Actualités :: Sanmatenga : Formation des acteurs et partenaires de l’éducation de (...)

Mobilisation sociale comme outil de développement de l’éducation, la stratégie de mobilisation sociale, la participation communautaire, le plaidoyer, la micro-planification, le sous-projet communautaire et son élaboration, la sélection d’un intermédiaire, le suivi des réalisations et leur gestion financière, la communication participative sont les communications qui ont été données aux acteurs et partenaires de l’éducation de base du Sanmatenga par vagues successives.

Du 25 au 29 avril, la formation était dispensée au groupe noyau provincial de la direction provinciale de l’Enseignement de base, l’Association des parents d’élèves, des mères d’élèves, des préfets ressources, de la santé humaine et de l’Action sociale entrant dans la danse du 18 au 20 avril 2005. La boucle a concerné les 26 et 27 mai 2005, tous les directeurs d’écoles exerçant dans la province du Sanmatenga, soit 235 responsables.

Cette dernière formation a été surtout axée sur les sous-projets communautaires liés à la qualité et au génie civil avec leur intermédiaire, la sélection d’un intermédiaire, la gestion financière d’un sous-projet. Avec la décentralisation, le développement se fait avec les populations-cibles. Avec la mise en place du PDDEB et pour son succès, il faut amener les populations à mieux comprendre et connaître le PDDEB afin de s’engager en toute connaissance de cause dans sa mise en œuvre.

C’est ainsi qu’acteurs et partenaires ont été conviés à des sessions de formation afin que tous aient la même compréhension du PDDEB par une mobilisation sociale dont les objectifs sont :

* D’assurer une large diffusion du PDDEB auprès des communautés de base et de tous les intervenants en éducation de base.

* D’amener tous les acteurs et partenaires de l’éducation à s’impliquer en synergie dans la mise en œuvre du Plan décennal de développement de l’éducation de base.

* De favoriser une appropriation des stratégies de mobilisation sociale par les différents acteurs au niveau décentralisé.

* D’amener les communautés locales à s’engager de façon responsable dans le système éducatif de base en participant à la prise de décision, d’élaboration et à la mise en œuvre de plans d’amélioration des écoles et enfin, de faciliter et favoriser une capitalisation et une large diffusion des stratégies et interventions auprès des intervenants en éducation de base.

En effet, si tous ces objectifs sont mis en exécution, on peut alors envisager l’après-PDDEB avec plus de sérénité et d’optimisme. La tenue de ces différentes sessions qui ont regroupé du beau monde a été un plus selon les participants pour une meilleure gestion des écoles où tout le monde sera impliqué.

Ainsi, Dieudonné Simporé, chef de service à la direction du Sanmatenga a dit : "Cette formation est la bienvenue car la nouvelle philosophie de l’éducation de base veut que la participation se concentre autour de la communauté qui en est le bénéficiaire. Cette formation va contribuer à donner plus d’informations aux directeurs afin de les outiller pour mieux animer l’appui éducatif au niveau de leur école. Les directeurs et les responsables de la communauté devront désormais surveiller et contrôler les activités et chantiers menés dans leurs villages.

Les enseignants sont les premiers acteurs de l’éducation et les plus intéressés, d’où cette présence massive à cette formation". Pour Madame Sorgho de l’école communale A de Kaya, cette formation va leur permettre à partir de l’instant où elles ont acquis les outils nécessaires pour élaborer les projets communautaires, de bien nous y prendre pour atteindre les objectifs définis par le PDDEB.

Son école ne connaît pas les genres de violences ou d’atteinte à la pudeur qu’on signale ailleurs. Seulement, l’école n’est pas clôturée et cela est un souci pour elle. Avec l’élaboration d’un projet communautaire, elle a en vue le montage d’un dossier pour financer la clôture de l’école. Nous pouvons dire sans nous tromper que le PDDEB va bien !

Jacques NONGUIERMA
AIB/Sanmatenga

Affaire Thomas Sankara : « Ce sont les gens que nous (...)
Santé publique : Le Burkina se dote des plans d’urgence (...)
Burkina/humanitaire : Titao, il faut parer au plus (...)
Cosmétique au Burkina : « Ajaderm skincare by nature », (...)
Action humanitaire : 3TV et Wat FM lancent l’opération « (...)
Journée internationale de la femme africaine : Des (...)
Saison pluvieuse : Quelques consignes à observer pour (...)
Traite d’êtres humains au Burkina : Plus d’un millier de (...)
Boucle du Mouhoun : La nouvelle secrétaire générale de la (...)
Fada N’Gourma : Un homme et son fils meurent par (...)
Cadre sectoriel de dialogue santé : Des acquis (...)
Registre social unique du Burkina Faso : Le comité (...)
Emploi des jeunes en Afrique francophone : Une (...)
Cérémonie officielle de réception provisoire des bas-fonds (...)
Burkina : Plan international Burkina prépare les projets (...)
Promotion de la PCIAS dans les formations sanitaires : (...)
Allaitement au Burkina : « La pratique exclusive de cet (...)
Rentrée académique 2022-2023 : Inscrivez-vous à (...)
Droits des femmes au Burkina : « Thomas Sankara, à (...)
Burkina /ONEA : « Les perturbations de la desserte en (...)
Poste Burkina Faso : « J’exhorte chacun à l’efficience », (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31017

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés