Actualités :: Burkina Faso : Le mouvement SENS invite le LCL Damiba à déposer les armes et (...)

Suite au coup d’État du 30 septembre 2022 qui a porté à la tête de l’Etat le capitaine Ibrahim Traoré en remplacement de Paul Henri Sandaogo Damiba, des tirs se font entendre en pleine ville ce samedi 1 octobre 2022.Selon le mouvement SENS, ces tirs qui s’apparenteraient à une riposte de la part du président déchu ne ferait qu’ alourdir le nombre de victimes tant civils que militaires. Pour cela, il invite ce dernier "à prendre toute la mesure de la situation pour éviter un bain de sang inutile." Le mouvement invite par ailleurs les autorités religieuses et coutumières à s’impliquer fortement pour ramener la paix entre les frères d’armes.

Appel A La Mobilisation Populaire

Chers Compatriotes,

Ami.e.s du Burkina Faso,

A l’entame de cette déclaration, nous réitérons notre solidarité et notre compassion à l’égard des nombreuses victimes de l’INJUSTICE et du TERRORISME dans notre pays. Prompt rétablissement aux blessés, et paix aux âmes de ceux qui ont perdu la vie.

Notre pays vit depuis hier une autre crise de son histoire. Très tôt le matin du 30 septembre, notre capitale a été réveillée par des tirs nourris dans plusieurs endroits dont le quartier Ouaga 2000 qui abrite le Palais Présidentiel. Ces tirs se sont calmés dans la matinée pour reprendre de manière sporadique dans l’après-midi. Au cours de la nuit, une déclaration a été lue à la télévision nationale par un groupe de militaires se réclamant du MPSR. Conduit par le capitaine Ibrahim Traoré, ce groupe dit agir pour rectifier la trajectoire de leur mouvement qui aurait été déviée par l’ex President du Faso le Lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba.

Pour tous les observateurs, ce changement s’apparente très bien à une révolution de palais, sauf que des concertations de toutes les forces vives sont prévues pour décider des nouveaux organes de la Transition. Déjà éprouvés par les différentes tragédies avec les attaques des groupes terroristes, les Burkinabè ont encore pris acte de cette situation, en espérant passer rapidement à d’autres préoccupations. Malheureusement, en ce 1er octobre, on apprend que des éléments restés fidèles à l’ex-Président Damiba tenteraient de riposter contre leurs frères d’armes dans la capitale.

Cette information, si elle s’avérait, serait lourde de conséquences car des affrontements entre militaires dans la ville risquent de faire de nombreuses victimes tant du côté des militaires que du côté civil. C’est pourquoi, nous interpellons l’ex-Président Damiba pour qu’il prenne toute la mesure de la situation qu’il fait encourir aux populations. Il doit privilégier l’intérêt du Burkina Faso, en déposant les armes et en ordonnant à tous ceux qui se réclament de lui de faire comme lui. C’est la seule issue susceptible d’éviter le chaos à notre pays.

Le Mouvement SENS suit de près l’évolution de la situation et exprime toutes ses inquiétudes face à l’exacerbation des tensions en cours. C’est pourquoi, nous invitons l’ex-Président Damiba à prendre toute la mesure de la situation pour éviter à notre peuple un bain de sang inutile. Il doit tirer toutes les conséquences de son incapacité à rassembler l’armée et toutes les couches sociales et politiques autour de la question sécuritaire et des valeurs de l’état de droit de notre pays. S’il ne le fait pas, le peuple le tiendra personnellement pour responsable de la dégradation de la situation et prendra lui-même ses responsabilités. Il lui appartient de choisir de sortir de cette situation par la grande porte au lieu d’être contraint de le faire par d’autres issues.

Enfin, dans le but d’éviter un déchirement au sein de notre armée républicaine déjà divisée, le Mouvement SENS appelle :

1. L’ex-Président Damiba et ses soutiens à déposer les armes ;

2. L’ensemble des forces de défenses et de Sécurité à la retenu pour éviter à tout prix un affrontement entre frères d’armes. Le plus important ce n’est pas une bataille entre militaires pour le contrôle du pouvoir politique mais la sécurité de notre pays ;

3. Le peuple à soutenir vigoureusement dans de nos villes et campagnes, l’exigence de la mise en place d’une Transition civile, crédible et légitime ;

4. A l’organisation de véritables Assises Nationales Souveraines pour réconcilier notre peuple avec lui-même et lui redonner espoir pour la construction de son avenir.

Chers compatriotes,

il est grand temps que notre peuple soit au contrôle de l’exercice de sa souveraineté. Notre mouvement exhorte la hiérarchie militaire ainsi que les autorités coutumières et religieuses à fortement s’impliquer pour ramener la paix entre les frères d’armes. Aidons notre valeureuse armée patriotique à aplanir ses divergences et à retrouver sa cohésion d’ensemble indispensable pour gagner la guerre contre le terrorisme.

Le Mouvement SENS,

Ouagadougou le 1er octobre 2022

Burkina, MPSR2 : Attention aux dérives du MPSR1 avec les (...)
Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la (...)
Contribution à l’effort de guerre : Le Président de la (...)
Processus électoraux en Afrique : Des présidents (...)
Gouvernance au Burkina : « Les manquements de cette (...)
Processus électoraux en Afrique : Les organes de gestion (...)
Burkina : Le lieutenant-colonel Ismaël Diaouari nommé (...)
Burkina : Le Collectif des leaders panafricains va (...)
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un individu (...)
Rumeurs de tentative de coup d’État au Burkina Faso : Le (...)
Velléités de déstabilisation de la transition : « C’est (...)
Burkina Faso : Le président de l’Assemblée législative de (...)
Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré aurait (...)
Soutien pour le renforcement de la démocratie au Burkina (...)
Accusation de déstabilisation de la transition : Le (...)
Affaire 2000 soldats étrangers au Burkina Faso : Le (...)
Burkina : Des organisations féminines choquées par les « (...)
Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six (...)
Burkina : L’Assemblée législative de transition est (...)
Burkina : Ce qu’il faut retenir de la Déclaration de (...)
Déclaration de politique générale : Les parlementaires (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12075



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés