Actualités :: L’ambassadeur de France au Conseil d’Etat

La présidente du Conseil d’Etat, Mme Haridiata Dakouré a reçu en début d’après midi du mardi 4 novembre au siège de ladite juridiction, l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Son Excellence M. Francis Blondet.

"Ma visite au Conseil d’Etat du Burkina Faso me conforte dans l’impression que j’ai recueillie de ce pays : une culture de l’ordre social, de la rigueur collective, la lutte contre la pénurie des moyens. Et je ne doute pas que les hauts magistrats burkinabè conduisent avec dignité les destinées de l’Etat et de la Nation". C’est en ces termes que l’ambassadeur de France au Burkina Faso a signé le livre d’or du Conseil d’Etat à sa sortie d’audience.

Cette haute juridiction, instituée par la loi organique N°015-2000/AN du 23 mai 2000 suite à l’éclatement de la Cour Suprême, joue un rôle prépondérant dans l’ordre judiciaire du pays. Elle a entre autres attributions essentielles celle de juger en appel des décisions rendues en premier ressort par les tribunaux administratifs et de statuer sur les pourvois en cassation formés contre les décisions rendues en premier et dernier ressorts par les tribunaux administratifs et les juridictions spécialisées.

Ainsi, la visite au Conseil d’Etat entre dans le cadre d’une série de découvertes des Institutions du pays que M. Francis Blondet a initié depuis la présentation de ses lettres de créance. Elle a pour objectif d’appréhender non seulement les moyens humains et matériels de cette haute juridiction, mais aussi son évolution dans un pays en pleine mutation ces dernières années. Aussi, a-t-il pu mesurer à travers cette visite la "sympathie" de ses hôtes du Conseil d’Etat et leur parfaite connaissance des faits de société et de l’actualité mondiale.

Toutefois, l’ambassadeur Francis Blondet invite le Conseil d’Etat à remplir ses missions en marchant sur ses "deux jambes".

La première jambe est celle de tenir compte des coutumes et de la culture de la hiérarchie sociale, d’ordre, de rigueur et de courage de la Nation. La seconde, quant à elle, fait appel à la créativité c’est-à-dire la capacité d’innover, de grandir et de se transformer à l’échelle de la planète au niveau des enjeux. Car, a-t-il souligné, ce n’est pas avec du matériel et des locaux que l’on fait évoluer l’Etat de droit d’un pays mais avec "l’esprit".

Sidibé PAG BELEGUEM
Sidwaya

Contentieux électoral de novembre 2020 : La CODEL (...)
Lutte contre l’insécurité au Burkina : L’Assemblée (...)
Concertations communales sur le processus de Réconciliation
Ministère de la Fonction publique : Le Chef de file de (...)
Burkina Faso : La CENI veut se doter d’une stratégie de (...)
Programmation budgétaire 2022-2024 au Burkina : Vers un (...)
Burkina : L’Assemblée nationale se délocalise à (...)
Vie constitutionnelle : « Toutes les crises au Burkina (...)
Burkina : L’opposition maintient sa demande de (...)
Commune de Houndé : Le deuxième adjoint au maire n’est (...)
Burkina Faso : Le dialogue politique s’ouvre dans un (...)
18 juin 1940 : Sankara Zouli et d’autres soldats (...)
Burkina : Le Cadre de dialogue politique, un sectarisme (...)
An II de l’Appel de Manéga : C’est aussi "un pas vers la (...)
Nouvelle-Calédonie : Le Pr Augustin Loada conduit une (...)
MPP-France : La sous-section de Bordeaux fait peau (...)
Burkina : Le président Roch Kaboré et Jacques Ouédraogo (...)
Assemblée nationale : La commission CJEEC réunie à (...)
Assemblée Nationale : Les députés membres de la CAGIDH (...)
Réconciliation nationale : Les capacités des autorités (...)
30e anniversaire de la Constitution du Burkina Faso : (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11046



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés