Actualités :: Thèse de doctorat unique en sciences de la population : Pengdewendé Maurice (...)

La malnutrition chronique ou encore retard de croissance est un problème de santé fréquent chez l’enfant mais qui ne semble pas être bien connu du grand public. Il se reconnaît chez l’enfant affecté par sa taille relativement petite par rapport à son âge. Pourtant, des études ont établi que tous les enfants de moins de cinq ans de même âge, doivent avoir une taille similaire s’ils sont bien nourris et soignés, et ce, quelle que soit la taille de leurs parents. Ce retard de croissance signifie que l’enfant ne croît pas bien physiquement et intellectuellement, ce qui a un effet négatif sur son développement futur, limite ses perspectives de vie adulte et compromet, par conséquent, l’avenir de la nation.

C’est sur ce problème de santé qu’a porté les travaux de thèse de doctorat de Pengdewendé Maurice Sawadogo dont la soutenance a eu lieu le vendredi 21 janvier 2022 à l’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP) de l’université Joseph Ki-Zerbo à Ouagadougou « Analyse de la malnutrition chronique des enfants au Burkina Faso : Facteurs associés, sources de variations spatiales et temporelles », est le sujet qui a fait l’objet de la thèse de Pengdewendé Maurice Sawadogo.

Face aux membres du jury, l’impétrant a soulevé et défendu la problématique de la malnutrition chronique qui, selon lui, est un sérieux problème car soutient-il, « la malnutrition chronique a des conséquences graves sur le développement de l’enfant tant sur le plan physique qu’intellectuel ». Ainsi, il a consacré ses travaux de thèse à rechercher les déterminants de ce problème de santé si préoccupant au Burkina Faso, car touchant environ un enfant sur quatre.

Pengdewendé Maurice Sawadogo, impétrant

A en croire l’impétrant, les causes du retard de croissance des enfants sont plus ou moins diverses mais la principale reste et demeure le faible niveau d’instruction des mères. « Un enfant de mère non instruite court deux à quatre fois plus de risque de souffrir de la malnutrition chronique qu’un autre de mère ayant atteint le niveau secondaire », a indiqué le doctorant. D’où la nécessité de promouvoir l’éducation des femmes au-delà du primaire.

Par ailleurs, il indique que la cause des enfants de mère non-instruite n’est pas perdue. En effet, soutient-il, « le renforcement des mesures d’hygiène et d’assainissement ainsi que l’amélioration de l’accès aux soins de santé permettent de réduire le risque encouru par ses enfants de mères non-instruites ».

Par conséquent, l’impétrant a appelé à des programmes visant une application rigoureuse des mesures d’hygiène et d’assainissement et un accès accru aux services de santé qui cible prioritairement les enfants de mères non instruites. Si cette mesure est mise en pratique, rassure-il « cela va permettre de réduire considérablement le problème de malnutrition chronique qui menace la survie et la productivité future des enfants au Burkina Faso »

Le jury présidé par le Pr Kamba André Soubeiga ayant reconnu la pertinence et la qualité scientifique du travail a élevé l’impétrant au grade de docteur en sciences de la population, option démographie avec la mention « très honorable ».
Le nouveau docteur en sciences de la population, a exprimé son satisfecit et traduit sa gratitude à l’endroit de ses encadreurs : « Je remercie grandement mon directeur de thèse le Pr Jean-François Silas Kobiané de l’université Joseph Ki-Zerbo (Burkina Faso) ainsi que mon co-directeur Pr Éric Tchouaket Nguemeleu de l’université du Québec en Outaouais (Canada) pour leur accompagnement de tout genre ».

Il a aussi remercié le corps professoral de l’ISSP où il a suivi sa formation de Licence, Master et Doctorat. Il a enfin traduit sa reconnaissance à la Fondation Hewlett, à la Délégation de l’Union européenne au Burkina Faso et au Programme des bourses canadiennes du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II pour le soutien financier qu’ils lui ont accordé dans le cadre de sa formation doctorale.

Dofinitta Augustin Khan
Lefaso.net

Gestions des risques agricoles au Burkina : Bientôt un (...)
Santé au Burkina : Le SYNTSHA dénonce une précarité (...)
110e Conférence internationale du travail (CIT) à Genève (...)
Religion : Les demandes de messes en ligne désormais (...)
Insertion professionnelle au Burkina : Job Booster dote (...)
Gestion hygiénique des menstrues en milieu scolaire au (...)
Situation humanitaire au Burkina : 1 902 150 personnes (...)
Hadj 2022 : Plus de 3 000 Burkinabè attendus
Education au Burkina : Le Programme de développement (...)
Burkina Faso : Vers l’adoption d’une stratégie de (...)
Santé au Burkina : Des responsables de structures (...)
Burkina Faso : La LONAB procède à la traditionnelle (...)
Chambre de commerce du Burkina : Une montée des couleurs (...)
Forces armées nationales : La gendarmerie recrute 1 250 (...)
Burkina Faso : 27 tonnes de poisson avarié saisies à la (...)
Célébration de la Pentecôte au Burkina : « Que l’Eglise (...)
Sécurité au Burkina : De nouvelles épaulettes pour les (...)
Région des Cascades : Le projet Benkadi renforce encore (...)
Troisième édition du « Djibon » : Les dozos prient les (...)
De la médecine au cinéma : rencontre avec Ingrid Sanon, (...)
Santé : Cinq centres hospitaliers du Burkina reçoivent (...)

Pages : 0 | ... | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | 189 | 210 | 231 | 252 | ... | 30660

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés