Actualités :: Accord politique de l’opposition : Un acte "héroïque et historique", porteur (...)

Par la déclaration ci-après parvenue à notre rédaction, des organisations de la société civile (OSC), regroupées au sein de la Coordination nationale des OSC pour la patrie (COP), saluent la signature de l’accord politique de l’opposition, intervenue le mardi, 18 août 2020. Pour ces organisations, cette synergie d’action dans la quête du pouvoir d’État représente un espoir pour le peuple burkinabè "désapprouvé" par la gestion actuelle.

Déclaration de la Coordination Nationale des OSC pour la Patrie (COP) sur la signature de l’accord politique des candidats et partis politiques de l’opposition.

Le mardi 18 août 2019, des candidats et des partis politiques de l’opposition, de façon solennelle, ont signé un accord politique pour les élections couplées présidentielle et législatives de novembre 2020. Ainsi, cette date restera à jamais gravée dans la mémoire individuelle et collective des patriotes sincères en ce qu’elle symbolise un tournant décisif dans la marche radieuse de notre peuple vers un avenir meilleur.

L’acte posé par les candidats et les partis ou formations politiques de l’opposition constitue en lui-même une prise de responsabilité face à la crise multidimensionnelle que traverse notre pays depuis l’avènement du pouvoir du Mouvement du peuple pour le progrès et ses alliés.

Du reste, le préambule de l’accord politique de l’opposition explique clairement la nécessité de l’union des forces progressistes pour mettre fin à la mauvaise gouvernance aux plans politique, sécuritaire, économique, social et culturel. « Une faillite à un niveau jamais égalé de l’autorité de l’Etat avec son corolaire d’insécurité sans cesse croissante qui endeuille chaque jour le peuple burkinabè dont le responsable historique n’est personne d’autre que le MPP et ses alliés ». Un tel tableau peint dans le préambule de l’accord politique, plaide largement pour cette coalition afin d’offrir « au peuple burkinabè en détresse » une alternative porteur d’espoirs.

C’est en cela que réside toute la valeur d’une telle union sacrée de l’opposition pour ces élections couplées présidentielles et législatives pour libérer les populations laborieuses de la misère ambiante dans laquelle elles ont été placées par l’incompétence notoire du pouvoir actuel. Ainsi, en ayant cette vision globale de la situation nationale, l’opposition montre sa disponibilité et sa capacité à offrir une gouvernance vertueuse orientée vers un développement harmonieux du pays.

Une dynamique salutaire dans laquelle se reconnait la COP qui a toujours dénoncé la paupérisation continue, l’insécurité grandissante, la morosité économique et l’effritement du tissu social dans notre pays. C’est pourquoi, nous félicitons les candidats et les partis politiques de l’opposition pour leur clairvoyance et leur sens élevé de responsabilité pour construire ensemble une nation de paix, de démocratie et de développement. Nous leur invitons à toujours avoir en priorité les questions comme la réconciliation nationale, la sécurité, la relance économique et la gestion front social.

En signant l’acte héroïque et historique de conquérir ensemble le pouvoir des mains des usurpateurs incompétents du MPP et de ses alliés, l’opposition politique marque déjà une victoire d’étape qui augure, à n’en point douter, une victoire finale lors des prochaines élections présidentielle et législatives. Cette victoire est celle d’un peuple qui aura décidé de façon démocratique de se libérer de la médiocrité, de la corruption, du népotisme et du clientélisme du pouvoir finissant du MPP.

D’ores et déjà, la COP reste disponible aux côtés de l’opposition politique pour réaliser le rêve des Burkinabè qui aspirent à un changement qualitatif. Ce changement ne se réalisera que dans l’entente, l’union et la constance. Et c’est ce que l’opposition politique a démontré le mardi 18 août dernier. Nous lançons en fin un appel à toutes organisations de la société civile de terrain qui partagent la même vision à se joindre à l’esprit de cet accord politique pour l’intérêt supérieur de la nation.

Ouagadougou le, 20 août 2020
Pascal ZAIDA du CED,
Marcel TANKOANO du M21

Burkina : L’ADF/RDA continue dans l’opposition (...)
Nathanaël Ouédraogo, président du MoDEM : « Le président (...)
Assemblée nationale : Alassane Bala Sakandé prend (...)
MPS : Le vice président, Fousseni Ouedraogo quitte le (...)
Mouvement démocrate (MoDEM) : Un premier congrès (...)
Assemblée nationale : vingt quatre députés suppléants (...)
Réconciliation nationale : Le Parti de la Justice et du (...)
Burkina : La composition du gouvernement Dabiré II par (...)
Assemblée nationale : Le projet de règlement intérieur (...)
Pr Charlemagne Ouédraogo, le « chef d’orchestre » qui veut (...)
Réconciliation nationale : « Un jour, on se rencontrera (...)
Mouvement Démocrate (MoDEM) : « Nous ne nous sentons (...)
Affaire "tranquilos" : Zéphirin Diabré "retire" sa (...)
Lutte contre la corruption : L’ASCE-LC transmet ses (...)
Régulation des médias : Le rapport 2019 du CSC remis au (...)
Contrôle des finances publiques : La Cour des Comptes (...)
Tegwendé Modeste Yerbanga : Le pharmacien des Ressources (...)
Séminaire à Kosyam : Les ministres s’approprient les (...)
Burkina : « La contre-performance de l’UPC s’explique par (...)
Gouvernance au Burkina : Le Balai citoyen dans une (...)
Burkina : Le député sortant Boukaré Kouanda retrouvé mort (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10794


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés