Actualités :: Ouagadougou : Le Sankuy naaba Koabga sacrifie au « Zilikr maongo (...)

Le Sankuy naaba Koabga a effectué, ce 2 décembre 2022 sur plusieurs sites sacrés répartis dans la ville de Ouagadougou, le « Zilikr maongo ». Il s’agit d’un ensemble de rites faits après l’hivernage, pour remercier les ancêtres pour la bonne saison et demander leurs bénédictions pour que la communauté vive toujours dans l’abondance. Ce 3 décembre 2022, le conseiller spécial du Sankuy naaba, Paul Victor Guetin, est revenu, au cours d’une conférence de presse, sur l’historique de ces rites et leur importance.

Après une suspension d’environ 100 ans, le « Zilikr maongo » est à nouveau pratiqué depuis 2006, date à laquelle le Sankuy naaba a été rétabli par le Mogho naaba. C’est vers 1200 que Sankuy ou Sonkin est fondé par Reeba, premier fils de Naaba Oubri. Celui-ci était le responsable de tous les lieux sacrés du royaume de Ouagadougou et celui qui préparait le Mogho naaba avant son intronisation. Reeba est également celui qui effectuait les différents rites pour la protection de la communauté.

Paul Victor Guetin, conseiller spécial du Sankuy naaba Koabga.

C’est donc tout naturellement que le Sankuy naaba, qui est son descendant, est celui qui officie le « Zilikr maongo », qui est une cérémonie rituelle annuelle du royaume de Ouagadougou. Pour la cérémonie de cette année, c’est une dizaine de lieux sacrés qui ont été concernés par les sacrifices. Il s’agit de Tang Zugu, Sankuy, Pazeed Saaga, Kieglsé, Nayir Koudre, Kondinganse, Tens-Kaongo, Komberpademda, Baskuy et Nongrmassoum. Il faut noter qu’aux sites cités plus haut, s’ajoutent d’autres lieux tenus secrets par la famille royale.

Le présidium de la conférence de presse.

Il faut noter que c’est après plusieurs recherches que les sites actuels où s’effectuent les rites ont été retrouvés. Ces recherches se poursuivent toujours, pour retrouver tous les autres lieux sacrés où était pratiqué le « Zilikr maongo ». A en croire Paul Victor Guetin, des actions sont en cours pour la préservation de ces différents sites, pour éviter qu’ils ne soient profanés. Il a précisé qu’un projet de préservation était même en cours pour le site de Komberpademda, premier lieu sacré de la ville de Ouagadougou.

Armelle Ouédraogo/Yaméogo
Lefaso.net

Santé au travail : Zoom sur les troubles musculosquelettiques
Enseignement au Burkina : L’École primaire catholique de (...)
TGI de Ouagadougou : Il écope de douze mois d’emprisonnement
Éducation : Les anciens élèves de l’école primaire A de (...)
Koudougou : Le Centre agricole Sainte famille de (...)
Accès des adolescents et jeunes aux services de santé de (...)
MENAPLN : Un atelier pour réfléchir sur l’institution de (...)
Perturbations de la distribution du gaz : Immersion sur (...)
Ouagadougou : Huit présumés malfrats dans les filets de (...)
Arrondissement 2 de Bobo-Dioulasso : « Nos ambitions (...)
Boucle du Mouhoun : Des acteurs de la lutte contre le (...)
Moumouni Lougué, gérant du cabinet NOVID international : (...)
Burkina Faso : Bientôt un état civil moderne et (...)
Corridor Lomé-Ouagadougou : Les jeunes patriotes pour la (...)
Affaire « Elèves filmés par un enseignant » : Ainsi, on (...)
Pèlerinage national 2023 au sanctuaire de Yagma : « (...)
Lutte contre les mutilations génitales féminines : Le (...)
Mort d’un soldat à Dédougou : L’infortuné se serait suicidé (...)
Ministère de l’éducation nationale : Vers l’adoption du (...)
Route Dédougou-Bobo-Dioulasso : Un accident de la (...)
Développement endogène : Le SPONG réaffirme son engagement (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32445



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés