas la-bàs. »

Quant aux hommes, le médecin leur recommande un peu de savoir-faire. Ils doivent dorénavant apprendre à chercher. Quoi ? Le point « G. » Comment savoir qu’on l’a trouvé, demande un participant ? La réponse du docteur : « De toutes les façons, lorsqu’on l’a atteint, on n’a pas besoin de vous le dire. » Et croyez-moi dit-il, « si vous réussissez à l’avoir, votre femme réfléchira par deux fois, avant de vous demander le divorce. »

En service au centre de santé du secteur 30 de Ouagadougou, le Dr Charlemagne Ouédraogo est consultant pour le compte de l’Organisation mondiale de la santé (OMS.) A ce titre, il est régulièrement sollicité pour des enseignements à l’extérieur du pays. Belle récompense pour cet ancien des Universités de Ouagadougou, d’Abidjan, de Tours, et de Paris.

Juvénal Somé
Lefaso.net

Handicap au Burkina : « Fermer la porte d’une école à un (...)
Pèlerinage national au sanctuaire marial de Yagma : « (...)
Ouagadougou : L’aménagement annoncé de la voie de (...)
Santé et hygiène des menstrues : Des journalistes et des (...)
Secteur privé : Les patrons d’Afrique se rencontrent à (...)
Programme de certification au métier de consultant et de (...)
Humeur : M. le directeur général du Trésor public, il y a (...)
Journée mondiale des maladies tropicales négligées : « Le (...)
Incendie à « Sankar-Yaaré » de Ouagadougou : Environ 70% (...)
Arrondissement 6 de Ouagadougou : Des riverains révoltés (...)
Incendie à Sankar-Yaaré de Ouagadougou : Le syndicat (...)
Femmes et pratique des arts martiaux : Philippe (...)
Autosuffisance alimentaire au Burkina : La question de (...)
Construction de la Cour d’appel de Ouagadougou : Plus de (...)
BCB golf challenge 2023 : Salif Samaké et Justine Sanou (...)
Ouagadougou : Le marché Sankar-Yaaré ravagé par le feu, (...)
Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine (...)
Bobo-Dioulasso : Un meeting pour soutenir les autorités (...)
Affaire LONAB : « On ne veut pas dire la vérité au peuple (...)
Santé : Le système sanitaire burkinabè accueille 40 (...)
Pénurie de gaz butane à Dédougou : Une situation « (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32403



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés