Actualités :: Cérémonie d’investiture du président du CES du Burkina

Le président Laurent Gbagbo de Côte d’Ivoire a dépêché à bord de son avion, Dona Fologo, président du Conseil économique et social (CES) de son pays pour assister à la cérémonie d’Investiture du président du Conseil économique et social du Burkina Faso, Thomas Sanon, ce matin même lundi 10 novembre 2003 à Ouagadougou.

Sidwaya a rencontré en exclusivité, M. Laurent Dona Fologo dans la soirée du dimanche 8 novembre. Extrait de l’entretien.

Sidwaya : Monsieur le Président du Conseil économique et social de Côte d’ivoire, cela fait un peu longtemps que l’on n’entend pas parler de vous. Sidwaya est quelque peu surpris de vous voir ce jour 9 novembre à Ouagadougou.

Laurent Dona Fologo : Cela fait effectivement un moment que je ne suis pas revenu au Burkina Faso. A mon grand regret parce que vous savez que je suis du Nord de la Côte d’Ivoire donc du Sud du Burkina Faso. Par conséquent, Ouagadougou me manquait un peu.

S. : Quelles sont donc les raisons qui vous font revenir aujourd’hui au Burkina ?

L.D.F. : J’avais souhaité depuis longtemps retrouver certains amis, certains frères du Burkina Faso. Et je viens d’obtenir une bonne occasion. Parce que le Conseil économique et social du Burkina nous a invité à l’occasion de l’installation solennelle du nouveau président du Conseil économique et social qui vient d’être nommé par le Président du Faso. Nous avons saisi cette opportunité pour être aujourd’hui présent à Ouagadougou.

S. : Quelles sont les personnalités qui vous ont accueilli à votre descente d’avion ?

L.D.F. : J’ai été accueilli par le président du Conseil économique et social du Burkina Faso et ses proches collaborateurs. J’ai été bien accueilli par mon homologue. Cela d’autant plus que j’ai bénéficié d’une escorte de motards, de voitures, vraiment de tout ce qui convient à une escorte officielle.

S. : Comment se porte le Conseil économique et social de Côte d’Ivoire ?

L.D.F. : Nous avons l’un des plus anciens conseils économiques et sociaux de la sous-région. Il date de 1961, c’est-à-dire que notre conseil a vu le jour seulement un an après l’indépendance de la Côte d’Ivoire. Il a connu d’illustres présidents comme le président Delafosse, le président Mamadou Coulibaly, le président Philippe Yacé. Moi je suis à la tête du Conseil économique et social de notre pays depuis seulement deux ans. C’est la quatrième institution de la République. Elle se porte bien et compte cent vingt (120) membres.

Notre rôle est d’examiner tous les dossiers épineux que nous transmet le gouvernement de Côte d’Ivoire, mais aussi de nous saisir nous-mêmes de quelques problèmes socioéconomiques qui nous paraissent importants et sur lesquels nous donnons nos avis. Nous faisons des études approfondies et libres parce que nous ne dépendons pas des partis politiques. Nous avons également un autre rôle, c’est celui d’organiser et de favoriser le dialogue social avec les syndicats, les étudiants, les associations. Bref, nous définissons notre Conseil comme la maison de la société civile. Nous sommes la place forte de la société civile organisée.

S. : Et vous dites que votre conseil se porte bien ?

L.D.F. : Il se porte bien, le Conseil économique et social de Côte d’Ivoire

S. Cela en dépit de la situation...

L.D.F. : ... que vous savez.

S. : Vous avez tantôt cité des noms d’anciens présidents du Conseil économique et social de Côte d’ivoire et celui de Mamadou Coulibaly. S’agit-il de l’actuel président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire ?

L.D.F. : Non, non. C’est un ancien que vous n’avez peut-être pas connu. Parce que vous êtes trop jeune. Moi-même, c’était mon ancien déjà, alors vous comprenez. Il a été le deuxième président du Conseil économique et social de Côte d’Ivoire. Il a occupé cette fonction pendant dix ans. Malheureusement, il ne vit plus de nos jours. Il est décédé voilà plus d’une dizaine d’années. Il faisait partie des vieux compagnons du président Félix Houphouët Boigny.


Demain, mardi 11 novembre 2003, Sidwaya vous livre en exclusivité toute l’interview de Laurent Dona Fologo. Le président du CES de Côte d’Ivoire y parle de la présente crise dans son pays, des négociations de Lomé en novembre et décembre 2002, des accords de Marcoussis en France, de la rébellion (Forces nouvelles) au Nord de la Côte d’Ivoire, de Guillaume Soro, des perspectives de sa Côte d’Ivoire natale. A lire absolument.

Interview réalisé par Salia ZERBO
Sidwaya

Contentieux électoral de novembre 2020 : La CODEL (...)
Lutte contre l’insécurité au Burkina : L’Assemblée (...)
Concertations communales sur le processus de Réconciliation
Ministère de la Fonction publique : Le Chef de file de (...)
Burkina Faso : La CENI veut se doter d’une stratégie de (...)
Programmation budgétaire 2022-2024 au Burkina : Vers un (...)
Burkina : L’Assemblée nationale se délocalise à (...)
Vie constitutionnelle : « Toutes les crises au Burkina (...)
Burkina : L’opposition maintient sa demande de (...)
Commune de Houndé : Le deuxième adjoint au maire n’est (...)
Burkina Faso : Le dialogue politique s’ouvre dans un (...)
18 juin 1940 : Sankara Zouli et d’autres soldats (...)
Burkina : Le Cadre de dialogue politique, un sectarisme (...)
An II de l’Appel de Manéga : C’est aussi "un pas vers la (...)
Nouvelle-Calédonie : Le Pr Augustin Loada conduit une (...)
MPP-France : La sous-section de Bordeaux fait peau (...)
Burkina : Le président Roch Kaboré et Jacques Ouédraogo (...)
Assemblée nationale : La commission CJEEC réunie à (...)
Assemblée Nationale : Les députés membres de la CAGIDH (...)
Réconciliation nationale : Les capacités des autorités (...)
30e anniversaire de la Constitution du Burkina Faso : (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11046



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés