Actualités :: Communication gouvernementale : le show d’Adama Fofana

L’institution de la nouvelle Carte nationale d’identité burkinabè, le projet de loi portant administration des Travaux d’intérêt général et celui portant sur la modification du code pénal ainsi qu’une question d’actualité ont constitué le menu du point de presse gouvernemental animé le 20 novembre 2003 par son porte-parole, Adama Fofana, ministre chargé des Relations avec le parlement.

Informé, sans plus, dans la matinée que le gouvernement donnerait à 10 heures un point de presse, nous nous sommes rendus sur les lieux, au ministère des Affaires étrangères, dix minutes avant l’heure. La présence au pied de l’immeuble d’un car de retransmission de la TNB nous a tout de suite étonné.

Mais notre étonnement sera encore plus grand une fois que nous serons dans le salon des ambassadeurs, là où aura lieu l’événement. La salle, en effet, avait changé de look et cinq projecteurs étaient allumés. Au fond, devant quatre fauteuils bien rembourrés, trônait une tribune avec un fanion national. Une photo officielle du président du Faso était accrochée au mur. Dans un tel décor, on se croirait à la présidence du Faso pour un message à la nation. Mais il ne s’agissait pas de cela. Les journalistes dans la salle ignoraient tous l’objet de ce point de presse. Les uns et les autres se demandaient s’il s’agissait de l’annonce de la dissolution du gouvernement ou d’une importante déclaration sur la tentative présumée de putsch.

A deux minutes de l’événement, on nous distribua des feuilles comportant les différents points qui feront l’objet de ce point de presse. Il s’agit notamment :
- du décret portant définition et conditions de délivrance de la nouvelle Carte nationale d’identité burkinabè (CNIB) ;
- du projet de loi portant administration des Travaux d’intérêt général (TIG) et celui portant modification du Code pénal ;
- de la question d’actualité sur les allégations de rejet par le gouvernement de l’enquête parlementaire sur l’incendie de Rood Woko.
Le ministre Adama Fofana, animateur principal de ce point de presse, était entouré de ses collègues, Djibril Bassolet de la Sécurité, Boureima Badini de la Justice et Raymond Edouard Ouédraogo de l’Information.

Le maître de cérémonie, Sylvestre Somé, directeur de la communication du premier ministère, apprendra aux journalistes que « Désormais, chaque semaine, il y aura un point de presse du gouvernement et de préférence les jeudis afin qu’on puisse débattre des dossiers qui sont passés en conseil des ministres ».

1200 F CFA, prix de la confection d’une CNIB

Sur le premier point, il est ressorti que la prochaine Carte nationale d’identité burkinabè sera informatisée. Ce faisant, elle sera infalsifiable et permettra la constitution d’un fichier national. Les frais de confection de cette carte s’élève à 1200 F CFA par citoyen. Le coût de la photo n’est pas comptabilisée et est aussi à la charge du demandeur. Les villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso ont été retenues comme centres de confection des cartes. Cependant, on mettra à profit le réseau des commissariats de police pour collecter les dossiers des demandeurs de cartes et les acheminer dans l’une de ces villes.

L’opération de la nouvelle CNIB concernera plus de 5,5 millions de Burkinabè et coûtera à l’Etat un peu plus de 5 milliards de nos francs qu’il remboursera sur 5 ans à la société canadienne qui a eu le marché.
Dès que l’opération va débuter, un délai de 3 ans sera dégagé au cours duquel l’ancienne et la nouvelle cartes circuleront concomitamment.

Le Travail d’intérêt général (TIG), lorsque la loi sera adoptée, permettra à ceux qui ont commis des délits mineurs d’effectuer un travail d’intérêt général (sans salaire), au profit de l’Etat, en échange de la peine de prison. Donc les criminels ne sont pas concernés par le TIG. Cette nouvelle politique, selon le ministre Badini, contribuera à désengorger nos prisons.

Mais en aval de cette nouvelle politique carcérale, il y a nécessité de modifier le Code pénal pour y insérer le TIG sinon il ne sera pas légalement applicable. En effet, comme on dit, sans loi, il n’y a ni crime ni peine. C’est ce qui justifie la modification prochaine du Code pénal.

Sur le point d’actualité, le ministre Fofana a expliqué qu’au fond, le gouvernement n’a jamais rejeté une quelconque commission parlementaire sur l’incendie de Rood Woko car aucune demande de constitution de commission ne lui est parvenue. Cependant, le ministre a reconnu que le groupe parlementaire Justice et Démocratie, dirigé par Me Sankara, avait en effet proposé la constitution d’une commission. Mais la loi, en la matière, est claire car elle précise qu’aucune commission d’enquête parlementaire ne peut être constituée si une procédure judiciaire est déjà engagée.

Désormais, les points de presse du gouvernement se veulent hebdomadaires et réguliers. Et comme hier, c’est le gouvernement qui, sans doute, proposera les sujets d’actualité à aborder. Cependant, il serait souhaitable que les journalistes puissent disposer à l’avance des thèmes des différents sujets qui seront traités pour mieux se préparer à poser les questions aux représentants du gouvernement.
Le décor des points de presse a, certes, changé, mais le choix de la salle n’est pas le meilleur. En effet, les bruits des voitures qui passent sur la route longeant le ministère dérangent. Il faudrait songer aussi à la climatisation et à la sonorisation de la salle.

San Evariste Barro
L’Observateur

Servir et non se servir (SENS) : Le mouvement pour « (...)
MPP : La direction politique a échangé avec les (...)
Vie politique burkinabè : « Il faut arrêter de percevoir (...)
Élection présidentielle au Burkina : Alpha Barry va à la (...)
Province du Mouhoun : Le député Tini Bonzi à l’exercice de (...)
Aid El Kebir 2020 : Le Faso Autrement souhaite une (...)
Election présidentielle : Zéphirin Diabré et Kadré Désiré (...)
UNIR/PS : « L’espoir né de l’insurrection populaire semble (...)
Affaire Jean-Claude Bouda : La Cour d’appel rejette (...)
Tabaski : L’UPC souhaite une bonne fête à tous les (...)
CDP : « Aujourd’hui, un parti tout seul ne peut pas (...)
Elections de 2020 au Burkina : « Plus de 2 300 000 (...)
Présidentielle 2020 : « Je veux un pays de prospérité (...)
MPP/Gourma : Une assemblée générale pour dresser le bilan (...)
Présidentielle 2020 au Burkina : « Ensemble, osons le (...)
Présidentielle de 2020 au Burkina : Le Professeur (...)
Université Ouaga II rebaptisée université Thomas Sankara : (...)
Parti pour la démocratie et la jeunesse : L’avenir du (...)
Elections 2020 : La coordination nationale des (...)
Présidentielle 2020 : Le parti ODT réaffirme son soutien (...)
Justice : Mahamadi Kouanda débouté de sa demande de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10521



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés