Actualités :: Ministère du Travail : Les conventions fondamentales de l’OIT en (...)

Dans le souci de renforcer les capacités des acteurs chargés de la mise en œuvre des conventions fondamentales de l’Organisation internationale du travail (OIT), particulièrement les magistrats et les avocats, un séminaire-atelier s’est tenu du 08 au 10 juin dernier à Bobo-Dioulasso. C’était à l’initiative du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Jeunesse.

Il n’est un secret pour personne que les bouleversements actuels que connaît le monde ont eu des répercussions sur les différents secteurs d’activités. La nécessité d’adapter les connaissances à cette nouvelle donne caractérisée par la mondialisation s’impose désormais à des Etats comme le nôtre.

En effet, le Burkina, à l’instar de beaucoup d’autres pays aux ressources très limitées, est confronté aujourd’hui aux effets imprévisibles et de plus en plus mal maîtrisés de la mondialisation de l’économie. Dans ce contexte, la justice sociale, selon les spécialistes en droit, demeure au stade du concept et ne saurait de ce fait constituer un référentiel pour le monde du travail.

Toute chose qui a pour conséquence l’aggravation de la pauvreté et, par conséquent, la recrudescence de l’instabilité sociale pouvant remettre en cause notre jeune démocratie en pleine construction.

Pour le ministre délégué à la Jeunesse, monsieur Daniel Ouédraogo, une croissance économique qui se réalise au mépris de considérations humaines ne peut que compromettre l’aspiration des populations laborieuses au progrès social et nous éloigner sans cesse des principes de dignité et de liberté fondamentale qui font de nous des hommes et des femmes qui aspirent légitimement à un véritable épanouissement.

C’est dans ce contexte particulièrement difficile que les magistrats et les avocats sont appelés à dire le droit ou à défendre en justice la cause des parties lésées ou qui se sentent comme telles.

Dans tous les cas, les participants à ce séminaire ont un rôle important à jouer dans la pratique du droit comme dans la création juridique. Et pour mieux faire face à cette mission, il est nécessaire que les avocats et les magistrats connaissent et maîtrisent le contenu des principes et droits fondamentaux de l’OIT.

Pour une meilleure application des conventions de l’OIT

L’organisation de ce séminaire, à en croire les responsables du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Jeunesse, illustre clairement l’engagement et les efforts de notre pays, à se conformer aux exigences des normes internationales du travail, auxquelles il a souscrit en tant que membre de l’OIT et ce, malgré les moyens limités et un environnement économique national et international difficile.

Cette rencontre, au terme des travaux, aura permis d’approfondir et de consolider les connaissances acquises lors du séminaire tenu du 23 au 27 septembre 2002 au Bénin et également d’évaluer les performances et les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre du plan d’action adopté à Cotonou.

En outre, ce séminaire a été l’occasion pour les participants de suggérer des perspectives pour une bonne application des principes et droits fondamentaux au travail par les magistrats et les avocats.

Le moins que l’on puisse dire est qu’au terme des travaux, les praticiens du droit se sont imprégnés des principes et droits fondamentaux au travail, bien avertis du but et des objectifs visés par la déclaration de l’OIT, et mieux armés pour lutter contre les violations des normes du travail dans notre pays.

L’Observateur Paalga

Pèlerinage à Yagma : « Nous devons abattre les murs de (...)
Cancer du sein : Un million cinq cent mille francs CFA (...)
Régions du Centre-Nord et du Sahel : Des infrastructures (...)
Ouagadougou : Ces compteurs de la SONABEL dans des (...)
Bobo-Dioulasso : Des délégués syndicaux dénoncent des (...)
Mali : Les 49 militaires ivoiriens inculpés et écroués (...)
Prix burkinabè de la qualité : La CAMEG reconnaissante au (...)
Commémoration de la journée internationale de la jeunesse (...)
Burkina Faso : Le Centre d’études, de formation et de (...)
Santé au Burkina : Des acteurs à l’école de la planification
Kaya : Un bébé abandonné dans une école
Burkina Faso : Plus de 56 tonnes de vivres saisies pour (...)
Sensibilisation au port de casque à Ouagadougou : (...)
Projet « Grand Ouaga » : Une concertation territoriale en (...)
Gestion des risques sociaux : 48h de dialogue entre les (...)
Lutte contre la cécité au Burkina : Du matériel roulant et (...)
Société burkinabè des fibres textiles : Fidèle Ilboudo (...)
Caisse nationale de sécurité sociale : Le directeur (...)
Dédougou : Des personnes déplacées internes crient (...)
Promotion de l’emploi des jeunes au Burkina : Le plan (...)
Syndicats : L’Unité d’action syndicale dénonce les (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31059

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés