Actualités :: Partenariat pour l’action en faveur de l’économie verte au Burkina Faso : 8 (...)

Conscient que l’atteinte des 17 Objectifs de Développement Durable ne peut se faire sans une économie tournée résolument vers la prise en compte de l’environnement. Pour y répondre, le Partenariat pour l’action en faveur de l’économie verte (PAGE) a vu le jour pour appuyer les efforts de pays en développement, qui souhaitent s’inscrire dans une transition vers une économie verte.

Ce partenariat mobilise actuellement l’expertise de cinq (05) agences du Système des Nations unies à savoir l’ONU Environnement(PNUE), l’Organisation Internationale du Travail (OIT), l’Organisation des Nations unies pour le Développement Industriel (ONUDI), l’Institut des Nations unies pour la Formation et la Recherche (UNITAR) et le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) dont les mandats, l’expertise et les réseaux combinés offrent un soutien intégré et holistique aux pays pour une économie verte inclusive, assurant ainsi la cohérence et évitant les doublons. Fort de cette vision, le Burkina Faso a intégré en 2014 ledit partenariat.

En adhérant au Partenariat pour l’action en faveur de l’économie verte (PAGE), le Burkina Faso a bénéficié de l’expertise des 5 agences onusiennes pour l’élaboration d’une Stratégie nationale d’économie verte (SNEV), qui servira de colonne vertébrale à la transition du pays vers une économie verte et inclusive (EVI). L’appui du PAGE a également contribué au Plan National de Développement Economique et Social (PNDES 2016-2020 et 2021-2025).

Car PAGE cherche à placer la durabilité au cœur des politiques et des pratiques économiques pour faire progresser l’Agenda de développement durable pour 2030 et à soutenir les nations et les régions dans le recadrage des politiques et des pratiques économiques autour de la durabilité afin de favoriser la croissance économique, de créer des revenus et des emplois, de réduire la pauvreté et les inégalités et de renforcer les fondements écologiques de leurs économies.

PAGE Burkina Faso en chiffre

Dans sa mise en œuvre au Burkina Faso, PAGE a travaillé avec 8 institutions nationales et ministères partenaires de 2014 à ce jour (NDLR 2 décembre 2022). Il a pris en charge 5 politiques comme la planification économique et développement national de 2017-2019 ; les réformes sectorielles en lien avec les objectifs l’économie verte inclusive ; l’industrie verte et commerce équitable ; l’agriculture durable en 2021 et le renforcement des capacités individuelles et institutionnelles en EVI. A cet effet, cette prise en charge s’est matérialisée à travers 5 études telles que l’étude sur les emplois verts au Burkina Faso conduit par l’OIT.

On note aussi pour 2021, l’étude sur l’impact de l’exploitation artisanale de l’or sur l’agriculture durable exécutée par l’ONU Environnement. Il faut noter que ces activités ont été menées à la suite de 20 consultations et ateliers de formation. En exemple, en 2018 grâce à la collaboration avec l’Ecole Nationale des Eaux et Forêts (ENEF), PAGE a pu intégrer un cours composé de 12 modules sur l’EVI et l’agriculture durable dans les cursus.

Dans la même dynamique, il a organisé un atelier de sensibilisation auquel ont participé 40 personnes représentant la Société Civile, le Privé et l’Etat ; réalisé une formation d’une quarantaine d’acteurs des filières PFNL, majoritairement des femmes, sur le commerce durable (PNUE) à la Nationale Forestière de Dindéresso en 2019.

Le tourisme burkinabé à l’épreuve de la COVID-19

Suite à la pandémie mondiale à coronavirus, le Burkina Faso a bénéficié d’un financement supplémentaire pour faire face à la question de relance économique Post Covid-19 du secteur du tourisme. Cette relance passe par la mise en œuvre d’un plan de travail à travers 8 activités visant à déclencher la relance et le verdissement du secteur.

On peut citer l’évaluation de l’impact de la COVID19 sur les entreprises touristiques et la mise à jour de la stratégie nationale de tourisme durable conduit par l’ONUDI. Avec l’après-PAGE, le Burkina doit s’engager à pérenniser leurs acquis et œuvrant pour une transition verte, inclusive et durable.

Charlène MOUBOULOU

Journée mondiale des maladies tropicales négligées : « Le (...)
Incendie à Sankar-Yaaré de Ouagadougou : Environ 70% des (...)
Arrondissement 6 de Ouagadougou : Des riverains révoltés (...)
Incendie à Sankar-Yaaré de Ouagadougou : Le syndicat (...)
Femmes et pratique des arts martiaux : Philippe (...)
Humeur : M. le directeur général du Trésor public, il y a (...)
Autosuffisance alimentaire au Burkina : La question de (...)
Construction de la Cour d’appel de Ouagadougou : Plus de (...)
BCB golf challenge 2023 : Salif Samaké et Justine Sanou (...)
Ouagadougou : Le marché Sankar-Yaaré ravagé par le feu, (...)
Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine (...)
Bobo-Dioulasso : Un meeting pour soutenir les autorités (...)
Affaire LONAB : « On ne veut pas dire la vérité au peuple (...)
Santé : Le système sanitaire burkinabè accueille 40 (...)
Pénurie de gaz butane à Dédougou : Une situation « (...)
Lutte contre la fraude au Burkina : Victor Ilboudo (...)
Koudougou : Naaba Saaga 1er célèbre le Nabasga 2023 sous (...)
Incendie du marché Sankar yaaré : Plusieurs centaines de (...)
Bobo-Dioulasso : Les acteurs de la filière anacarde (...)
Université Saint Thomas d’Aquin : Les étudiants célèbrent (...)
Gendarmerie de Boulmiougou : Eldaa Koama organise une (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32403



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés