Actualités :: La contraception au Burkina Faso : Quelle conception des jeunes (...)

Selon le PMA (Performance Monitoring and Accountability) 2017-2018, il y a au total 27% de naissances non désirées au Burkina. Selon ce même projet le taux de prévalence contraceptive en 2017-2018 chez les femmes non mariées est de 28%. Au Burkina Faso comme partout ailleurs, les jeunes rencontrent très souvent des problèmes liés à la sexualité mais peu se confient à la contraception malgré les différentes méthodes contraceptives qui se modernisent et qui sont de plus en plus ouvertes aux jeunes. L’ultime question c’est de se demander alors pourquoi son utilisation par les jeunes n’est-elle pas effective ? est-elle acceptée ou pas ? et pourquoi ?

Un entretien avec Mme ZOUNDI, sage-femme à la clinique siège de l’ABBEF, pour nous en dire plus sur la question contraceptive des jeunes

Yenenga.net : Pouvez-vous nous présenter l’ABBEF ?

Mme ZOUNDI : L’ABBEF (Association Burkinabè pour le Bien Être familial) est leader en PF (Planification familiale) et en soins de santé sexuelle et de la reproduction. Nous offrons plus de 30 services en matière de planification familiale. Nous avons une clinique jeune et une clinique siège à Ouagadougou, une clinique jeune à tendance mixte à Koudougou, une clinique jeune et adulte à Bobo et une clinique jeune à Koupela. L’objectif de l’ABBEF est que chaque citoyen Burkinabè vive pleinement sa sexualité tout en étant responsable de ce qu’il fait.

Yenenga.net : Quelles sont les tendances par rapport à l’utilisation des contraceptifs par les femmes ?

Mme ZOUNDI : La tendance est que les femmes en ville, en milieu urbain, utilisent plus les méthodes contraceptives que celles qui sont en milieu rural sans doute à cause de la non accessibilité à l’information. Voilà pourquoi notre stratégie consiste à déporter les contraceptifs en milieu rural, cela facilite l’accessibilité

Yenenga.net : Parlons des méthodes, comment le choix est-il fait ?

Mme ZOUNDI : C’est le patient qui choisit sa propre méthode. Lorsque la personne vient dans notre clinique nous lui présentons toutes les méthodes possibles et c’est à elle de faire son choix. Quand elle l’aura fait nous allons l’évaluer c’est-à-dire prendre des renseignements sur ses antécédents médicaux chirurgicaux, gynéco-obstétriques. Avec ses informations nous vérifions qu’elles répondent aux critères d’éligibilité de l’OMS c’est-à-dire si le patient peut rester en bonne santé avec la méthode choisie et nous lui prescrivons le produit.

Yenenga.net : Les méthodes contraceptives protègent-elles des IST ?

Mme ZOUNDI : Les IST prédominent partout. Les jeunes filles pensent qu’en adoptant une méthode elles ne risquent pas d’infections. Elles craignent juste d’être enceintes tout en oubliant que certaines méthodes ne protègent pas contre les IST.
La plupart du temps les patientes qui posent le DIU (Dispositif Intra-Utérin) pensent qu’il donne des infections or c’est surtout le fait de soigner un partenaire et de ne pas soigner l’autre qui donne des infections.

Yenenga.net : La ¨pilule du lendemain¨ fait-elle partie des méthodes contraceptives ?

Mme ZOUNDI : La pilule du lendemain est une contraception d’urgence, or on considère qu’en contraception il n’y a pas d’urgence. C’est juste une méthode qui permet de sortir une personne d’un danger de grossesse. C’est comme une personne qui se noie et que l’on sauve, normalement cette dernière doit chercher une solution pour ne plus se noyer. Lorsqu’une personne prend un contraceptif d’urgence ça doit l’amener à se poser des questions et à poser des actes pour ne plus tomber dans le même piège. Il faut savoir que c’est d’ailleurs une hormone à forte dose qui a un coup sur les ovaires. La contraception d’urgence perturbe le cycle et a une répercussion sur l’organisme.

Réalisé par Adjaratou TALL (stagiaire)


Témoignages

Les avis face au sujet sont partagés. Cependant les chiffres ressortis par le PMA de la 1re vague (2014) à la 5e vague (2018) montrent une croissance du taux de prévalence contraceptive de 15,7% à 26,4%. Le Plan National d’Accélération de Planification Familiale du Burkina Faso 2017-2020 prévoie un taux de prévalence contraceptive 28% en 2019 et 32% en 2020.

Mme Ouédraogo : J’utilise la méthode de l’injection, c’est après mon premier enfant que j’ai décidé de faire la planification familiale. A mon niveau je n’ai pas eu trop de problème. La première fois que je l’ai fait je ne voyais pas mes menstrues, ce qui m’inquiétait. Plus tard les médecins m’ont expliqué que c’était normal parce que le produit empêche les menstrues mais n’avait pas de conséquence négative. J’ai arrêté les contraceptifs quand je voulais un autre enfant.

Je conseille à toutes les femmes d’adopter les méthodes, moi quand je l’ai fait mon état physique se portait toujours bien. Avec l’espacement des enfants je ne me sentais pas fatiguée et même que certains en me voyant ne sauront pas que je suis mère de trois enfants. En plus la différence d’âge entre mes enfants permet à la plus grande de surveiller les plus petits quand je ne suis pas là.

Traore Aminata, étudiante, 21 ans

La contraception selon moi est une bonne pratique tant chez les femmes mariées que chez les filles célibataires, parce qu’elle permet de mieux gérer sa sexualité et éviter d’éventuels soucis à savoir les grossesses précoces, non désirés et les IST.

Pour me protéger j’utilise les préservatifs. Ils m’aident dans ma sexualité et c’est fiable à 98% en plus c’est sans effet secondaire. Selon moi le débat de la sexualité est relatif, et chacun est libre de quoi en faire. Cependant si j’ai un conseil à donner aux autres c’est que dès le début d’une relation amoureuse c’est toujours mieux de discuter avec son conjoint pour savoir comment s’y prendre sur sa sexualité.

Lire la suite ici

Arrondissement N°8 de Ouagadougou : 48 heures d’activités (...)
Arrestation de Naïm Touré : Pour l’UPC, « le régime actuel (...)
Mutilations génitales féminines : Partager les bonnes (...)
Ministère de l’Agriculture : Un logiciel pour la (...)
40e anniversaire du Mouvement du 21 juin 1978 : Une (...)
Personnes vivant avec un handicap : La discrimination (...)
Région de l’Est : Les zones de pâturage de Namoungou et de (...)
Conseil national de la protection sociale : Les membres (...)
Cohésion sociale au Burkina : Le « Mouvement pour la (...)
Région du Centre-Sud : De retour au pays, des migrants (...)
Région de l’Est : 46 927 candidats à l’assaut des diplômes (...)
Bassinko : Les habitants du quartier Zekounga (...)
Forum national des personnes vivant avec un handicap : (...)
Syndicats : Une nouvelle organisation pour défendre les (...)
Gestion du budget alloué à la culture dans la commune de (...)
Ministère de l’Agriculture : Le syndicat dénonce une (...)
Lutte contre le travail des enfants : le ministère du (...)
19e forum pharmaceutique international : L’accès aux (...)
International Development Enterprises (iDE) : 250 (...)
Forum national des personnes vivant avec un handicap : (...)
Recrutement annoncé de personnel d’appoint au MINEFID : (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 21042

Les plus regardées



LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés