Actualités :: Burkina Faso-Vietnam : Récit d’un voyage à l’autre bout du monde

La délégation présidentielle burkinabè est revenue de Hanoï, au Vietnam, où elle était en visite officielle, du 5 au 8 avril 2004. Récit d’un voyage fait de longues heures de vol (dans un avion présidentiel où l’ambiance a été bon enfant), de rencontres politiques, de découvertes de sites historiques et culturels divers. Pour sceller "les bases d’une dynamique" coopération bilatérale et semer les graines d’une complicité diplomatique internationale entre Hanoï et Ouagadougou.

Ouagadougou-Hanoï en "16 heures de vol". Hanoï-Ouagadougou en "19 heures de vol" environ. Voilà le trajet effectué par le président du Faso entre le 5 et le 8 avril 2004. Pour donner une nouvelle dynamique aux relations entre le Vietnam et le Burkina Faso. Des relations bilatérales qui se veulent économiques, culturelles et politiques...

Aéroport international de Ouagadougou, 13h GMT, lundi 5 avril 2004. L’avion de commandement du président du Faso s’envole à cet effet, pour le Vietnam. A bord, Blaise Compaoré et son épouse mais aussi deux ministres (Youssouf Ouédraogo des Affaires étrangères et Alphonse Bonou des Ressources animales).

Avec eux, deux conseillers du chef de l’Etat, quatre journalistes de la presse d’Etat et de la presse privée, etc. Tout ce monde managé par le directeur du protocole d’Etat, M. Léon Yougbaré. Le vol est long : 16 heures.

Et l’arrivée à l’aéroport international de Noibai, dans la banlieue de Hanoï, la capitale du Vietnam, est pour 10h00, heure du Vietnam, 3h00 du matin, heure de Ouagadougou et heure GMT. Un décallage horaire de 7 heures environ. Dès lors, il faut trouver de quoi "tuer le temps". Entre repas, boissons chaudes ou fraîches, débats divers sur la pluie et le beau temps, analyses de l’actualité politique nationale et internationale... Alors, dans une ambiance bon enfant où tout le monde se côtoie sans protocole particulier, on joue à la belote, au lido. La belote ? C’est le jeu qu’affectionne le président du Faso, tout au moins quand il est dans son avion. Un jeu à apprendre si l’on veut, ne serait-ce que subtilement, partager ses émotions, ses confidences, et pourquoi pas tisser une voie de relations publiques avec le premier magistrat du Burkina.

Bien malin qui retiendra, sans doute, la portée de ce carnet secret des us et coutumes dans l’avion présidentiel... Sur le chemin de Hanoï, escale technique à l’aéroport de Bahreïn. Pour prendre du carburant. Et le temps de passer quelques minutes dans un salon doré dont seuls les milliardaires des pays du Golfe ont le secret.

Aéroport international de Noibai... Enfin, le Vietnam ! Il est 10h00, temps local. Les choses "sérieuses" vont commencer - Avec toutes les démarches protocolaires - En costumes-cravates. Car ces deux anciens pays révolutionnaires sont à l’école de la démocratie bourgeoise.

C’est une forte délégation conduite par le président du cabinet de la présidence de la République qui accueille Blaise Compaoré et sa suite pour les conduire dans un des plus grands hôtels de Hanoï. S’en suit un programme-marathon. Auprès du Hanoï d’en haut. Tandis que les citoyens d’en-bas, vaquent à leurs occupations. Parfois surpris par ces bruits de sirènes, de véhicules de luxe de la présidence vietnamienne, transportant des Noirs africains.

Les Noirs ? Introuvables à Hanoï où il n’y en a qu’un seul qui y habite : un ivoiro-burkinabè. Comme quoi, même sur la lune, on pourrait trouver des traces de...

Sur le carnet des rencontres officielles, des audiences avec le président Tran Duc Luong et le Premier ministre Phan Van Khai. Un banquet d’Etat est offert par le président vietnamien au président du Faso et à sa suite.

Egalement, au menu de ce séjour au Vietnam, un dépôt de gerbes au monument aux morts. Une phrase qui rappelle la littérature révolutionnaire accompagne la gerbe de fleur des Burkinabè : "Aux dignes fils tombés pour la libération de la patrie, le peuple frère du Burkina Faso reconnaissant".

Dépôt de gerbes, au son de la musique martiale vietnamienne, au mausolée du président Ho Chi Minh, le père de l’indépendance vietnamienne, acquise fort douloureusement. Au prix du sang, contre Français et Américains.

Le corps momifié du "leader de la révolution vietnamienne y repose" sous bonne garde, 24 h/24 h. Conservé de façon intacte. Le corps de Ho Chi Minh semble plongé dans un long sommeil. Sommeil duquel il continue d’"inspirer et de guider" son peuple, son pays : le Vietnam. "Gloire éternelle au vaillant combattant de la liberté...". Voilà la phrase bien symbolique que lui laisse la délégation burkinabè, dans cet environnement où il est vénéré comme un Dieu. Après quoi, c’est la visite au temple de la littérature où les Burkinabè se sont "abreuvés" de la sagesse de Confucius, jalousement conservée par les bouddhistes vietnamiens.

Il s’en suit une visite du musée de l’armée, une visite de courtoisie au président de l’Assemblée nationale, au secrétaire général du Parti communiste vietnamien, la découverte d’une usine de fabrique de prêts-à-porter.

Et enfin, une cérémonie d’adieu qui a reconduit la délégation présidentielle burkinabè, dans son avion, pour le retour au Burkina, jeudi 8 avril 2004.

Sur le chemin de l’aéroport, nous observâmes avec admiration de grands immeubles issus de l’architecture vietnamienne et asiatique, ces nombreuses motos et mobylettes qui jonchent les rues, routes et boulevards de Hanoï rappellent Ouagadougou... Sans oublier ces rizières jonchant la banlieue de Hanoï.

Lorsque l’avion présidentielle quitte Hanoï pour Ouagadougou, le commandant de bord, un vieux pilote, ô américain (!), annonce 19 heures de route. Avec comme escale de ravitaillement en kérozène au sultanat d’Oman et au Soudan. Comme à l’escale de Behrein, l’occasion de ces escales dites techniques ont été saisies par le chef de l’Etat pour poser des actes politiques. Résultat, on parle de probables prochaines visites du président du Faso dans ces pays où le pétrole et son corollaire de richesses époustouflantes coule à flot...

Ouagadougou, jeudi 8 avril 2004. Il est 22h00 environ, l’avion présidentiel atterrit à l’aéroport international. Sur le tarmac, des membres du gouvernement, pour accueillir le président du Faso. Et là, chaque membre retrouve sa place d’avant- voyage, dans la société burkinabè : les journalistes, la rudeur de ces salles de rédaction et terrains de reportages, les ministres et conseillers, à leurs bureaux feutrés, les soldats de la sécurité, leur poste de garde, le président et son épouse, les palais... présidentiels.

Ibrahiman SAKANDE (ibra.sak@caramail.com),
Envoyé spécial à Hanoï au Vietnam

Les fruits d’un voyage présidentiel

Hanoï et Ouagadougou ont saisi l’occasion du voyage officiel présidentiel burkinabè au Vietnam, pour sceller un accord de coopération. Une coopération bilatérale qui va profiter aux secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la santé. A travers l’envoi de spécialistes vietnamiens au Burkina.

Et cela, sur financement du Japon voire de la FAO. Ainsi, on devrait voir dans quelques mois, des experts vietnamiens en riz pluvial et en culture irriguée dans les campagnes burkinabè.

Au plan commercial, l’import-export de coton, de riz, de produits manufacturés, etc., entre Ouagadougou et Hanoï est à l’ordre du jour. De même, pour le Sommet de la Francophonie en préparation au Burkina, pour novembre prochain, il est question de la construction d’une maison TV5 au Burkina par le Vietnam et de l’appui de l’expertise vietnamienne au Burkina. D’autant plus que ce pays a été organisateur du sommet de 1997.

A travers le renforcement de leur coopération bilatérale, Hanoï et Ouagadougou entendent dynamiser la coopération régionale et interrégionale, entre l’Asie du Sud et l’Afrique de l’Ouest. Par ailleurs, le pays de Ho Chi Minh s’est assuré le soutien du Burkina Faso pour sa candidature à l’OMC et pour celle de membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies. Ce après quoi, les Vietnamiens ont dit aux Burkinabè, en signe de profonde satisfaction, qu’ils sont un peuple qui sait, "en toute circonstance, être activement aux côtés de leurs amis... et rester vigilant vis-à-vis de leurs contempteurs...".

I. SAKANDE


Vietnam : Un patriotisme au service du développement

Le Vietnam qui vient de recevoir le président du Faso est un de ces pays socialistes de l’Asie à avoir adopté depuis la fin des années 1980, des politiques d’ouverture tous azimuts : politique, économique, culturelle...

Ainsi, en 1986, au Sommet de la Francophonie à Paris, le Vietnam rejoint le club des pays ayant le français en partage. En 1991, le Vietnam normalise ses relations avec la Chine. En février 1994, les Etats-Unis lèvent l’embargo exercé sur le Vietnam depuis 1975 (cet embargo empêchait notamment le pays de bénéficier de l’aide financière d’organisations nationales ou internationales). En juillet 1995, les relations diplomatiques avec les Etats-Unis sont normalisées et des négociations pour l’obtention du statut de la nation la plus favorisée mises en place avec Washington.

En juillet 1995, le Vietnam devient officiellement membre de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN). Cette organisation, qui rassemble le Bruneï, l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande, tend à l’instauration d’un marché commun et d’une zone de libre échange, l’AFTA (Asean free trade area). Parmi les autres objectifs de l’ASEAN, notons la création d’une zone non nucléaire et le renforcement des liens avec la Chine. Le Cambodge, la Birmanie et le Laos devraient devenir membres de l’ASEAN en octobre 1997.

En juin 1995, un accord de coopération est signé avec l’Union européenne.

Aujourd’hui, le Vietnam entretient des relations diplomatiques avec 155 pays, dont toutes les grandes puissances mondiales, et maintient des liens économiques ou commerciaux avec 120 pays ou territoires.

Une histoire jalonnée de conflits

Le Vietnam a déposé une demande d’entrée à l’APEC (Asia pacific economic conference), forum qui vise à libéraliser le commerce, faciliter l’investissement et resserrer les liens économiques entre ses pays membres. En 1995, le Vietnam a, en outre, demandé à entrer dans l’OMC (Organisation mondiale du commerce). Actuellement, il lorgne le poste de membre non permanent au Conseil de sécurité des Nations unies.

Le Vietnam est une république socialiste. Selon la Constitution d’avril 1992, le Parti communiste du Vietnam "est la force dirigeante de l’Etat et de la société". Le Parti communiste du Vietnam qui compte plus de 2,2 millions d’adhérents se réunit en congrès ordinaire tous les 5 ans. Le parti est composé d’un comité central, d’un bureau politique et d’une permanence du bureau politique. Le comité central du Parti à l’issue du VIIe congrès (juin 1996) compte 170 membres dont 19 sont membres du bureau politique.

Le président de la République socialiste du Vietnam est le chef suprême de l’Etat, il représente la République socialiste du Vietnam dans les affaires intérieures et extérieures. Institution suprême du pouvoir d’Etat, l’Assemblée nationale (Xe législature) compte 450 députés, élus pour 5 ans au suffrage universel direct. Elle est l’unique organe détenteur des pouvoirs constitutionnel et législatif et exerce le droit de surveillance suprême sur l’ensemble des activités de l’Etat.

Le président de la République et le Premier ministre sont élus pour un mandat de 5 ans par l’Assemblée nationale parmi ses membres.

Les Conseils populaires représentent l’Etat du Vietnam dans leur ressort administratif.

Le gouvernement est l’organe exécutif suprême de l’Etat. Il a la charge de l’unification de la politique économique et sociale ainsi que de l’administration du pays, le gouvernement comprend le Premier ministre, les vice-premiers ministres, les ministres et les autres membres.

L’histoire du Vietnam est jalonnée de conflits qui ont forgé son identité nationale. Aujourd’hui, le Vietnam est en paix et tourné vers son développement. Le patriotisme d’hier s’est aujourd’hui transformé en volonté de coopération et d’échange sous toutes formes, notamment avec la France car favorisés par une longue histoire commune ainsi que par les liens d’affection particuliers.

La culture vietnamienne est riche et forte de la diversité de ses 54 ethnies différentes. Et tout cela, les Vietnamiens ont tenu à le faire partager par les Burkinabè, lors du séjour du président du Faso sur leurs terres.

A travers les échanges au sommet, les visites des sites touristiques, le banquet d’Etat, les rues et boulevards où ils ont "fait circuler" dans Hanoï, la délégation burkinabè.

I. SAKANDE
Sidwaya

Quota genre aux élections : La Majorité présidentielle (...)
Présidentielle 2020 au Burkina : Les partis de la (...)
Démission du MPC de la Majorité : « Claude Ouédraogo (...)
Elections couplées de 2020 au Burkina : Les dates (...)
Elections de 2020 au Burkina : Le CGD pose la réflexion (...)
Élections au Burkina : Ce qu’il faut savoir de la (...)
Litige au CDP : Le juge interdit à Mahamadi Kouanda (...)
Présidentielle de 2020 : Des jeunes collectent des fonds (...)
Elections couplées de 2020 au Burkina Faso : Le fichier (...)
Loumbila : « Nous avons pris des mesures pour freiner la (...)
Assemblée nationale : Le Renouveau démocratique tient ses (...)
Commune de Ouagadougou : Amadou Sana élu deuxième adjoint (...)
Élections couplées de 2020 au Burkina : Le calendrier (...)
Réduction des inégalités : Un consortium d’OSC plaide (...)
Procès Mahamadi Kouanda contre la direction politique du (...)
Présidentielle 2020 au Burkina : Le MPC quitte la (...)
Élections 2020 au Burkina : La cellule de veille (...)
Vie des partis politiques : Le FAC teste sa popularité à (...)
Présidentielle 2020 au Burkina : Yeli Monique Kam, (...)
Elections 2020 au Burkina : Saran Sérémé « aperçue et (...)
Politique : Lizèta KAMBOU/BONKOUNGOU, la fille du PDG (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10626



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés