Actualités :: Discours de Roch Kaboré à la nation : « Le chef de l’Etat s’est plutôt adonné à (...)

Au lendemain du discours à la nation du président Roch Kaboré, le chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso maintient les marches annoncées pour les 3 et 4 juillet 2021 sur toute l’étendue du territoire national et appelle à une mobilisation massive. L’opposition regrette le manque « de mesures fortes pour restaurer l’espoir et la confiance ».

Déclaration CFOP

Le dimanche 27 juin 2021, le président Roch Kaboré s’est adressé à la nation dans un contexte marqué par une forte dégradation de la situation sécuritaire nationale. Dans son message, le président a appelé « à l’unité, la cohésion et l’engagement déterminé des filles et fils du pays pour défendre la mère patrie. »

Il a, par ailleurs, demandé à tous ceux qui planifient des marches et meeting de sursoir à l’organisation desdites activités pour ne pas « faire le lit de la désunion face à l’ennemi commun. »

De ce qui précède, le cadre de concertation du chef de file de l’opposition politique, réuni le lundi 28 juin 2021, voudrait :

- Rendre hommage à toutes les victimes des attaques terroristes et réitérer ses condoléances aux familles éplorées ;

- Prendre acte de la déclaration du chef de l’Etat qui est enfin sorti de son long mutisme face au mal sécuritaire qui gangrène notre pays depuis près de six ans ;

- Regretter, qu’en lieu et place des mesures fortes pour restaurer l’espoir et la confiance, le chef de l’Etat s’est plutôt adonné à un jeu malsain de diabolisation de tous les patriotes soucieux, à travers des manifestations républicaines, d’exprimer leurs positions sur la conduite désastreuse de cette question sécuritaire par ceux qui ont la lourde responsabilité d’assurer la protection et la sécurité de tous les citoyens sans exception ;

- Faire observer que l’opposition politique ne saurait être tenue pour responsable de l’effritement de l’unité et de la cohésion nationale qui n’est que la conséquence d’une grave rupture de confiance entre gouvernants et gouvernés après tant de tâtonnement et d’improvisations dans la gestion de la question sécuritaire ;

- Rappeler que l’opposition politique a toujours privilégié le sens du dialogue, de la retenue et de la responsabilité sur toutes questions d’intérêt national. Elle a, de façon constante, œuvré pour défendre la nation sur tous sujets souvent occultés bien que prioritaires et urgents.

A titre d’illustration, lors du premier dialogue politique de juillet 2019, l’opposition politique avait exigé l’inscription du point sur la sécurité dans un ordre du jour qui ne visait initialement que la question électorale. Lors du dernier dialogue politique de juin 2021 qui ne consacrait que seulement une heure et demi sur la grave question sécuritaire, l’opposition Politique a encore plaidé pour qu’une journée entière soit consacrée à la question.

Du reste, la suspension de la participation de l’opposition politique au dialogue se fonde sur la nécessité de consacrer toute l’énergie de la nation sur le mal terroriste avant toutes autres questions qui ne dépendent que de celles de la sécurité.

Réitérer notre détermination, en raison des vagues promesses du chef de l’Etat dans son discours, à organiser des marches silencieuses et pacifiques sur toute l’étendue du territoire nationale pour :

-  Rendre hommage aux victimes des attaques terroristes ;

-  Manifester notre soutien aux Forces de Défense et notre solidarité aux déplacés internes ;

-  Protester contre la dégradation de la situation sécuritaire et la mal gouvernance ambiante dans les dossiers sécuritaires ;

-  Exiger des mesures urgentes fortes et concrètes du chef de l’Etat en sa « qualité de Chef Suprême des Armées » pour restaurer la confiance et l’espoir qui passent par la démission du Premier Ministre et du Ministre de la Défense ;

-  Prendre l’opinion nationale et internationale à témoin sur sa volonté de privilégier la paix et la cohésion nationale dans toutes ses démarches politiques, sans renoncer à l’exercice de ses prérogatives constitutionnelles.

Le chef de file de l’opposition politique lance un appel à tous les partis politiques, aux syndicats, aux organisations de la société civile et à tous Burkinabé épris de paix, à une mobilisation massive, les 3 et 4 juillet sur toute l’étendue du territoire national.

Que Dieu protège le Faso

Ouagadougou, le 28 juin 2021

Le Chef de file de l’opposition politique

Eddie Komboigo

Burkina / CDP : Les langues se délient pour expliquer (...)
Congrès pour la démocratie et le Progrès : Six mois de (...)
Commune de Banfora/CDP : Plus de 150 militants rendent (...)
Procès Sankara et compagnons : La jeunesse sankariste (...)
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un pays, on le (...)
Burkina/Élections municipales 2022 : Les acteurs au (...)
Forces armées nationales burkinabè : Qui sont les (...)
Burkina/politique : Alassane Bala Sakandé a officiellement
Engagement politique des jeunes au Burkina : Les (...)
Burkina-Procès Sankara : Le Comité international appelle (...)
Politique : Le Groupe parlementaire MPP tient ses (...)
Burkina : C’est parti pour le "mois de justice et (...)
Bobo-Dioulasso : Etat et secteur privé échangent sur les (...)
Burkina-Assemblée nationale : « La défiance grandissante (...)
Burkina/vie politique : Congrès de fusion UNIR/PS-MPS, (...)
Burkina/Rentrée scolaire 2021-2022 : Le MPP exhorte les (...)
Burkina Faso : Des députés veulent apporter leur pierre à (...)
Burkina/Dialogue politique : Majorité et opposition (...)
Médiateur du Faso : Saran Sérémé /Séré rend sa démission
Conseil Économique et Social au Burkina : Bonaventure (...)
Projet panier commun d’appui aux processus électoraux (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11256



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés