Actualités :: Anciens combattants : Malades d’une longue hibernation

L’Association unique des anciens combattants, anciens militaires, veuves, orphelins et victimes de guerre (AUACAMVOVG) a organisé du 12 au 14 mai 2005 au Mess des sous-officiers de Ouagadougou son assemblée générale ordinaire.

A cette occasion, les délégués provinciaux se sont penchés sur les acquis obtenus mais sur les difficultés qui assaillent les membres de l’association afin d’esquisser des solutions.

A cette rencontre des délégués provinciaux de l’’AUACAMVOVG, présidée par le ministre de la Défense, Yéro Boly, le président de l’association, l’intendant militaire à la retraite, Mamadou Sanfo, fera le point de trois années de lutte pour l’amélioration de la situation des anciens combattants et militaires à la retraite.

Pendant plus d’une vingtaine de minutes, il abordera la situation de la maison du combattant ; l’absence de moyens de transport et de moyens de communication téléphonique ; l’inexistence de personnel et de matériel de bureau nécessaires au fonctionnement de l’association ; la dotation d’une subvention de l’Etat pour assurer le fonctionnement du bureau national et des bureaux provinciaux ; l’état de précarité avancée dans lequel vit l’ancien combattant tant d’origine de l’armée française que de l’armée burkinabè.

Outre ces préoccupations, s’ajoutent, a dit le président Mamadou Sanfo, des problèmes recurrents tels que la création de l’Office des anciens combattants, l’édification d’un musée des anciens combattants en cours. Les membres de l’AUACAMVOVG souhaitent la revalorisation de leurs pensions et la reconstitution des carrières militaires.

Sur le premier point, l’intendant Mamadou Sanfo estime que la solution peut venir par la création d’un Fonds de régulation et de compensation des pensions de retraite militaire tandis que concernant la reconstitution des carrières militaires, il prône la création d’une commission pour trouver des solutions à l’abri des passions.

L’association des anciens combattants s’est également interrogé sur le fait que l’ex-Economat de l’armée, haut lieu de l’histoire et des valeurs militaires soit devenu aujourd’hui un lieu de jeux du hasard comme la loterie nationale, un lieu de paiement des gains des courses de chevaux, du Pari mutuel urbain, le PMUB. Les anciens combattants et militaires à la retraite ont donc suggéré que l’intégrité de la caserne, sanctuaire et symbole de valeurs militaires traditionnelles et modernes de nos armées soit sauvée.

Avant d’bserver une minute de silence en mémoire de leurs illustres disparus, l’association s’est réjouie lors de la rencontre du président du Faso, Blaise Compaoré avec les forces de défense et de sécurité le 18 mars dernier à Ouaga 2000, de l’affectation à l’association d’un terrain et d’un bâtiment en préparation de la maison du combattant expropriée pour cause d’utilité publique en 1988 par l’Etat ; de la dotation d’un véhicule de liaison. Pour l’heure, la structure du président Mamadou Sanfo vient d’obtenir des acquis avec la mise en route de la Caisse de solidarité de l’ancien combattant ; de la pharmacie de l’ancien combattant et de l’Economat.

Les anciens combattants ont également salué le geste du président français Jacques Chirac pour avoir donné des instructions pour rouvrir le dossier de la décristallisation des pensions des tirailleurs sénégalais et la promesse du président du Faso de voir ses pairs à ce sujet. Ils ont noté par ailleurs le bon déroulement de la revalorisation des pensions et de leurs paiements, cependant, selon eux, "il y a encore un petit reste".

Le ministre de la Défense a loué le dynamisme du bureau de l’association qui a valu à l’ancien combattant des acquis importants tels que la mise en place des structures sociales sus-citées. Yéro Boly a indiqué que son département soutiendra toujours les activités de l’association pour un mieux-être des militaires retraités. Il a salué la collaboration des anciens dans la construction progressive du centre culturel, de la bibliothèque et du musée des armées du Burkina Faso.

Ces structures, a-t-il dit, seront des cadres de conservation et de renovation des vestiges du passé légués par nos vaillants militaires et permettront à la jeunesse burkinabè de s’instruire de ce riche patrimoine. Egalement, il sera réalisé à court terme, dans l’enceinte du musée des armées, un mémorial en l’honneur des pionniers de l’armée burkinabè, a annoncé Yéro Boly.

Cyr Payim Ouédraogo

Observateur Paalga

Handicap au Burkina : « Fermer la porte d’une école à un (...)
Pèlerinage national au sanctuaire marial de Yagma : « (...)
Ouagadougou : L’aménagement annoncé de la voie de (...)
Santé et hygiène des menstrues : Des journalistes et des (...)
Secteur privé : Les patrons d’Afrique se rencontrent à (...)
Programme de certification au métier de consultant et de (...)
Humeur : M. le directeur général du Trésor public, il y a (...)
Journée mondiale des maladies tropicales négligées : « Le (...)
Incendie à « Sankar-Yaaré » de Ouagadougou : Environ 70% (...)
Arrondissement 6 de Ouagadougou : Des riverains révoltés (...)
Incendie à Sankar-Yaaré de Ouagadougou : Le syndicat (...)
Femmes et pratique des arts martiaux : Philippe (...)
Autosuffisance alimentaire au Burkina : La question de (...)
Construction de la Cour d’appel de Ouagadougou : Plus de (...)
BCB golf challenge 2023 : Salif Samaké et Justine Sanou (...)
Ouagadougou : Le marché Sankar-Yaaré ravagé par le feu, (...)
Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine (...)
Bobo-Dioulasso : Un meeting pour soutenir les autorités (...)
Affaire LONAB : « On ne veut pas dire la vérité au peuple (...)
Santé : Le système sanitaire burkinabè accueille 40 (...)
Pénurie de gaz butane à Dédougou : Une situation « (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32403



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés