Actualités :: 5e Convention nationale islamique Ahmadiyya du Burkina Faso

Les 14, 25, et 26 décembre 04, s’est tenue la 5e Convention nationale islamique de la Jamaat Islamique Ahmadiyya du Burkina Faso.

Placée sous le signe "Formation morale, spirituelle et physique de la jeunesse musulmane Ahmadie pour un esprit sain dans un corps sain", cette convention a vu la participation massive des jeunes ahmadis des 13 régions que compte la Jamaat Ahmadiyya du Burkina et la jeunesse musulmane Ahmadiyya du Mali venue soutenir leurs frères du Burkina.

C’est en 1882 qu’est née la Jamaat Islamique Ahmadiyya, fondée par Hazrat Mirza Ghulam Ahmad, un homme né en 1835 à Qadian, bourgade du Penjab en Inde. Sous inspiration, Dieu lui révéla qu’il a été choisi pour la renaissance de l’Islam authentique révélé au Saint Prophète Muhammad mais entaché par les innovations malsaines des hommes au cours de son évolution.

Adepte dévoué de l’Islam, il annonça au début des années quatre vingt du 19e siècle qu’il était un récepteur constant de révélations divines et que Dieu l’avait informé que le jour de la renaissance de l’Islam allait poindre et qu’il avait été choisi pour en être le messager. Son interprétation sous inspiration divine de l’Islam constitue la base fondamentale et immuable de la communauté (Jamaat) Islamique Ahmadiyya. Elle énonce l’essence de l’Islam, débarrassé de toutes les innovations malsaines des hommes. Elle ne s’écarte en rien de l’Islam enseigné par le Saint Prophète (SAW).

Elle n’y ajoute rien, ni n’en retranche aucun iota Les dérives et les innovations multiples n’ont pas été l’apanage des seuls musulmans mais ont touché les adeptes de toutes les religions telles que l’hindouisme, le judaïsme, le Christianisme. L’action conjuguée de ces éléments a eu pour conséquence de plonger le monde dans un spectacle ironique d’une part, par son plus haut progrès dans la science et la technologie dépassant les rêves les plus fous de l’homme d’il y a à peine un siècle et d’autre part, par la dégringolade des valeurs morales et spirituelles.

Des efforts sporadiques, timorés en vue de stimuler les valeurs morales et spirituelles restent stériles parce que inspirés par des spéculations humaines sans aucune impulsion divine. Cette tendance est manifestée dans les clergés de toutes les religions. Ce qui manque c’est reconnaître que la seule voie de délivrance, c’est d’établir une relation entre l’Homme et son Créateur.

La Jamaat Islamique Ahmadiyya est une communauté bien structurée à l’image des musulmans qui vécurent sous l’autorité directe du Saint Prophète (SAW) et pendant le siècle qui lui succéda. L’Ahmadiyya fonctionne suivant le système du Khilafat.

Depuis 2002, Mirza Masroor Ahmad, le 5e calife, dirige avec grand succès la communauté qui, en subordination, lui accorde toute attention et obéissance. Il coordonne l’action de plus de cent quatre vingts (180) Amirs(responsable nationaux de la communauté) à travers le monde. C’est une grande communauté internationale, multiraciale dans laquelle on a des Burkinabè, Béninois, Canadiens, Ghanéens, Américains, Européens, Pakistanais, Indiens, Arabes Chinois, etc.... Elle n’est à la remorque d’aucune personne ou pays dits islamiques Elle mène son action d’islamisation et humanitaire sur fonds propres constitués par des contributions volontaires et régulières de ses membres.

C’est ainsi que, outre la construction de mosquées un peu partout dans le monde (Ghana, Burkina, USA, Canada, Suède, Espagne, Australie, Sierra-Léone, Indonésie, etc.), la communauté Ahmadiyya s’investit dans l’aide humanitaire aux populations par la réalisation d’hôpitaux, d’écoles et tout ce qui peut contribuer à soulager les populations du monde. Ce n’est pas là de la fanfare, mais un phénomène très vivant, attrayant et progressif.

Aucune considération de couleur, de race ou de nationalité n’est permise de se mettre au travers de ce noble but. Partout dans le monde, cette communauté est à pied d’œuvre pour amener l’unification des hommes. C’est dans cette optique que s’est tenue la 5e convention nationale du 24 au 26 décembre à Somgandé, secteur 25 de Ouagadougou dans la commune de Nongremassom où se trouve le siège de la Mission Islamique Ahmadiyya du Burkina.

Le MAJLIS Khuddam’ul Ahmadiyya est la frange jeunesse(15 et 40 ans) de la communauté qui comprend outre cette section jeunesse, une section ATFAL’UL( enfants de 7 à 14 ans), une section féminine dénommée LADJINA IMMAHULLAH, une section du troisième âge dénommée MAJLIS ANSARULLAH(adultes de 40 ans ou plus). Chaque section est présente dans toutes les régions du Burkina où se trouve implantée la communauté ahmadiyya. Au niveau national, se trouve une instance de chaque section qui coordonne l’action de ses démembrements.

C’est ainsi qu’au niveau régional, des conventions régionales sont organisées chaque année par chaque section régionale et chaque année toutes les sections régionales de chaque structure (Kuhddam’ul, Ladjina ou Ansarullah) se retrouvent autour d’une convention nationale pour non seulement faire le point mais aussi envisager d’autres projets à travers des compétitions de connaissances religieuses, académiques, générales et sportives pour l’épanouissement de l’être dans la société.

La convention (IJTEMA) ainsi que les structures qui y participe sont I’œuvre du 2e calife de l’Ahmadiyya, Hazrat Mirza Bashir’ud dine mahmood Ahmad(ra) . Son objectif est de renforcer et de partager les expériences dans les domaines moral, spirituel, intellectuel et sportif Pour une première dans l’organisation des conventions, cette édition a vu la parade de jeunes musulmans Ahmadis de toutes les régions Ahmadiyya du Burkina.

Selon le président national des jeunes musulmans Ahmadis du Burkina, M. Kaboré Souleymane, cette parade dans les artères de la commune de Nongremassom où siège la direction centrale de l’Ahmadiyya du Burkina Faso, est une invite à l’endroit des populations à chercher à mieux connaître cette communauté aux valeurs islamiques authentiques du Saint Prophète Muhmmad(SAW), une communauté éprise de paix et d’amour pour toutes les créatures du monde.

La 5e convention nationale du Khuddam’ul Ahmadiyya du Burkina Faso a clos ses portes le dimanche 26 décembre à 16 heures par la remise des prix aux lauréats des compétitions qui se sont déroulées au cours de cette convention et par le mot de bon retour adressé par l’Amir de la Jammaat Islamique Ahmadiyya du Burkina Faso, monsieur Mahmood Nasir Saqib, à l’endroit de tous les participants. Rendez-vous a été pris pour 2005 Inch’ Allah.

Source Jamaat Ahmadiyya

Sidwaya

Burkina : La grève des contrôleurs aériens suspendue
Exécution de commande publique par les artisans : Le (...)
Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une (...)
Santé au travail : « Chaque année, le travailleur doit (...)
Pré-forum d’investissement de l’initiative « Main dans la (...)
Education au Burkina : CREDO en quête de 5000 bourses (...)
Burkina : « Wassa jeunesse éducation et patriotisme » (...)
Fin de formation des commandants et directeurs de (...)
Bobo-Dioulasso : L’arrondissement 3 récompense ses (...)
Sécurité au Burkina : La réduction des cas d’attaques à (...)
TGI Ouaga II : Le policier poursuivi pour menace de (...)
Journée internationale des personnes âgées 2022 dans les (...)
Hôpital Souro Sanou de Bobo-Dioulasso : L’ONG Light for (...)
Affaire Guiro Ousmane : Le jugement reporté à la (...)
Fin de la prise en charge des pauses-déjeuner : « La (...)
Jugement affaire Guiro Ousmane : Le parquet se retire (...)
Affaire KAMAO : « Il s’agit de défendre les intérêts de la (...)
Réconciliation nationale et cohésion sociale au Burkina (...)
Formation de commandants et directeurs des secours (...)
Sécurité des aliments : Un projet pour améliorer la (...)
Burkina/ Filière huile : Les travaux de 2021 restitués (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31353



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés