Actualités :: Association des historiens africains : Le Dr Batinga élu président de la (...)

Comme il était attendu, l’Association des historiens du Burkina vient de voir le jour, regroupant désormais toutes les spécialités en la matière. Les 20 et 21 mai représentent désormais une date historique, comme ayant vu la création à Bobo-Dioulasso, de cette association, laquelle représentera désormais le section nationale d’obédience panafricaine.

C’est un véritable soulagement pour nos historiens qui désormais veulent aller en front uni aux différentes instances africaines et internationales. Ils savent qu’ils ont beaucoup à y apporter, et même, parfois mieux que ceux-là qui aux temps coloniaux ou post-coloniaux, ont écrit les pages d’histoire du Burkina et de l’Afrique. Ils ont une ambition profonde : relire, réécrire l’histoire.

Il faut le dire, ils ont déjà à leur actif, des œuvres précises, nombreuses, diversifiées, des contributions multiples au plan international, etc. (voir encadré). On ne peut parler aujourd’hui de l’histoire africaine sans une référence au professeur Joseph Ki-Zerbo. L’assemblée générale l’a, du reste, élu président d’honneur de l’association qui vient de voir le jour. Nul doute que cette association sera une référence. Mais c’est tout comme une époque qui s’achevait et qui devra marquer désormais l’entrée en scène de jeunes générations d’historiens.

Le séminaire-assemblée générale s’est achevé sur une note de satisfaction. Un bureau a été élu, avec pour président le Docteur Willy Moussa Batinga. Il comprend en tout, seize (16) membres dont un président d’honneur, trois conseillers, deux commissaires. Au chapitre des résolutions, l’assemblée générale engage l’association à réaliser un programme d’émissions médiatiques sur l’histoire du Burkina Faso, à plus d’agressivité dans la recherche des financements, à cultiver l’interdisciplinarité. Au chapitre des recommandations, il s’agit de trouver des financements pour la recherche. Il est recommandé de retirer des programmes scolaires actuels, le manuel d’histoire utilisé au cours primaire, une meilleure conservation des archives, le recrutement d’enseignants ayant un profil en adéquation avec les enseignements dispensés.

Après tout, il apparaît clairement que les historiens, à travers leur structure, veulent prendre pied dans la marche de l’histoire, être un carrefour qui impulse les différentes politiques à mettre en œuvre au Burkina.

Jean-Luc BONKIAN


Quelques acquis des historiens burkinabè

Les historiens burkinabè ont des acquis certains et indéniables. Le seul nom du professeur Joseph Ki-Zerbo évoque tant, partout ailleurs dans le monde, de l’Afrique aux Amériques.

De ces acquis, citons "les productions des quatre laboratoires du département d’histoire et archéologie de l’Université de Ouagadougou, les travaux du troisième cycle du même département, les recherches de l’Institut des sciences des sociétés (CNRST), les résultats des colloques et autres rencontres..".

Des ouvrages de notoriété internationale sont l’œuvre de nos historiens : Histoire de l’Afrique noire (Joseph Ki-Zerbo), la Haute-Volta coloniale : témoignages, recherches, regards. Cent ans d’histoire : 1895-1995, la création et l’animation de l’association Ibn Batouta, etc.

Sidwaya

Burkina : La Cour des comptes installe ses nouveaux (...)
Journée mondiale de l’aide humanitaire : Les acteurs (...)
Burkina : Des citoyens lancent Une « PETITION CITOYENNE (...)
Cour des comptes : Le receveur général prête serment
Centre de formation professionnelle de référence de (...)
Assistance alimentaire des populations du Nord : Projet (...)
Région du Centre-est : La journée internationale de la (...)
Foncier : Les résidents de la zone non lotie de Yamtenga (...)
Droits fonciers au Burkina : Des acteurs réfléchissent à (...)
Burkina Faso : Les prix des hydrocarbures augmentent dès (...)
Ouagadougou : Un enfant de 12 ans meurt des suites d’une (...)
Ouagadougou : Un exercice militaire prévu ce 19 août (...)
Crise alimentaire au Burkina Faso : Save the Children (...)
Burkina/Drame de Perkoa : Deux responsables de la (...)
Burkina/Education : La coopération française prend en (...)
Rentrée académique 2022-2023 : Inscrivez-vous à (...)
Société : « La gestion des conséquences de l’insécurité est (...)
Droits des femmes en Afrique : Les 9 recommandations de (...)
Sécurité urbaine au Burkina : Vers la mise en place d’une (...)
Conflits fonciers au Burkina : Les agents des services (...)
Bobo-Dioulasso : Des acteurs renforcent leurs capacités (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31080



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés