Actualités :: Promotion du genre au Burkina Faso : 25 femmes à l’école du leadership (...)

Le National democratic institute (NDI) a initié au profit de femmes leaders du Burkina Faso, une session de formation les 20, 21 et 22 juillet 2022, à Ouagadougou. Cette session vise à renforcer les capacités et les compétences de ces dernières pour qu’elles puissent influencer les débats politiques en faveur d’une meilleure inclusion de « l’autre moitié du ciel » dans la transition et faciliter l’engagement des jeunes filles.

Malgré toutes les dispositions prises par le gouvernement du Burkina Faso, le recul de la représentativité des femmes et des filles aux postes de décision et dans les assemblées élues reste une réalité et interpelle. Par exemple, les députés de la 7e législature ne comptaient que 16 femmes sur 127, soit 12,6% et le dernier gouvernement avant la transition, ne comptait que cinq femmes sur 25 ministres, soit 20%.

Du constat qu’on peut faire avec l’avènement du Mouvement pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), les données n’ont pas évolué. Sur 71 députés à l’Assemblée législative de la transition (ALT), y figurent que quinze femmes, soit 21%. C’est dans la perspective de faire progresser le leadership féminin et la par-ticipation politique des femmes au Burkina Faso, que le NDI tient cette session de formation au profit de ces dernières.

Ces femmes ont été identifiées sur la base de leurs expériences « multiformes » et « multisectorielle », selon le directeur pays de NDI

Selon le directeur pays de NDI, Kevin Adomayakpor, cette rencontre entre dans le cadre de son nouveau programme intitulé : « Renforcement de la participation politique des femmes durant la tran-sition ». Elle ambitionne de renforcer les capacités et compétences de 25 femmes leaders engagées afin qu’elles puissent influencer les débats politiques en faveur d’une meilleure inclusion des femmes dans la transition et faciliter l’engagement de jeunes filles et de femmes. M. Adomayakpor a précisé que ces femmes ont été identifiées sur la base de leurs expériences « multiformes » et « multisectorielles ».

La secrétaire générale du ministère en charge du genre a encouragé une contribution accrue de toutes les participantes

« Cette démarche s’inscrit dans une démarche de valorisation de toutes les compétences féminines engagées ces dernières années et les mettre au service des nouvelles générations afin de transformer l’environnement en faveur de l’égalité de genre et de sexe », a-t-il expliqué. Vous l’aurez compris, cet atelier se veut donc un espace de réflexion, d’échanges d’expériences et de consolidation des compétences qui pourront être utiles à l’ensemble de la communauté nationale et aux partenaires techniques et financiers du Burkina Faso.

Avant de terminer ses propos, le directeur pays de NDI a fait un clin d’œil à Faida Mwangilwa, ancienne ministre nationale de la condition féminine et familiale en 2007 de la République démocratique du Congo et récemment conseillère spéciale de la directrice exécutive de l’ONU-Femmes pour le Mali, qui a bien voulu accepter la facilitation de cet atelier.

Faida Mwangilwa, ancienne ministre nationale de la condition féminine et familiale de RDC, facilite les échanges

« L’importance de cette formation me commande de vous exhorter à participer activement et avec un grand intérêt », a lancé la secrétaire générale du ministère en charge du genre et de la famille, Assétou Sawadogo. A l’écouter, elle demeure convaincue que les connaissances acquises, les partages d’expériences et des bonnes pratiques dont elles vont bénéficier mutuellement durant ces trois jours amélioreront sans nul doute la représentativité des femmes dans les instances décisionnelles aux prochaines échéances électorales.

Avant de prendre congés des participantes, la représentante du ministre a participé à la traditionnelle photo de famille

Avant de clore son propos, elle a réitéré sa gratitude au NDI pour son dynamisme et ses nombreuses initiatives en faveur de la promotion du genre dans notre pays. « A vous, braves femmes leaders, je voudrais vous exprimer toute ma gratitude pour votre combativité et votre engagement permanent pour l’équité et l’égalité entre les hommes et les femmes au Burkina Faso », a-t-elle conclu.

Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Burkina : La grève des contrôleurs aériens suspendue
Exécution de commande publique par les artisans : Le (...)
Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une (...)
Santé au travail : « Chaque année, le travailleur doit (...)
Pré-forum d’investissement de l’initiative « Main dans la (...)
Education au Burkina : CREDO en quête de 5000 bourses (...)
Burkina : « Wassa jeunesse éducation et patriotisme » (...)
Fin de formation des commandants et directeurs de (...)
Bobo-Dioulasso : L’arrondissement 3 récompense ses (...)
Sécurité au Burkina : La réduction des cas d’attaques à (...)
TGI Ouaga II : Le policier poursuivi pour menace de (...)
Journée internationale des personnes âgées 2022 dans les (...)
Hôpital Souro Sanou de Bobo-Dioulasso : L’ONG Light for (...)
Affaire Guiro Ousmane : Le jugement reporté à la (...)
Fin de la prise en charge des pauses-déjeuner : « La (...)
Jugement affaire Guiro Ousmane : Le parquet se retire (...)
Affaire KAMAO : « Il s’agit de défendre les intérêts de la (...)
Réconciliation nationale et cohésion sociale au Burkina (...)
Formation de commandants et directeurs des secours (...)
Sécurité des aliments : Un projet pour améliorer la (...)
Burkina/ Filière huile : Les travaux de 2021 restitués (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31353



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés