Actualités :: A propos de l’article 37 : Le oui franc du PEDB à la candidature de Blaise (...)

A propos de l’application de l’article 37 de la constitution qui crée actuellement une polémique au sein de la classe politique, le parti écologiste pour le développement du Burkina (PEDB) appelle à un oui franc et massif à une éventuelle candidature de Blaise Compaoré.

Voici le point de vue de ce parti avec son président Yacouba Touré.

L’évocation, au détour d’une interview du Ministre d’Etat Salif Diallo sur une éventuelle candidature de l’actuel chef de l’Etat Blaise Compaoré à la prochaine élection présidentielle, suscite des réactions quant à l’application de l’article 37 de la Loi fondamentale au mandat présidentiel présent.

L’article 37 révisé de la Constitution stipule : « Le Président du Faso est élu pour cinq ans au suffrage universel direct, égal et secret. Il est rééligible une fois",

Nonobstant l’absence de précision sur la période de mise en vigueur de cette disposition, la logique commande qu’elle s’applique à la prochaine échéance électorale. Cela répond au principe de la non rétroactivité de toute loi sauf stipulation expresse contraire. A partir de la modification constitutionnelle intervenue en 2000, la loi saisit la situation en cours si l’on veut l’appliquer au mandat d’un Président à partir du moment où l’on a parlé d’un mandat renouvelable une fois, et même si l’on part du mandat pendant la période de cette modification, il est évident que celui qui est Président peut, s’il en exprime le souhait, se porter candidat au prochain mandat, à savoir 2005, Cela rentre dans l’ordre normal des choses sinon il aurait fallu procéder à une interruption du cours du mandat actuel.

Ne serait-ce que de ce point de vue, il ne devrait se poser aucun problème. Peut-être que les gens peuvent critiquer le fait qu’il y ait eu modification de la Constitution de 1991 mais cela relève plus de questions de gouvernance politique que de droit. Par conséquent, une éventuelle candidature de M, Blaise Compaoré à la prochaine élection présidentielle, ne saurait être anti-constitutionnelle. Vouloir l’en empêcher ou chercher à le faire reviendrait à priver arbitrairement le citoyen qu’il est du bénéfice de l’article 12 de la Constitution qui dispose : <>.

Aussi, si l’intéressé en exprimait ce choix, celui-ci ne peut pas entraîner le chaos comme certains imprudemment l’ont dit, car en démocratie, c’est la primauté du droit qui règle les contestations ou différends entre citoyens. Quelque soit la situation, l’on devrait faire preuve de modération, de persuasion, et bannir tout excès de langage pour consolider notre processus démocratique,

A moins que le Président actuel ne choisisse lui-même de ne pas jouir de son droit constitutionnel, le Parti Ecologiste pour le Développement du Burkina ( PEDB) souhaite que l’on ait raison gardée en objectivant et en dépassionnant le débat autour de cet article visant un citoyen pour donner la priorité aux propositions de solutions aux préoccupations fondamentales du peuple burkinabé,

Il se trouve qu’indépendamment de toutes considérations, M, Blaise Compaoré a des atouts dont les moindres ne sont pas la paix sociale, la stabilité des institutions, les libertés de presse et d’expression, le paiement régulier des salaires, etc. Les exemples récents dans la sous-région devraient amener chacun à la réflexion. Même si beaucoup reste encore à faire, nous pensons que c’est dans la persévérance et le temps que doivent s’inscrire nos actions pour relever les défis liés à l’éducation, la santé, la sécurité alimentaire, l’eau, la gestion des ressources naturelles, la pauvreté et la corruption..,

C’est dire donc que pour le PEDB, une éventuelle candidature de M, Blaise Compaoré à la prochaine élection présidentielle de 2005 n’est en rien anti-constitutionnelle, Le PEDB lui apporte un OUI franc et massif au cas où cette perspective se présenterait Il reste que le dernier mot lui appartient.

Ensemble, agissons maintenant !

Pour le Parti, Le Président

Yacouba TOURE

Burkina : Simon Compaoré le sage quitte la vie (...)
Dr P. Emile Paré, DG du Centre de formation politique du (...)
Burkina Faso : « La sécurité avant la réconciliation (...)
Burkina/vie politique : L’organe dirigeant du MPP passe (...)
Simon Compaoré : Après 46 ans de vie politique, l’ (...)
Burkina Faso : Alassane Bala Sakandé désormais président (...)
Burkina/MPP : Le devoir de reconnaissance des militants (...)
Burkina/vie politique : « Celui qui veut partir au MPP (...)
Burkina : Lever de rideau sur le deuxième congrès (...)
Processus de réconciliation au Burkina : La coordinatrice-rés
MPP-UNIR/PS : « Ce n’est pas parce que nous sommes des (...)
Burkina/CDP : Une conférence de presse des jeunes dans (...)
Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas (...)
IIe congrès extraordinaire du MPP : La succession à Roch (...)
Situations en Guinée et au Mali : Le groupe parlementaire
Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là (...)
Simon Compaoré au sujet du président Roch Kaboré : « Pas (...)
Burkina/sécurité : Le parti au pouvoir exhorte à éviter (...)
Burkina/vie politique : Le MPP a enregistré 1 964 (...)
Crise au Mouvement Agir ensemble pour le Burkina : (...)
Commune de Kouka (Boucle du Mouhoun) : Les militants du (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11235


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés