Actualités :: Assemblée nationale : Bala Sakandé et ses camarades rendent compte à (...)

L’Assemblée nationale tient, du 30 juin au 4 juillet 2021 à Bobo-Dioulasso, ses premières journées de redevabilité. C’est le président Alassane Bala Sakandé qui a présidé la cérémonie d’ouverture des travaux, ce jeudi 1er juillet 2021. Selon lui, c’est la première fois dans l’histoire du Burkina Faso, que l’ensemble des représentants de la Nation se réunissent, au grand complet, hors de Ouagadougou, siège du Parlement.

Les présentes journées de redevabilité se tiennent sous le thème : « Culture de la redevabilité, un impératif pour un Parlement de proximité ». Ainsi, au cours de ces rencontres, le Parlement burkinabè, fort de ses 127 députés, va se soumettre à un exercice inédit. Celui de présenter aux populations de la région des Hauts-Bassins, ce que les députés font en vue d’améliorer leurs conditions de vie. « Trois jours durant, nous allons soumettre le bilan partiel de la 8e Législature à l’appréciation des citoyens. Nous allons affronter leur jugement, recueillir leurs attentes, entendre leurs inquiétudes et partager leurs espoirs », a souligné Bala Sakandé dans son mot d’ouverture des travaux.

Les représentants de la Nation rendent comptent à Bobo-Dioulasso

Le choix de Bobo-Dioulasso pour ces rencontres est légitime

Le choix de délocalisation de ces activités parlementaires n’est pas passé inaperçu. En effet, cette décision avait fait couler beaucoup d’encre et de salive. Elle a suscité des questionnements au sein d’une partie de l’opinion nationale. Pour Bala Sakandé, c’est la preuve supplémentaire de l’intérêt que les citoyens accordent à l’institution et à ses activités. « C’est aussi la preuve que nous avons omis de prendre en compte certains éléments dans la communication autour de l’organisation de cette manifestation », a-t-il souligné.

Qu’à cela ne tienne, le président Sakandé a affirmé que les différentes interrogations sur les tenants et les aboutissants de cette initiative parlementaire méritent que l’on s’y attarde un tant soit peu. C’est pourquoi, en s’adressant à toutes ces personnes qui se sont inquiétées de la légalité ou non d’une telle démarche, il a rassuré en disant ceci : « D’abord, il ne s’agit pas d’une délocalisation, même temporaire, de l’Assemblée nationale, quand bien même il faut le reconnaitre que Bobo-Dioulasso mérite amplement d’abriter le siège d’une institution aussi prestigieuse que le Parlement. Ensuite, il ne s’agit pas non plus d’une plénière de l’Assemblée nationale dans la ville de Sya puisque la Constitution nous l’interdit à son article 90, (...) », a-t-il laissé entendre.

Le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé

Avant de noter que l’initiative de ce rassemblement de députés à Bobo-Dioulasso est légitime. « Sa légitimité reste pleine, entière et évidente parce qu’elle procède d’une démarche volontariste du député de questionner son action par un retour à la source de son mandat. Elle traduit l’aspiration à davantage de transparence, de responsabilité et de l’efficacité de l’action parlementaire. Le choix de Bobo-Dioulasso tient moins à son rang de deuxième ville ou à son statut de capitale économique qu’au rôle historique qu’elle a joué dans l’évolution politique de la Haute-Volta au Burkina Faso », a insisté Bala Sakandé.

Les citoyens des Hauts-Bassins sortis nombreux pour prendre part à ces activités

Les députés à l’écoute des préoccupations des citoyens des Hauts-Bassins

Pour Alassane Bala Sakandé, ces présentes journées de redevabilité, loin de rester un simple coup d’éclat politique, doivent préfacer une nouvelle ère dans la gouvernance parlementaire. C’est pourquoi, durant ces rencontres, plusieurs activités sont inscrites au programme. Cette première journée a été marquée par des allocutions, deux communications (respectivement sur le rôle du député et le bilan des travaux parlementaires) et des échanges.

Les 127 députés ont répondu présent à Bobo-Dioulasso à l’occasion de ces journées

A l’issu des différentes communications, l’on peut retenir que l’Assemblée nationale et les députés qui la composent ne peuvent pas d’eux-mêmes et directement réaliser des infrastructures scolaires, sanitaires, routières, etc. Par contre, c’est l’Assemblée nationale et ses députés, à travers le vote de la loi des finances, qui alloue au gouvernement et aux administrations les ressources nécessaires à leur fonctionnement et à la mise en œuvre des programmes et projets de développement.

C’est le Parlement et ses députés qui ouvrent la voie à la collecte des recettes en consentant l’impôt et de contrôler l’action du gouvernement. Bala Sakandé a rappelé que chaque député est le représentant de la nation. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Mouvement « C’est le moment » : Un ex-militant dénonce « (...)
Burkina Faso : Fatimata Sanou/Touré nommée médiateur du (...)
Message du président du Faso : « A partir de ce discours, (...)
Burkina : Le président essaie de reprendre la main face (...)
Burkina : L’opposition invite les forces de l’ordre à (...)
Situation sécuritaire au Burkina : « Oui, j’ai compris (...)
Situation sécuritaire au Burkina : Le RPI préconise la (...)
Situation sécuritaire au Burkina : « Les moments ne sont (...)
Burkina : Une démisson du président du Faso plongera le (...)
Lutte contre le terrorisme : Le RPD appelle à plus de (...)
Burkina : Trois partis politiques demandent à Roch (...)
Politique au Burkina : Le mouvement "C’est le moment" (...)
Inata ! : La grande honte de la grande muette (...)
Burkina : « Personne n’est indispensable…, pourvu que (...)
Assemblée nationale : Report de la séance plénière (...)
Conseil supérieur de la magistrature : Prendre des (...)
Dégradation de la situation sécuritaire au Burkina : La (...)
Drame d’Inata : Déclaration du président du Faso au sortir (...)
Burkina - Élections municipales de 2022 : Le conseil des (...)
Situation sécuritaire au Burkina : Le RDN invite les (...)
Situation sécuritaire au Burkina : Des Bobolais invitent (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11298



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés