Actualités :: L’ambassadeur de France au Conseil d’Etat

La présidente du Conseil d’Etat, Mme Haridiata Dakouré a reçu en début d’après midi du mardi 4 novembre au siège de ladite juridiction, l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Son Excellence M. Francis Blondet.

"Ma visite au Conseil d’Etat du Burkina Faso me conforte dans l’impression que j’ai recueillie de ce pays : une culture de l’ordre social, de la rigueur collective, la lutte contre la pénurie des moyens. Et je ne doute pas que les hauts magistrats burkinabè conduisent avec dignité les destinées de l’Etat et de la Nation". C’est en ces termes que l’ambassadeur de France au Burkina Faso a signé le livre d’or du Conseil d’Etat à sa sortie d’audience.

Cette haute juridiction, instituée par la loi organique N°015-2000/AN du 23 mai 2000 suite à l’éclatement de la Cour Suprême, joue un rôle prépondérant dans l’ordre judiciaire du pays. Elle a entre autres attributions essentielles celle de juger en appel des décisions rendues en premier ressort par les tribunaux administratifs et de statuer sur les pourvois en cassation formés contre les décisions rendues en premier et dernier ressorts par les tribunaux administratifs et les juridictions spécialisées.

Ainsi, la visite au Conseil d’Etat entre dans le cadre d’une série de découvertes des Institutions du pays que M. Francis Blondet a initié depuis la présentation de ses lettres de créance. Elle a pour objectif d’appréhender non seulement les moyens humains et matériels de cette haute juridiction, mais aussi son évolution dans un pays en pleine mutation ces dernières années. Aussi, a-t-il pu mesurer à travers cette visite la "sympathie" de ses hôtes du Conseil d’Etat et leur parfaite connaissance des faits de société et de l’actualité mondiale.

Toutefois, l’ambassadeur Francis Blondet invite le Conseil d’Etat à remplir ses missions en marchant sur ses "deux jambes".

La première jambe est celle de tenir compte des coutumes et de la culture de la hiérarchie sociale, d’ordre, de rigueur et de courage de la Nation. La seconde, quant à elle, fait appel à la créativité c’est-à-dire la capacité d’innover, de grandir et de se transformer à l’échelle de la planète au niveau des enjeux. Car, a-t-il souligné, ce n’est pas avec du matériel et des locaux que l’on fait évoluer l’Etat de droit d’un pays mais avec "l’esprit".

Sidibé PAG BELEGUEM
Sidwaya

Commission électorale nationale indépendante : Candidats (...)
Présidentielle de 2020 : Le PDC de Saran Sérémé investit (...)
Kourwéogo dans le Plateau-central : Les femmes (...)
Yacouba Isaac Zida : « La situation du Burkina est pire (...)
Elections de 2020 au Burkina : L’éléphant veut barrir au (...)
Deuxièmes journées parlementaires du MPP : En route pour (...)
Présidentielle de 2020 au Burkina : Les dossiers de (...)
Burkina : « Chaque jour qui se lève, les voies sont (...)
Pr Augustin Loada au pouvoir en place : « Pourquoi tant (...)
Présidentielle de 2020 au Burkina : Neuf candidats (...)
Présidentielle 2020 au Burkina : Les inconditionnels de (...)
Politique : « Plusieurs hommes n’ont pas compris qu’il (...)
Menaces d’arrestation de Yacouba Isaac Zida : Le (...)
Retour avorté de Yacouba Isaac Zida : « C’est une fuite de (...)
Législatives de 2020 au Burkina : L’UNIR/PS présentera (...)
Elections 2020 au Burkina : Le groupe parlementaire (...)
« J’ai choisi de ne plus rentrer au Burkina Faso… » ; ce (...)
Burkina : Isaac Zida « obligé d’annuler » son retour au (...)
Congrès du MPS : Pas de feu vert des autorités burkinabè (...)
Législatives du 22 novembre : La liste des candidats de (...)
Législatives du 22 novembre : La liste des candidats du (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10647



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés