Actualités :: Burkina Faso : « Par-dessus tout, notre pays a besoin de réconciliation », (...)

Candidat déclaré à la présidentielle de 2020, l’ancien président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, poursuit sa dynamique de mobilisation autour de son projet et le bien-fondé de son engagement à briguer la magistrature suprême. Le candidat était à la rencontre des populations de Saaba (commune de la périphérie Est de la capitale), le dimanche, 29 septembre 2019.

« Ce n’est un secret pour personne que le Burkina Faso va mal. Le pays a mal à sa sécurité, à sa paix et à son unité nationale. Le pays a mal à sa cohésion sociale et à sa coexistence pacifique entre les communautés. Le pays a mal à sa gouvernance. Le pays a mal à son développement économique. Le pays va mal en raison de la montée de certains maux comme la corruption, l’incivisme et le désordre », dépeint le candidat des « bleu et blanc », pour qui, tout citoyen est donc interpellé par la situation. Pour Kadré Désiré Ouédraogo, tous ceux qui aiment leur pays, le Burkina Faso, doivent se mettre debout et se battre pour que les choses changent.

« C’est ce qui nous a poussés, avec des hommes et des femmes patriotes et déterminés, à ne pas nous taire, mais à proclamer haut et fort, que notre pays a besoin de changement, que notre pays a besoin d’une autre gouvernance. Mais par-dessus tout, notre pays a besoin de réconciliation entre ses fils, dans le respect et la considération mutuelle, afin que chacun puisse apporter dignement sa pierre à l’œuvre de construction nationale », justifie-t-il son engagement.

Kadré Désiré Ouédraogo se définit avant tout comme un homme de rassemblement autour de l’intérêt supérieur de la nation. « Notre conception est que le Burkina Faso a besoin de tous ses fils et que nous ne réussirons pas ce que nous voulons entreprendre, tout seul », explique-t-il, se réjouissant de la forte mobilisation des populations de cette contrée pour écouter son message.

« Si nous sommes engagés, ce n’est pas pour minimiser ni dénigrer l’action de qui que ce soit. Nous sommes engagés au vu du bilan que nous voyons, et du constat que même si des progrès ont été faits, des défis énormes restent à relever. Dans ce contexte, nous devons tous travailler à ramener les valeurs qui ont fait la force du Burkina Faso : valeurs de courage, de travail, de solidarité, de discipline et d’intégrité. Ce n’est pas une œuvre facile, mais c’est une œuvre indispensable et possible si nous sommes déterminés », exprime le candidat. Il estime que le peuple burkinabè a besoin d’une réconciliation véritable, d’un apaisement des cœurs, d’un ‘’réarmement’’ moral, de discipline et d’ordre.

« Nous avons besoin d’une gestion vertueuse de nos ressources nationales et nous avons besoin de justice et de liberté, gages d’un développement durable », convainc-t-il. C’est fort de cette ‘’foi’’ qu’il appelle les populations de Saaba, pour la sécurité et la paix pour le peuple, à combattre la corruption, la gabegie et la mal gouvernance et assurer des conditions de vie décentes pour tous, assurer le plein emploi par une formation adaptée de la jeunesse et restaurer l’autorité de l’Etat, etc.

Hommage aux Forces de défense et de sécurité, appel à la solidarité vers les déplacés !

L’ancien Premier ministre a également exprimé sa peine face à la situation sécuritaire que traverse le pays. Il a rendu un hommage aux Forces de défense et de sécurité avant d’exhorter les populations à faire bloc derrière l’armée. Aussi a-t-il invité tous les Burkinabè à la solidarité envers les populations déplacées du fait de l’insécurité. « Au moment où nous parlons, nombreux de nos compatriotes se retrouvent hors de leurs lieux habituels de vie, sans moyens de subsistance, à cause de l’insécurité. Nombreux, hélas, ont perdu la vie, dû aux nombreuses attaques terroristes », déplore Kadré Désiré Ouédraogo.

« Le moment venu, nous vous présenterons les voies et moyens pour atteindre les objectifs communs que nous avons énumérés, et nous sommes convaincus que le peuple burkinabè exprimera dans les urnes, sa volonté de changement et sa volonté pour un nouveau départ de notre pays », a projeté l’ancien président de la commission de la CEDEAO, invitant les « patriotes » à se mettre dans cette dynamique qui permettra des élections apaisées et transparentes.

Le leader du mouvement Agir ensemble pour le Burkina Faso, Kadré Désiré Ouédraogo, a été précédé au parloir par le représentant des autorités coutumières, les porte-paroles des femmes et des jeunes, le président du comité d’organisation et le représentant des personnes âgées. Tous ont rassuré leur ‘’champion’’ de leur engagement et détermination à faire en sorte que la présidentielle de 2020 soit celle de son triomphe. « Kadré Désiré Ouédraogo est un homme de paix, de vision, un rassembleur. (…). Dans le contexte national actuel, c’est cet homme qu’il faut pour ramener la quiétude dans notre pays », pouvait-on noter des interventions.

Avant l’étape de Saaba, Kadré Désiré Ouédraogo était la veille, samedi, 28 septembre 2019, à Dori, chef-lieu de la région du Sahel où il a également tenu un ‘’meeting’’ avec ses partisans, sous la houlette du Mouvement Agir ensemble.

OHL

Mesures d’accompagnement : Et le secteur primaire (...)
Covid-19 : Le CDP propose des mesures sociales pour (...)
Lutte contre le COVID-19 : Le soutien de l’Alternative (...)
Gouvernance en Afrique : Quand les forces « invisibles » (...)
Politique : L’UPC en deuil
Coronavirus : PDIS-LAAFIA transforme ses activités (...)
Pandémie de coronavirus : Des partis politiques confinés (...)
Burkina : Le conseiller spécial du président du Faso, (...)
Processus électoral au Burkina : Une formation pour (...)
CDP : Trois prétendants pour la présidentielle de (...)
Nécrologie : L’UPC annonce le décès de la députée Rose (...)
Exclusion sociale des femmes : Les députés du Bazèga s’en (...)
Politique : « Le président Blaise Compaoré est notre (...)
Massacre de Barga et de Dinguila : Le MPP appelle les (...)
Politique : Sitôt lancée, La Marche pour la patrie (LMP) (...)
Processus électoral : Les partis politiques de (...)
Journées parlementaires : Le groupe Burkindlim se penche (...)
Consultation électorale au Burkina Faso : Il est temps (...)
Massacre de 43 civils au nord : L’opposition exige une (...)
Région du Sud-Ouest : La campagne d’enrôlement sur les (...)
IUTS : L’UPC appelle le gouvernement à un dialogue (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10332


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés