Actualités :: Cité Zagtouli 2 : Abdoul Service et l’ONEA rassurent de la disponibilité de (...)

Accusée de n’avoir pas tenu ses engagements notamment en matière d’eau, d’électricité et d’aménagement de voies dans les cités 1 et 2 de Zagtouli, la société immobilière Abdoul Service a tenu à apporter sa part de vérité. « Je ne suis pas un arnaqueur », s’est défendu le président directeur général de ladite société qui a effectué, ce jeudi 12 mai, une visite de terrain sur les sites.

Lors d’un sit-in organisé dimanche 1er mai, par l’amicale des cités de Zagtouli, les résidents avaient lancé un ultimatum de deux semaines à la société de promotion immobilière Abdoul Service International pour résoudre les questions d’eau, d’électricité et de voiries. Se sentant abandonnés, ils avaient qualifié de mensongères les publicités de la société.

Cette sortie médiatique des résidents n’a pas été du goût des premiers responsables de la société Abdoul Service qui ont déploré un déséquilibre dans le traitement de l’information. Selon Abdoul Ouédraogo, sa société a entrepris des démarches auprès de l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) et de la Société nationale d’électricité du Burkina Faso (SONABEL).

Abdoul Ouédraogo, P-DG d’Abdoul Service International a effectué la visite de terrain en compagnie de techniciens de l’ONEA

« Les techniciens de l’ONEA ont travaillé nuits et jours »

« Nous sommes allés discuter chez le directeur général de l’ONEA avec quelques membres de l’amicale des habitants de la cité. Ils ont posé trois points de revendications : l’insécurité, les routes et l’eau. Le directeur général de l’ONEA a donné des instructions fermes à ses techniciens de tout faire pour qu’il y ait l’eau dans la cité. Les techniciens de l’ONEA ont travaillé nuits et jours pour qu’il y ait l’eau dans la cité. À notre grande surprise, on voit à la télé des résidents dire qu’il n’y a pas l’eau à Zagtouli 2. Nous étions tous choqués parce que les techniciens étaient sur le terrain pour la désinfection et le rinçage des conduites. Le lendemain du sit-in, j’ai demandé à l’ONEA de venir faire les branchements pour que les gens comprennent qu’il y a l’eau dans la cité. Tous ceux qui veulent des branchements à Zagtouli peuvent dès la semaine prochaine se rendre à l’ONEA pour payer les 30 500 F CFA », a expliqué Abdoul Ouédraogo.

Ce chateau d’une capacité de 150 m3 a été construit au sein de la cité et est prêt à l’emploi

Ses propos ont été corroborés par Jean Charlemagne Toé, chef de cellule maintenance du réseau de l’ONEA à la direction régionale du centre. « À l’heure actuelle, il y a l’eau au sein de la cité, hormis le fait que l’ONEA a communiqué qu’il y aura des coupures d’eau », a expliqué Jean Charlemagne Toé qui précise que la cité est alimentée par deux châteaux d’eau, ceux de Rimkièta et de Pissy. Le château d’eau d’une capacité de 150 m3, réalisé au sein de la cité, est alimenté par deux forages .

Chantal Yaméogo première résidente de la cité Zagtouli 2 a déploré le manque de communication de la société Abdoul Service

« Abdoul Service doit revoir sa communication »

« Nous ne sommes pas contre la société Abdoul Service. Nous avons juste exprimé notre cri de détresse », a déclaré Chantal Yaméogo. Première habitante de la cité Zagtouli 2 - elle a reçu les clés de son logement le 28 septembre 2019 - elle faisait partie de celles qui avaient manifesté leur mécontentement surtout pour le manque de communication de la société immobilière.

« J’ai composé un numéro de la société et la personne au bout du fil m’a dit d’appeler une autre personne. Pourtant, elles sont toutes deux dans le même bureau. Ils doivent revoir leur communication », a suggéré Chantal Yaméogo. Elle a confié que les problèmes d’eau l’ont conduit à s’acheter un polytank. « Chaque semaine, je dépensais 2 500 F CFA pour mes besoins en eau. Faites le calcul et vous verrez. », a-t-elle lancé aux journalistes. Une semaine après le sit-in, la société Abdoul Service est rapidement entrée en contact avec l’ONEA pour apporter l’eau dans une dizaine de logements dont celui de Dame Yaméogo. « Abdoul Service a entendu notre cri de cœur et nous avons à présent de l’eau. Je lui demande de servir les autres aussi. Il ne faudrait pas que ce soit une minorité. Il faudrait que tout le monde ait l’eau », a-t-elle plaidé.

Les ouvriers d’Abdoul Service à pied d’oeuvre pour la construction d’un pont

Les dossiers en attente de validation par la SONABEL

Pour ce qui est de l’électricité, les résidents disaient s’être rendus à la SONABEL pour comprendre. « À la SONABEL, on a compris qu’ils (Abdoul Service) ne sont pas en règle vis-à-vis de la SONABEL. Dernièrement la SONABEL a étudié le dossier. Le dossier est techniquement bon et a été retransmis à Abdoul Service, mais depuis lors ça ne bouge pas », avait déclaré Arouna Tinta, président de l’Amicale de la cité Zagtouli 1 lors du sit-in.
Selon le P-DG Abdoul Ouédraogo, la société voulait installer des poteaux de hautes tensions de treize mètres de haut. Mais l’entreprise chargée de les installer avait soulevé un problème de disponibilité desdits poteaux sur le marché. « On s’est rendu à la SONABEL pour comprendre. Si les poteaux de 13 mètres existaient, je croyais que la SONABEL allait nous les remettre sans problème. Il faut les commander ou les fabriquer. Les usines disent que la fabrication prendra 4 ou 6 semaines. Au lieu de les fabriquer, la SONABEL a proposé que l’on mette des poteaux métalliques. L’entreprise a donc repris l’étude et a remis les dossiers de nouveau à la SONABEL qui doit les valider avant qu’on ne vienne faire le travail. Tout le monde connaît la lenteur administrative au Burkina. Dès que les dossiers seront déposés, il nous faudra bousculer. À Zagtouli 1, il y a des agents de la SONABEL. Ils peuvent nous aider à accélérer les choses comme l’ont fait leurs voisins de l’ONEA », a confié le premier responsable d’Abdoul Service.

Jean Charlemagne Toé, chef de cellule maintenance du réseau de l’ONEA

500 dossiers de titres fonciers non délivrés

« Pour la question des titres fonciers, je suis allé au ministère en charge des finances, j’ai rencontré le ministre en charge de l’habitat. Je leur ai dit de voir pour que les populations puissent avoir les titres fonciers. Il est vrai que tout le monde n’a pas les titres fonciers, mais beaucoup l’ont. Nous avons déposé plus de 500 demandes de titres fonciers, mais nous ne les avons pas depuis plus de 5 mois. Le traitement se fait au niveau des impôts. Nous demandons à ceux qui veulent des informations de venir à Abdoul Service pour qu’on aille ensemble voir l’avancement des dossiers. On ne se reproche rien », a déclaré Abdoul Ouédraogo (...) C’est à partir des critiques des clients que nous arrivons à régler certaines choses. Il ne sert à rien de parler beaucoup. Je l’ai toujours dit. Quand on te critique par le travail, répond par le travail. Nous allons faire plus d’efforts pour la communication et pourquoi pas mettre des équipes de veille afin d’informer les résidents chaque mois par exemple sur l’évolution des dossiers », a promis Abdoul Ouédraogo.

Avant d’achever la visite de terrain, la délégation d’Abdoul Service a fait une halte sur le chantier de construction d’un pont devant faciliter l’accès à la cité Zagtouli 2. Les travaux ont débuté il y a une semaine et la société rassure que les travaux seront achevés au plus tard dans trois mois. Ce pont et la voie aménagée devraient permettre aux résidents d’éviter l’ancienne route jugée dangereuse du fait des agressions récurrentes dans la zone.

HFB

Lefaso.net

Burkina Faso : Les prix des loyers tels que prévus par (...)
Ouagadougou : Une crise foncière divise les habitants de (...)
Problèmes fonciers à Yagma : « Toute activité de vente et (...)
Lutte contre l’insécurité dans la sous-région : « Djibrill (...)
Boucle du Mouhoun : L’insécurité et la cherté des intrants (...)
Santé : Un projet pour améliorer l’analyse et l’utilisation
Burkina : Déclaration relative à la gouvernance (...)
Prix Martin Ennals 2022 : le lauréat burkinabè, fait (...)
Centre-est : Une journée régionale d’orientation scolaire (...)
Ordination presbytérale à Tenkodogo : Les abbés Raoul (...)
MODHEM+ : Un bilan d’étape jugé satisfaisant
Archidiocèse de Ouagadougou : 23 prêtres appelés à (...)
Lutte contre l’insécurité à Ouagadougou : La Police (...)
Paix et cohésion sociale au Burkina : 24 femmes initiées (...)
Burkina Faso : Une population extrêmement jeune et (...)
Situation nationale : L’Observatoire national (...)
Lutte contre le cancer du sein : La section féminine de (...)
Gratuité des soins de santé au Burkina : 3,4% des (...)
Se réorienter et étudier ce qui nous passionne : (...)
6e édition du Grand prix de l’inclusion : Pari réussi (...)
Gestion des ressources humaines au Burkina : Un déjeuner (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 30744

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés