Actualités :: Journées scientifiques de l’ANRS-MIE : Les émergences infectieuses au cœur de (...)

Le lundi 21 novembre 2022 se sont ouvertes à Ouagadougou les 11e Journées scientifiques du site partenaire de l’Agence nationale de recherche sur le sida et les maladies infectieuses (ANRS- MIE au Burkina Faso) sous le thème "La recherche face aux émergences infectieuses".

Rencontre biennale, les dernières journées scientifiques de l’ANRS-MIE se sont tenues en 2018 et pas en 2020, du fait de la pandémie de Covid19. Après donc quatre ans d’interruption, les scientifiques se retrouvent les 21 et 22 novembre 2022 dans la capitale burkinabè, afin d’échanger sur les résultats de la recherche et présenter les projets de recherche terminés et en cours sur les thématiques de l’ANRS-MIE au Burkina Faso. Il s’agit notamment de travaux de recherche sur le VIH, les hépatites et le Covid-19.

Pendant 48 heures, les chercheurs vont réfléchir sur les émergences infectieuses

« Tous les deux ans, les partenaires du Nord et les partenaires du Sud, c’est-à-dire la France et le Burkina, les universités européennes et africaines qui collaborent ensemble dans la recherche se retrouvent pour juger les résultats qui ont été produits et décider des perspectives, de ce qu’on fait des résultats en termes d’information, d’éclairage des politiques publiques et surtout comment on évolue dans la recherche pour avoir de nouvelles solutions aux problèmes de santé », a expliqué Nicolas Méda, ancien coordonnateur du site partenaire ANRS-MIE du Burkina Faso.

Pr. Nicolas Méda, ancien coordonnateur du site ANRS du Burkina Faso

Le secrétaire général de l’Institut national de santé publique (INSP), Joseph Traoré, qui a représenté le ministre de la santé et de l’hygiène publique, a indiqué que le site partenaire de l’ARNS est un exemple de partenariat Nord-Sud en matière de recherche en santé. Il a salué la reprise de ces journées scientifiques et souligné que c’est la preuve de la résilience du monde scientifique par rapport à la situation du pays.

Le conseiller santé de l’ambassade de France, Pierre-Alain Rubbo, a en effet rappelé que l’ANRS est une agence française qui entretient avec le Burkina Faso, une coopération scientifique de plusieurs dizaines d’années. « C’est vraiment une coopération historique qui s’est faite avec l’ensemble des acteurs, notamment certains comme le centre Muraz qui est également un centre de référence régionale. Cette coopération en santé, en recherche et dans l’enseignement supérieur également sont des aspects qui font la richesse de la collaboration entre le Burkina Faso et la France », a laissé entendre M. Rubbo.

Pierre-Alain Rubbo, conseiller santé à l’ambassade de France souligne que son pays et le Burkina entretiennent une coopération scientifique de longue date

A en croire Pr Nicolas Méda, la coopération scientifique entre la France et le Burkina rayonne depuis 25 ans. « 50 à 100 millions d’euros ont été investis dans la recherche. Près de 120 projets ont été menés. Près d’une cinquantaine de Burkinabè ont eu des diplômes de haut niveau à travers cette coopération et au niveau logistique, il y a eu beaucoup d’équipements de laboratoire, d’équipements roulants et de bâtiments grâce à cette coopération », foi de Pr Méda.

Joseph Traoré, secrétaire général de l’INSP salue la reprise des journées du site ANRS

En rappel, l’ANRS-MIE finance, coordonne et anime la recherche sur le VIH/SIDA, les hépatites virales, les infections sexuellement transmissibles, la tuberculose et les maladies émergentes (covid-19, fièvres hémorragiques virales, arboviroses…), dans toutes les disciplines. Elle a choisie l’approche "One Health", concept qui s’intéresse à la fois à la santé humaine, animale et à l’environnement. L’ANRS entretient à ce jour huit sites de recherche au Burkina Faso, au Brésil, en Côte d’Ivoire, au Cameroun, au Cambodge, en Egypte, au Sénégal et au Vietnam.

La politique scientifique de l’ANRS-MIE dans les pays à faible revenu est centrée sur l’ouverture de sites de recherche dans les pays de convergence des actions françaises de développement.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Burkina : Quatre nouveaux officiers des forces armées (...)
Burkina Faso : Une conférence publique pour discuter des (...)
Amicale des femmes de la Sitarail : Une journée pour (...)
Administration du travail : Le Burkina accueille la 44e (...)
High-tech : Abstergo Store à la conquête du marché (...)
Ouagadougou : Un dépôt de matériels explosifs et de (...)
Burkina Faso : « En 2020 il y a eu près de 1132 cas de (...)
Santé et pollution de l’air au Burkina Faso : Des experts (...)
Burkina : Les restes mortuaires de Thomas Sankara (...)
Burkina Faso : Des civils non armés auraient été tués par (...)
Burkina : Le PNUD offre 14 véhicules et trois motos au (...)
Burkina : « Cette transition ne devrait pas être une (...)
Reprofilage de voies à Bobo-Dioulasso : De la mélasse (...)
Province camillienne du Burkina : Sept frères ordonnés (...)
Santé : Le Burkina Faso se prépare à faire face à une (...)
Burkina : Plus d’une centaine de femmes bénéficient de (...)
Incendie du marché de “Sankar-yaaré” : « Les responsables (...)
TGI de Bobo-Dioulasso : Un "passionné de l’armée" (...)
44e session ordinaire du conseil d’administration du (...)
Félicitations au groupe Orange pour la mobilisation des (...)
Eau et assainissement : Le groupe thématique régional (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32424



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés