Actualités :: Forces armées nationales burkinabè : Qui sont les nouveaux chefs (...)

Les nouveaux chefs militaires nommés par décret, mercredi 6 octobre 2021, par le chef de l’Etat sont au nombre de quatre. Seul le poste de chef d’Etat-major de l’armée de terre, occupé actuellement par le colonel-major Gilles Bationo n’a pas été touché. A la gendarmerie nationale et au niveau de l’armée de l’air, les nouveaux patrons étaient les adjoints de leurs prédécesseurs. Idem à l’état-major général des armées. Nous vous proposons quelques éléments de biographie de ces nouvelles têtes très attendues sur le champ de la lutte contre le terrorisme.

Gilbert Ouédraogo, précédemment adjoint de Moise Miningou

Agé de 59 ans, le général de brigade Gilbert Ouédraogo est né à Nandiala dans le Boulkiemdé. Il est le troisième chef d’état-major général des armées nommé par le président du Faso en six ans d’exercice du pouvoir. Nommé adjoint du général Moise Miningou en 2018, quelques semaines après la double attaque terroriste de l’état-major général des armées et de l’ambassade de France à Ouagadougou, le 2 mars, il y passera trois ans.

C’est en 1984 à l’âge de 22 ans que le général Gilbert Ouédraogo fait son entrée dans le cercle des officiers jusqu’en 2012 où il enfile les épaulettes de colonel-major.

Entre 1985 et 1986, il est commandant de compagnie au Centre national d’entrainement commando (CNEC) avant d’occuper pendant trois ans la fonction de commandant de brigade et instructeur à l’Académie militaire Georges Namoano (AMGN) à Pô.

De 1989 – 1991, il est chef de corps du 5e régiment d’infanterie commando (RIC) à Gaoua et jusqu’en 1995, il est chef de corps de l’École des cadres des forces armées (ECFA) à Kamboinsé. Pendant quatre ans, il devient aide de camp du président du Faso et jusqu’en 2008 chef du cabinet militaire de la présidence du Faso. C’est de là qu’il sera nommé attaché de défense près l’ambassade du Burkina Faso en Ethiopie et auprès de l’Union africaine (UA) de 2008 à 2015. De retour au bercail, il rejoint l’État-major général des armées en tant que sous-chef soutien de 2016 à 2018.

Le général de brigade Gilbert Ouédraogo, chef d’état-major général des armées

Le général de brigade Gilbert Ouédraogo est diplômé de l’école militaire de Saint-Cyr en France et de l’école de guerre du Cameroun. Il a également un certificat de l’école d’application de l’infanterie, option troupe aéroportée. Il est bardé de médailles : Commandeur de l’ordre de l’Etalon obtenue en 2018, médaille d’honneur des sapeurs-pompiers avec étoile d’or en 2016, officier de l’ordre de l’Etalon en 2012, médaille d’honneur militaire en 2005, médaille commémorative avec agrafe République démocratique du Congo en 2004, chevalier de l’ordre national en 2000 et médaille de bronze de l’ordre du mérite du travail de la révolution démocratique et populaire en 1990.

Colonel-major Vinta Somé, ancien chef de bataillon du PMK

Né le 22 septembre 1964 à Thiès au Sénégal intègre l’Académie militaire Georges Namoano en 1985 après avoir obtenu son baccalauréat série A4 en 1984. Il en ressort en avec le grade de sous-lieutenant trois ans plus tard. Il gravit les échelons jusqu’à obtenir en juin 2001 le diplôme d’état-major à Koulikoro au Mali. Il enfile le grade de commandant le 1er juillet de la même année. Et de février à mai 2004, il fait ses preuves en tant que chef de section opérations de maintien de la paix à l’état-major général des armées, puis en tant que chef de corps du régiment de commandement et de soutien. Vinta Somé devient lieutenant-colonel l’année suivante.

D’août 2008 à septembre 2009, il dirige l’Ecole nationale des sous-officiers (ENSOA) avant de commander l’académie militaire Georges Namoano (AMGN), de novembre 2009 à décembre 2010. Mais avant de se voir confier le commandement du Prytanée militaire de Kadiogo (PMK) de 2011 à 2015 en remplacement du lieutenant-colonel Ludovic Ouédraogo, Vinta Somé, devenu colonel en 2010, va diriger la division planification et suivi des opérations de l’état-major général des armées.

En juin 2016, il obtient son brevet au collège royal de l’enseignement militaire supérieur de Kénitra au Maroc. Après un passage à la tête de la division opérations de l’état-major général des armées, le colonel-major Vinta Somé est nommé sous-chef opérations de l’EMGA en février 2019.

Le colonel-major Vinta Somé, chef d’état-major adjoint des armées

Aujourd’hui chef d’état-major adjoint des armées, il aura plusieurs structures sous sa coupe, conformément à l’organigramme de l’EMGA. Il s’agit du secrétariat général, du centre des systèmes d’information et de communication, du service des archives et de la documentation, des divisions Personnel, Formation, Chancellerie et Législation, Opération, Renseignement militaire et le sous-chef opérations. En juillet 2020, le colonel-major Vinta Somé a parrainé la 11e promotion d’élèves sous-officiers d’active baptisée « Détermination ».

Marié et père d’un enfant, le colonel-major Vinta Somé parle le dagara, le dioula, le français, l’anglais et l’espagnol.

Colonel Souleymane Ouédraogo, le nouveau commandant de bord

Le colonel Souleymane Ouédraogo est désormais le commandant de bord. Avant sa nomination au poste de chef d’état-major de l’armée de l’air, il était l’adjoint du colonel Kounsaouma Palenfo depuis avril 2017.

Né le 19 septembre 1965 à Ouagadougou, le colonel Souleymane Ouédraogo est titulaire d’un baccalauréat série Et obtenu en 1986 au lycée technique de Ouagadougou. En juin 1986, il obtient le brevet de pilote professionnel et le mois suivant le brevet de pilote militaire de transport avion. En août 1994, il décroche le certificat d’ingénieur du Cours spécial de l’école de l’Air. Deux mois plus tard, il enfile le grade de sous-lieutenant,

De janvier 1995 au 17 décembre 1999, il est nommé chef des opérations de l’escadron transport. Durant cette période, en 1997, il devient lieutenant. En mai 1999, il devient pilote du programme SAAGA. Mais avant en mars, Il est appelé commander l’escadron de transport à la Base aérienne 511 de Ouagadougou.

Il sera pilote du programme SAAGA jusqu’au 22 octobre 2007. Il sera également chef de la division information à l’état-major de l’armée de
l’Air du 31 mars 2005 au 15 octobre 2007. A cette date il a déjà le grade de commandant obtenu au mois de janvier.

Du 2 décembre 2008 au 3 novembre 2011, il sera commandant de la Base aérienne 511. En janvier 2011, il passe lieutenant-colonel. Après Il rejoint l’école de Guerre en Allemagne en novembre et en ressort deux plus tard en novembre 2013. Il est nommé en septembre Adjoint chef de la division opérations à l’état-major général des armées, puis chef de la division opérations par intérim et enfin chef de la division opérations de l’armée de l’Air de septembre 2015 à avril 2017.

Le colonel Souleymane Ouédraogo a plusieurs décorations et lettres de félicitations dans son escarcelle. Officier de l’Ordre national en 2020, il est également chevalier de l’Ordre de mérite burkinabé du développement rural agrafe Agriculture (2002), de la médaille d’honneur militaire (2008), de la médaille commémorative, agrafe RDC (2008), de la médaille de la MONUC (2008). Il a également reçu des lettres de félicitation du CEMGA en 2011 et du ministre de l’Agriculture en 2008.

Un « Omer » peut en cacher un autre

Le colonel-major Omer Marie Hermann Bambara est désormais le nouveau patron de la gendarmerie nationale. Il remplace son homonyme Omer Marie Bruno Tapsoba, successeur du colonel Tuandaba Marcel Coulibaly depuis mai 2017. Le colonel Bambara connaît bien la maison car il a occupé la fonction de chef d’état-major adjoint de la gendarmerie nationale à partir de juillet 2009. Mais suite aux mutineries qui ont secoué le pays en 2011, il assure l’intérim pendant sept mois en tant que chef d’état-major de la gendarmerie nationale. Il passera la main au colonel Tuandaba Coulibaly, le 31 octobre 2011, à la veille du 51e anniversaire des forces armées nationales.

HFB
Lefaso.net

Démembrements de la CENI : Les activités suspendues à (...)
Mouvement « C’est le moment » : Un ex-militant dénonce « (...)
Burkina Faso : Fatimata Sanou/Touré nommée médiateur du (...)
Message du président du Faso : « A partir de ce discours, (...)
Burkina : Le président essaie de reprendre la main face (...)
Burkina : L’opposition invite les forces de l’ordre à (...)
Situation sécuritaire au Burkina : « Oui, j’ai compris (...)
Situation sécuritaire au Burkina : Le RPI préconise la (...)
Situation sécuritaire au Burkina : « Les moments ne sont (...)
Burkina : Une démisson du président du Faso plongera le (...)
Lutte contre le terrorisme : Le RPD appelle à plus de (...)
Burkina : Trois partis politiques demandent à Roch (...)
Politique au Burkina : Le mouvement "C’est le moment" (...)
Inata ! : La grande honte de la grande muette (...)
Burkina : « Personne n’est indispensable…, pourvu que (...)
Assemblée nationale : Report de la séance plénière (...)
Conseil supérieur de la magistrature : Prendre des (...)
Dégradation de la situation sécuritaire au Burkina : La (...)
Drame d’Inata : Déclaration du président du Faso au sortir (...)
Burkina - Élections municipales de 2022 : Le conseil des (...)
Situation sécuritaire au Burkina : Le RDN invite les (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11298



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés