Actualités :: Panafricanisme : « 2020 sera l’année de l’explosion », prévient Kémi Séba à (...)

Au cours d’une conférence publique qu’il a animée à l’Université Joseph Ki-Zerbo, Kémi Séba de l’ONG Urgences Panafricanistes n’a pas été tendre envers les chefs d’Etats de la sous-région, qualifiés d’être des « marionnettes » à la solde du néocolonialisme occidental. Il a appelé la jeunesse à passer à une nouvelle étape, car l’année 2020, promet-il, sera chargée. C’était ce samedi 21 décembre 2019, date marquant le 70e anniversaire du capitaine Thomas Sankara.

Kémi Séba n’est pas allé du dos de la cuillère, samedi, dans un amphithéâtre pris d’assaut par des centaines d’étudiants, pour fustiger l’oligarchie française, « ventriloque » de plusieurs chefs d’Etats ouest-africains. Dans le viseur de l’ONG Urgences Panafricanistes, l’on retrouve les présidents sénégalais et nigériens mais surtout le président ivoirien, Alassane Ouattara qui accueille le président français, Emmanuel Macron. Pour Kémi Séba, la Côte d’Ivoire est la capitale de la Françafrique, tandis que le Burkina Faso est celle du Panafricanisme.

Une délégation d’étudiants maliens étaient de la partie

Le reproche de Kémi Séba au président Roch Kaboré

Celui-là même qui est considéré par ses proches comme « le cauchemar » de la Françafrique, n’a pas été également tendre avec le chef de l’Etat burkinabè, Roch Kaboré. Il lui reproche d’être « téléguidé » par le président français, Emmanuel Macron, « qui a l’âge de son fils ». Plus loin dans son propos, il qualifiera Roch Kaboré de « passoire politique qui n’a pas le courage de défendre le peuple comme il le devrait ». Même si Kémi Séba considère Blaise Compaoré, comme « l’un des plus grands traîtres de l’histoire », il dit être convaincu qu’il est « plus capable de protéger le Burkina Faso ». « Le président Kaboré doit réfléchir à cela. Nous t’aimons président Kaboré mais si tu ne prends pas tes responsabilités, nous allons te châtier aussi », prévient le conférencier.

Urgences panafricanistes dit proner la non-violence

Coup d’accélérateur en 2020

« 2020 sera chargé, musclé et ce sera l’année de l’explosion. Ceux qui ne seront pas prêts à prendre des risques seront mis de côté », a averti Kémi Séba. Urgences Panafricanistes compte donc passer de la contestation symbolique à la matérialisation de ce qu’elle dit avoir engendré en l’honneur de Thomas Sankara. « Si on tend la main aux dirigeants africains et qu’ils ne la prennent pas, ils feront partie des forces que nous ciblerons demain ». Et même si Kémi Séba dit prôner la non-violence, il souligne que l’auto-défense est un principe universel et que la non-violence a des limites lorsque « l’Afrique est violée ».

Kémi Séba a invité les panafricanistes à parler d’une seule voix

Surmonter « les différences »

Pour la réussite de son combat, Urgences Panafricanistes a invité les Africains à lire entre les lignes du « stratège Macron » et à comprendre l’ingénierie sociale du néocolonialisme français qui se transmet à travers les médias occidentaux. « L’Africain est programmé par l’Occident pour aimer les autres peuples sauf l’Africain. Le mot ‘’tolérant’’ a été inventé pour les Africains. Aucun peuple de la planète ne peut supporter le millième de ce que nous vivons », a déclaré Kémi Séba avant de rappeler l’urgence pour les panafricanistes de parler d’une seule voix. « Il y a trop de mouvements, trop d’égo. Il faut converger nos forces, transcender nos divergences et nos différences quand nous sommes dans une guerre sociale et politique ».

Arrêté et expulsé plusieurs fois en Afrique, Kémi Séba dit ne pas craindre les représailles car pour lui « la mort n’est qu’une étape ».

HFB
Lefaso.net

Coronavirus : PDIS-LAAFIA transforme ses activités (...)
Pandémie de coronavirus : Des partis politiques confinés (...)
Burkina : Le conseiller spécial du président du Faso, (...)
Processus électoral au Burkina : Une formation pour (...)
CDP : Trois prétendants pour la présidentielle de (...)
Nécrologie : L’UPC annonce le décès de la députée Rose (...)
Exclusion sociale des femmes : Les députés du Bazèga s’en (...)
Politique : « Le président Blaise Compaoré est notre (...)
Massacre de Barga et de Dinguila : Le MPP appelle les (...)
Politique : Sitôt lancée, La Marche pour la patrie (LMP) (...)
Processus électoral : Les partis politiques de (...)
Journées parlementaires : Le groupe Burkindlim se penche (...)
Consultation électorale au Burkina Faso : Il est temps (...)
Massacre de 43 civils au nord : L’opposition exige une (...)
Région du Sud-Ouest : La campagne d’enrôlement sur les (...)
IUTS : L’UPC appelle le gouvernement à un dialogue (...)
CDP : L’appel à candidatures à la présidentielle est ouvert (...)
Présidentielle de 2020 : Les militants MPP de la (...)
Marche contre l’application de l’IUTS : l’ADF-RDA félicite (...)
Burkina : Un collectif de partis politiques appelle à un (...)
MPP : Voici la composition du Bureau exécutif national (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10311


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés