Actualités :: Révolution Sankariste : Les tribunaux populaires n’avaient pas pour vocation (...)

Les tribunaux populaires de la révolution (TPR) n’avaient pas pour vocation d’humilier encore moins de tuer. Mais jouaient plutôt un rôle d’éducation. C’est ce qu’a signalé Train Raymond Poda, ancien ministre de la justice sous le Conseil national de la révolution (CNR).

C’était au cours d’un panel organisé par le Comité international mémorial Thomas Sankara (CIM/TS), le jeudi 9 septembre 2022 au sein de son espace.

En effet, l’ancien ministre de la justice à l’époque de la révolution a mentionné lors de son intervention, que les TRP constituaient « une véritable école d’éducation politique ». En ce sens qu’ils refusaient toute forme de domination d’où qu’elle vienne, avec pour leitmotiv, le respect du peuple et de ses biens...

« Les TPR montraient ainsi avec vigueur et détermination, la bonne voie à suivre tout en mettant en garde tout contrevenant », souligne-t-il. Poursuivant dans sa communication, Train Raymond Poda rappelle les propos de Thomas Sankara à la cérémonie d’ouverture des premières sessions des TPR.

Il cite : « Nous jugeons un homme pour rétablir des millions d’hommes dans leurs droits. Nous sommes par conséquent des fervents défenseurs des droits de l’homme et non des droits d’un homme. À la morale immorale de la minorité exploiteuse et corrompue, nous opposons la morale révolutionnaire de tout un peuple pour la justice sociale ».

À l’entendre, les procès organisés par les TPR avaient selon la vision du président Thomas Sankara, « de mettre à nu toute une conception de la vie publique axée sur l’accumulation des biens au détriment des masses ». Mais aussi, de supprimer l’enrichissement illicite sur le dos du peuple.

Pour l’ancien ministre de la justice, Thomas Sankara recommandait que tout fonctionnaire, tout responsable s’identifie au peuple en souffrant avec lui.

À en croire Train Raymond Poda, le Père de la révolution prônait “une démocratie de la misère”. « Que la misère ne soit pas pour les uns et la joie pour les autres. Mais pour tout le monde sans exception aucune », a-t-il relaté.

L’ex ministre était accompagné de deux autres panelistes que sont le juriste Blanchard Emmanuel Bayala et Rasmané Ouédraogo, comédien et ancien juge des TPR sous le CNR.

Lefaso.net

Gouvernance au Burkina : « Les manquements de cette (...)
Processus électoraux en Afrique : Les organes de gestion (...)
Burkina : Le lieutenant-colonel Ismaël Diaouari nommé (...)
Burkina : Le Collectif des leaders panafricains va (...)
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un individu (...)
Rumeurs de tentative de coup d’État au Burkina Faso : Le (...)
Velléités de déstabilisation de la transition : « C’est (...)
Burkina Faso : Le président de l’Assemblée législative de (...)
Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré aurait (...)
Soutien pour le renforcement de la démocratie au Burkina (...)
Accusation de déstabilisation de la transition : Le (...)
Affaire 2000 soldats étrangers au Burkina Faso : Le (...)
Burkina : Des organisations féminines choquées par les « (...)
Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six (...)
Burkina : L’Assemblée législative de transition est (...)
Burkina : Ce qu’il faut retenir de la Déclaration de (...)
Déclaration de politique générale : Les parlementaires (...)
Manifestations « anti-françaises » à Ouaga : « Nos valeurs (...)
Burkina : « Il ne sera pas question de nous laisser (...)
Tensions foncières et de logements au Burkina : Une (...)
🔴Burkina : Déclaration de politique générale du Premier (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12054



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés