Actualités :: Le président du Faso en Allemagne : Volonté réaffirmée d’une coopération (...)

Au cours de sa visite du 9 au 13 mars dernier en Allemagne, le président Compaoré a eu une série d’entretiens et de rencontres à Berlin (la capitale) et à Brême (la cité portuaire et commerciale) avec des autorités et personnalités du monde politique et économique allemand.

Le Burkina Faso et la République fédérale d’Allemagne ont su, au fil de leurs relations, développer une coopération dynamique, exemplaire et fructueuse. D’où la visite officielle que le président du Faso vient d’effectuer dans ce pays pour non seulement saluer cette coopération qui se manifeste de façon institutionnelle et décentralisée, mais aussi et surtout prospecter de nouvelles voies pour la rendre encore plus dynamique et fructueuse.

Ce faisant, le président du Faso a eu des entretiens avec le président du parlement allemand, Wolfgang Thierse, le président fédéral, Johannes Rau, des représentants de la Fondation allemande pour l’Afrique, le ministre fédéral des Affaires étrangères, Joschka Fischer, le ministre fédéral de la Coopération économique et du Développement, Heidemarie Wieczorek-Zeul. Avec ces autorités et personnalités allemandes, les entretiens ont porté sur l’examen de la coopération bilatérale entre le Burkina Faso et l’Allemagne et sur les négociations afin de la rendre encore plus fructueuse et exemplaire. Dans l’édition d’hier, nous avons largement abordé les points qui ont été la substance de ces entretiens. Et promesse vous a été faite de poursuivre la relation de cette série de rencontres que le président du Faso a eues, notamment avec le ministre de la Justice et des Affaires européennes, le maire, chef du gouvernement du Land de Berlin, la Fondation Konrad Adenauer, le fondé de pouvoir de la Lufthansa Consulting et la communauté burkinabè en Allemagne.

C’est au Château de Cecilienhof/Fondation des châteaux et des Jardins prussiens de Berlin-Brandebourg (à Potsdam) que le ministre de la Justice et des Affaires européennes a accueilli le président Compaoré et sa délégation. Des entretiens qu’ils ont eus, on retiendra la volonté affirmée de la République fédérale d’Allemagne de venir en appui aux institutions judiciaires burkinabè. Cet appui s’orientera dans deux directions essentielles, à savoir l’équipement en matériel, la formation et les échanges d’expériences. En tant aussi que ministre des Affaires européennes, le ministre de la Justice, Mme Barbara Richstein s’est engagée à ne ménager aucun effort pour plaider la cause du Burkina dans les autres pays de l’Union dans le sens du renforcement de leurs relations avec notre pays.

Avec le fondé de pouvoir de la Lufthansa Consulting, Raphaël V. Heereman, qui a rendu une visite de courtoisie au président du Faso, il a été question du projet d’aménagement de l’aéroport de Ouagadougou.

La rencontre entre le président du Faso et le bourgmestre (maire), chef du gouvernement du Land de Berlin s’est déroulée à l’hôtel de ville. Dans les échanges, l’accent a été mis sur le renforcement de la coopération décentralisée à travers l’intensification des jumelages-coopérations entre villes, associations et institutions du Burkina Faso et la République fédérale d’Allemagne. En matière de décentralisation, l’Allemagne a une riche et longue expérience qu’elle partage volontiers avec le Burkina. La culture ne sera pas en reste car les échanges dans ce domaine connaîtront une expression plus dynamique dans le sens de permettre une meilleure connaissance entre peuples allemand et burkinabè.

A la Fondation Konrad Adenauer, le président Compaoré et sa délégation ont eu une séance de travail avec le vice-président de la Fondation, Norbert Lammert et ses collaborateurs. Les discussions ont porté sur les activités de cette Fondation et l’intensification de ses relations de coopération avec les organisations non gouvernementales du Burkina dans divers secteurs de développement.

La communauté burkinabè échange avec le président du Faso

Deux heures seulement après son arrivée à Berlin, le président du Faso a eu une rencontre avec la colonie burkinabè en Allemagne et des membres du corps consulaire. Pour, comme dirait l’autre, prendre la température de la ville-hôte et donner les nouvelles du pays. En Allemagne vit une communauté burkinabè assez forte, répartie pratiquement dans tous les lands du pays. Ces Burkinabè travaillent dans divers secteurs. Les uns ont une qualification (ingénieurs, médecins, professeurs...) et se distinguent très bien dans leur milieu de travail. Les autres (pour la plupart en séjour irrégulier) sont des "débrouillards" aptes à tous les petits boulots. Sur ceux-là qui ne sont pas en règle, planent des menaces d’expulsion. Pour y échapper, d’aucuns se sont engagés dans le mariage mixte, arrivant ainsi à régulariser leur situation.

Les ressortissants burkinabè en Allemagne sont organisés pour la plupart, en associations aux fins de développer entre eux l’esprit de solidarité, d’entraide et de fraternité. Cet esprit de famille qui règne entre les Burkinabè a été salué par le président du Faso. Aux uns et aux autres, le président Compaoré a souhaité un bon séjour en République fédérale d’Allemagne et surtout émis le vœu de les voir se comporter en tout temps et en tout lieu, en ambassadeurs d’un Burkina digne de ses hommes, de ses valeurs de fraternité, de solidarité, d’amour, de tolérance, d’organisation, d’abnégation et de travail.

Sitôt après sa rencontre avec la communauté burkinabè en Allemagne, le président du Faso a été l’invité du corps diplomatique africain en République fédérale d’Allemagne. Objectif, "...profiter des sages points de vue et conseils du président Compaoré en ce qui concerne des questions préoccupantes comme la construction de l’Afrique...".

En écho à cette demande, le président du Faso a mis sur le tapis un éventail de maux et de coups administrés à l’Afrique à travers les âges de l’histoire : l’esclavage, la traite négrière, la colonisation, l’apartheid et toutes les formes de néocolonialisme et d’exploitation. Calculés à des fins d’oppression et de soumission culturelles, de dévalorisation et de dépersonnalisation de l’Afrique, d’exploitation économique, ces différents coups durement vécus et endossés ont eu pour résultat, la création d’un complexe qui faisait de l’Afrique ce continent condamné à être le damné de la terre. Le fardeau était lourd à porter. D’où la naissance et le développement de sursauts, de revendications, de révoltes et de luttes pour semer dans l’opinion africaine, les graines de la dignité, du droit à vivre libre et égal à tous les autres peuples de la planète. Héritiers des pensées et des actions collectives de ceux-là qui ont œuvré à la promotion de cette Afrique plus digne, "nous nous devons aujourd’hui de nous assumer sans complexe, dans un élan de solidarité et un esprit de complémentarité réciproque, sans rancune, avec les autres peuples du monde... Mue par la force de l’union, de l’organisation, de la bonne gouvernance, du savoir, du savoir-être et du savoir-faire, l’Afrique ne faillira pas à sa mission. Ainsi émergera une Afrique paisible, tournée vers le bonheur, le développement".

Dans notre prochaine édition, l’étape de Brême.

Sita TARBAGDO
Sidwaya

Burkina/CDP : L’ancien Premier ministre Luc Adolphe Tiao (...)
Assemblée nationale du Burkina Faso : Une nouvelle (...)
Politique au Burkina : Bluff de l’opposition ou (...)
Burkina/vie politique : Les militants de PS-Burkina (...)
Burkina Faso : « En plus des cadavres qui continuent de (...)
Burkina : « Le spectre de la famine » plane « en plus (...)
Burkina Faso : Une formation au profit des nouveaux (...)
Burkina/Politique : Requiem pour l’UPR qui n’a pas non (...)
Journées parlementaires UPC : La cohésion sociale au cœur (...)
Burkina/Rentrée gouvernementale : Dans une température de (...)
Burkina/Rentrée gouvernementale : « Trouver des solutions (...)
Partis politiques : Le PS-Burkina se saborde et liquide (...)
Burkina / Politique : L’AJIR, un rêve éphémère, un espoir (...)
« L’AUTRE Burkina/PSR » : Le Burkina un pays en crise, un (...)
Burkina/Politique : Les Forces progressistes en (...)
Burkina : « Le président du Faso n’est pas à la hauteur », (...)
PS-Burkina : Un congrès extraordinaire pour imprimer une (...)
Renforcement de la « Grande Gauche » : la Convergence (...)
Réconciliation nationale au Burkina : Zéphirin Diabré a (...)
Fondation Jean Paul II pour le Sahel : Le Conseil (...)
Lutte contre le terrorisme : Blaise Compaoré préconise (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11214


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés