Actualités :: Job de vacances au Burkina : Amir Belsalad, l’adolescent qui ambitionne de (...)

Élève et âgé de 15 ans, la cuisine pour Amir Belsalad Ouédraogo est une histoire d’amour avant d’être un instrument pour s’offrir les moyens de payer ses études.

Si dans vos balades à Ouagadougou, vous vous retrouvez un de ces jours dans les rues de Tampouy (quartier situé dans l’arrondissement n°3 traversée par l’avenue Yatenga), alors, vous risquez peut-être de tomber comme nous, sur le jeune Amir Belsalad Ouédraogo. Installé en bordure de la route, juste en contrebas de l’échangeur du Nord situé de l’autre côté de l’Immeuble Kafando, ce jeune élève qui, sans complexe aucun, s’occupe pendant ses vacances à vendre de l’atiéké au poisson fumé, communément appelé “APF”.

Un soir, aux environs de 19h, nous le rencontrons. Débout, couteau et oignons en main Amir s’attèle à préparer ses ingrédients pour l’assaisonnement du poisson. Multitâches et habile, Amir fait cuire les poissons disposés sur un grillage depuis un petit fourneau, tout en découpant ses légumes. Impressionné par autant d’aisance qui se lassait entrevoir dans ses faits et gestes, nous marquons ainsi un arrêt, pour découvrir les motivations de ce jeune cuisinier de circonstance.

Amir Belsalad Ouédraogo, élève admis en classe de 4e

« Je vends de l’atiéké au poisson fumé », explique-t-il, avec un niveau de langue qui laisse penser qu’il est loin d’être analphabète. « Je suis élève », avant d’ajouter qu’il aide sa mère « à mener cette activité depuis l’âge de treize ans, en classe de 6e, pour la soutenir à payer mes études », confie-t-il.
À entendre Amir, peu importe ce que les gens pensent de lui, l’essentiel pour lui, étant d’aider sa maman. Ayant une telle vision des choses, Amir saisi l’occasion pour sensibiliser ses camarades.

« Certaines personnes me pointent du doigt et m’insultent tandis que d’autres me conseillent »

« Mon conseil à l’endroit des jeunes est de les encourager à aider leurs parents en général et leur mère en particulier », a-t-il exhorté avant d’ajouter : « je les invite également à se sacrifier pour eux, comme ils se sacrifient pour nous leurs enfants ». À en croire Amir, c’est une fierté pour lui d’aider sa mère. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Spéculation sur les bouteilles de gaz Sodigaz : Les (...)
Journée mondiale de l’enseignant : « Je vis dans la (...)
Situation à Ouagadougou : Des manifestants ne veulent « (...)
Situation humanitaire au Burkina : 2.5 tonnes d’aliments (...)
Journée mondiale de l’enseignant : « On ne peut pas (...)
Année scolaire 2022-2023 : Les Hauts-Bassins enregistrent
Burkina : Un besoin de financement de 35 milliards de (...)
Burkina Faso/Plan Z : Une nouvelle trouvaille des (...)
Attaque de Gaskindé : Les chauffeurs routiers du Burkina (...)
Journée mondiale de l’enseignant : 270 récipiendaires (...)
Maouloud 2022 au Burkina Faso : La journée du lundi 10 (...)
Six mois de prison avec sursis pour "Kamao" : « Nous (...)
Visite de la mission de la CEDEAO au Burkina : Des (...)
Burkina Faso/Région de l’Est : Une dizaine de terroristes (...)
Rentrée scolaire dans la région du Sahel : « Aucun élève (...)
TGI Ouaga II : Un commissaire de police reconnu (...)
Burkina/Insécurité :« Si la CEDEAO veut vraiment nous (...)
Suspension des activités des OSC : Un communiqué apporte (...)
Burkina : « Que chacun se rappelle que sa vie sur terre (...)
Campagne de rentrée scolaire : Plus de 56 000 kits (...)
Burkina/Ouagadougou : Les manifestants se moralisent (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31458



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés