Actualités :: Burkina : « Nous pensons que le chantier le plus important est la (...)

Porté sur les fonts baptismaux en juin 2022, le Rassemblement démocratique pour la refondation nationale (RDRN) se réclame panafricaniste. Il ne compte pas être un parti de plus, car voulant apporter des solutions durables et endogènes aux maux qui minent le Burkina Faso, selon son président, Alassane Kafando qui livre dans cette interview, les ambitions du RDRN, porté par des jeunes qui disent vouloir s’assumer.

Lefaso.net : Comment se passent les premiers pas en politique de votre parti, le Rassemblement démocratique pour la refondation nationale ?

Alassane Kafando : Le RDRN se porte très bien. C’est un bébé qui apprend à marcher et très bien, parce que nous sommes en train d’installer nos structures progressivement ; aussi bien dans les arrondissements et communes rurales de Ouagadougou qu’au niveau des provinces comme dans des Cascades, le Houet, dans les régions de l’Est, du nord et du Plateau-central. Aujourd’hui, nous sommes donc dans une phase d’installation des structures de base et de formation de nos militants à la base.

Aujourd’hui, notre niveau d’implantation va en crescendo ; parce que nous avons un bureau dans les Cascades. Très prochainement, nous allons y installer le bureau des étudiants. A Koudougou (région du Centre-ouest, ndlr) nous avons un bureau, à Bobo-Dioulasso (région des Hauts-Bassins, ndlr) nous avons un bureau, tout comme dans la région de l’Est, notamment à Fada. Au niveau de Ouagadougou, nous avons des bureaux dans les arrondissements et communes rurales de la région du Centre.

Quelles sont vos actions déjà menées sur le terrain ?

Sur le terrain, nous menons des actions de sensibilisation de nos militants à la base par rapport à l’idéologie de notre parti. Egalement, nous animons des conférences à l’endroit de nos militants et sympathisants. Nous disposons de plateformes numériques, qui nous permettent également de faire des discussions assez utiles, notamment sur l’actualité nationale et internationale, sur l’engagement de nos militants et c’est très bien animé, nous en sommes très fiers.

Le Premier ministre a rencontré la classe politique le 26 août, dont les partis politiques créés après le 24 janvier 2022, pour parler du chronogramme de la transition. Avez-vous été associés d’une manière ou d’une autre à cette rencontre ?

Nous n’avons malheureusement pas été associés. Et je profite de votre micro pour inviter Abdoulaye Mossé (il a représenté les partis crées après le 24 janvier 2022 à ce cadre d’échanges avec le Premier ministre, ndlr) afin qu’il se rende disponible pour la suite. Qu’on puisse avoir des discussions fructueuses pour cette composante et apporter notre touche à la construction en cours ; parce que, comme notre nom l’indique, nous sommes vraiment ouverts pour participer de manière constructive à la refondation de ce pays.

La tendance aujourd’hui est aux grands regroupements. Etes-vous dans une coalition ?

Pour l’instant, nous ne sommes pas dans une coalition. Si vous remarquez au niveau de nos textes, nous disposons d’un secrétariat chargé de coordonner les activités avec les autres partis politiques et le monde extérieur. C’est donc une ouverture que nous avons faite afin de nous intéresser aussi à d’autres formations politiques, autres structures qui partagent les mêmes idéaux que nous.

Pourquoi cela met-il du temps ?

Cela semble tarder parce que nous sommes en train de consulter nos militants à la base. Vous savez qu’une décision d’une telle importance nécessite quand même une unité d’action, aussi bien au niveau du bureau qu’au niveau des militants à la base. C’est la raison pour laquelle ça semble être lent. Mais rassurez-vous, nous sommes en train de prendre des dispositions pour pouvoir jouer pleinement, très bientôt, notre rôle dans une coalition.

Un parti politique demande d’énormes financements pour son fonctionnement, d’où viennent vos ressources ?

Vous faites bien de poser cette question parce qu’à chaque fois que nous avons une sortie-radio ou télé, on nous demande qui est notre mentor. Nous ne pensons pas qu’au Burkina Faso il faudrait disposer d’un mentor avant d’apporter sa touche pour le développement. Nos mentors, ce sont nous-mêmes. Les ressources du parti, ce sont nous-mêmes qui procédons à des cotisations.

Je profite de votre micro pour remercier les militants, qui s’activent en tout temps pour apporter leur contribution financière pour la vie quotidienne du parti. Je profite également relancer les militants et sympathisants qui n’ont pas encore fait le pas de nous rejoindre parce que c’est ensemble qu’on pourra faire de bonnes choses.

Etes-vous sûrs de pouvoir tenir au regard de l’importance de l’argent dans la sphère politique dans notre pays ?

Nous sommes convaincus que la donne va changer. C’est la raison pour laquelle d’ailleurs nous sommes nés. Nous sommes nés pour dire que la politique ne se limite pas à de la ploutocratie. Nous sommes-là pour l’ancrage de la démocratie. C’est une dénaturation de l’humain que de faire de l’argent la chose la plus partagée en politique. Nous sommes-là pour combattre cela, pour inverser la tendance et montrer que ce sont les idées qui construisent une nation. L’argent est utile, mais il n’est pas la solution sine qua non pour le développement d’un pays.

Les partis politiques ne jouissent pas, en tout cas sous nos cieux, d’une bonne image, de sorte que chaque parti qui se crée est qualifié de « parti de plus ». Quelle sera votre particularité ?

La particularité de notre parti réside dans le fait que nous sommes constitués, pour la plupart, de jeunes. Nous avons observé avec attention l’évolution de la politique ces dernières années et nous avons tiré leçon des erreurs des aînés. Nous nous sommes dit qu’en ensemble, nous allons trouver les voies et moyens, non seulement pour ne plus retomber dans les mêmes travers, mais également pour apporter notre génie créateur dans la refondation en cours dans notre pays. Apporter des solutions endogènes aux besoins des populations.

C’est la raison pour laquelle notre slogan est : « Pour un Burkina nouveau et prospère ! ». Nous pensons qu’il faut changer de paradigme, c’est-à-dire, faire une refondation au niveau de la bureaucratisation de l’administration, au niveau de notre modèle de démocratie, accentuer notre démocratie, basée sur les valeurs endogènes parce que nous sommes constitués de plus d’une soixantaine d’ethnies.

Aujourd’hui, notre pays vit une situation désagréable parce que certains pans de la société n’ont pas été pris en compte dans la construction quotidienne de notre nation. Donc, nous disons que nous sommes pour l’Etat-nation avec des micros-Etats constitués d’organismes qui composent notre Etat. Cela va amener tout le monde à se sentir concerné par les choses de l’Etat et à se donner à fond, à être tolérant, à être travailleur, honnête, pour que le Burkina Faso, que nous rêvons tant de voir débout, puisse enfin être débout.

L’actualité nationale est dominée par les questions sécuritaires et le processus de réconciliation nationale. Quel est votre apport sur ces questions ?

Il est vrai que nous sommes nés en période de terrorisme, mais nous ne ménageons aucun effort pour apporter notre touche, de manière quotidienne, pour que ce problème terroriste, à défaut d’être totalement éliminé, puisse être réduit. A ce niveau, lorsque nous avons l’occasion de rencontrer les militants et sympathisants, nous profitons pour sensibiliser à la coexistence pacifique.

Nous sensibilisons à la cohésion sociale, à l’acceptation des autres. Nous avons résumé dans notre manifeste 20 valeurs parmi lesquelles, la tolérance, la recevabilité, l’honnêteté, l’acceptation de l’autre, le respect mutuel. Ces éléments constituent des valeurs strictes chères à nos sociétés africaines, en particulier au Burkina Faso.

Il est attendu de la transition des reformes. Quelles sont, selon vous, les retouches indispensables ?

C’est vrai qu’au niveau de cette transition, il y a beaucoup de chantiers. Mais nous pensons que la plus importante est la refondation de l’armée. Il y a des débuts de solutions que nous avons proposé dès la création de notre parti, qui sont en train d’être pris en compte, notamment la répartition des camps au niveau national pour prendre la nouvelle donne qu’est le terrorisme.

Nous avons pensé qu’il est utile de repenser le système électoral. Comme vous venez de le dire, aujourd’hui, même si vous n’avez pas d’idées, il suffit d’avoir des 2 000 FCFA pour partager à des bambins pour faire salle comble. C’est dommage. Certains accusent les politiciens, mais je pense que l’Etat a aussi sa part de responsabilité, parce que c’est à lui de créer les conditions pour que ce type de pratiques ne prospère pas dans le pays.

Je pense que la transition est beaucoup attendue sur ce terrain. Elle est vue aujourd’hui comme l’arbitre qui est venu mettre à plat les mauvaises pratiques et faire la promotion de bonnes pratiques afin que tout le monde soit traité de façon équitable et responsable pour les échéances à venir. Nous pensons que ce volet est très important pour la suite, pour la cohésion sociale et pour la suite de la démocratie dans notre pays.

Quelles sont les perspectives au niveau du RDRN ?

Le RDRN entend élargir ses bases au niveau des provinces et des communes qui n’ont pas encore de bureaux. Nous avons également des représentants à l’étranger, notamment en Afrique du Nord, dans des pays de l’Afrique de l’Ouest, en France et aux Etats-Unis. Donc, nous envisageons de dynamiser nos structures dans ces zones. Aussi, en créer dans des zones où nous n’avons pas encore de représentants ; parce que notre vision, c’est d’être un parti panafricaniste.

Au-delà des défis nationaux, l’international s’avère très utile, si nous voulons mener des combats. Nous pensons également nouer des relations avec des partis de mêmes obédiences politiques, aux niveaux national et international. De ce fait, des dispositions sont prises pour entrer en contact avec le PASTEF de Ousmane Sonko du Sénégal. Nous avons également demandé à un de nos représentants d’entrer en contact avec Succès Masra, qui est un jeune très dynamique et qui a de bonnes idées panafricanistes au niveau du Tchad.

Nous ne comptons pas nous arrêter là, parce que nous comptons réunir tous ceux qui partagent les valeurs de nos héros, comme les défunts Kwamé NKrumah, Patrice Lumumba, Norbert Zongo, Nelson Mandela, Hama Arba Diallo, Thomas Sankara et un leader vivant comme Pr Laurent Bado. Ils sont des valeurs sures, des greniers de l’Afrique par la littérature qu’ils ont produite et surtout par des actions qu’ils ont posées, qui ont fait avancer notre continent et notre pays à un moment de son histoire.

Est-ce que vous avez un dernier mot ?

Le dernier mot, c’est vraiment un appel à la cohésion sociale, parce que vous savez très bien que le plan du terrorisme, c’est de diviser les nations. Nous pensons que loin de nous diviser, ce phénomène doit être une occasion pour nous, de nous poser les vraies questions sur le fonctionnement de notre Etat, afin de trouver des solutions propres à nous, qui vont faire de sorte que le Burkina soit débout.

Interview réalisée par Obissa Juste Mien
Lefaso.net

Burkina, MPSR2 : Attention aux dérives du MPSR1 avec les (...)
Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la (...)
Contribution à l’effort de guerre : Le Président de la (...)
Processus électoraux en Afrique : Des présidents (...)
Gouvernance au Burkina : « Les manquements de cette (...)
Processus électoraux en Afrique : Les organes de gestion (...)
Burkina : Le lieutenant-colonel Ismaël Diaouari nommé (...)
Burkina : Le Collectif des leaders panafricains va (...)
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un individu (...)
Rumeurs de tentative de coup d’État au Burkina Faso : Le (...)
Velléités de déstabilisation de la transition : « C’est (...)
Burkina Faso : Le président de l’Assemblée législative de (...)
Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré aurait (...)
Soutien pour le renforcement de la démocratie au Burkina (...)
Accusation de déstabilisation de la transition : Le (...)
Affaire 2000 soldats étrangers au Burkina Faso : Le (...)
Burkina : Des organisations féminines choquées par les « (...)
Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six (...)
Burkina : L’Assemblée législative de transition est (...)
Burkina : Ce qu’il faut retenir de la Déclaration de (...)
Déclaration de politique générale : Les parlementaires (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12075



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés