Actualités :: Administration des concours professionnels : Bassolma Bazié rend visite à (...)

Le ministre de la fonction publique, du travail et de la protection sociale a visité dans la nuit du jeudi 14 au vendredi 15 septembre 2022, l’équipe d’organisation des concours professionnels de la fonction publique basée à l’Ecole nationale d’administration et de la magistrature (ENAM). Une sortie qui a permis au premier responsable du département de toucher du doigt les réalités mais surtout d’encourager les agents pour le travail abattu.

Il était 22h02 minutes. Le ministre en charge de la fonction publique, Bassolma Bazié débarque à l’ENAM. Après un bonsoir à mains levées aux journalistes, il se lance à grandes foulées vers les salles où l’attendaient les informaticiens et les experts en charge de la sélection des items qui seront administrés aux candidats le lendemain, c’est-à-dire, le vendredi 16 septembre 2022. Après un bref entretien avec ces derniers en présence des hommes et femmes de media, une lueur de satisfaction illumine le visage du ministre en charge de la fonction publique, synonyme que tout se passe bien.

Une session avec une forte couleur d’innovation

« Je tiens donc à féliciter l’ensemble de l’équipe. Une centaine de concours avec des millions de candidats qu’il faut gérer. Je pense que si vous n’avez pas la sérénité nécessaire vous n’allez pas tenir. Je suis hautement rassuré parce que la ressource humaine qui est déployée ici c’est d’abord sur la base de leurs compétences individuelles, de leur niveau de moralité et de la confiance », a lancé le ministre Bassolma à l’endroit de son équipe. Il indique que le souhait du gouvernement dès le départ, était qu’aucun Burkinabè ne se déplace d’une région vers une autre pour composer cette année. « Malheureusement, les moyens n’ont pas suivi cette volonté mais il y a tout de même une amélioration. Car les années antérieures, on était autour de 300 à 400 ordinateurs. Cette année on a pu mobiliser 1 019 ordinateurs », s’est-il réjoui.

Le ministre a félicité l’équipe en charge de l’organisation des concours

Cette sortie est aussi mise à profit pour toucher du doigt les difficultés traversées. Car, dit-il, une chose est d’envoyer quelqu’un en mission, l’autre c’est de venir à ses côtés pour vérifier ce qui se passe et confronter les dires aux faits.
D’ores et déjà, M. Bazié présente ses excuses pour d’éventuels manquements que les candidats viendraient à constater. « Il faut avoir l’humilité de le reconnaître : aucune œuvre humaine n’est parfaite. Nous voulons mieux faire. Mais on va tabler sur les erreurs pour améliorer le processus », prévoit-t-il.

De la compréhension du premier responsable du département de la fonction publique burkinabè, pour une administration efficace, il faut réunir les moyens pour sélectionner les Burkinabè qui ont les capacités intellectuelles nécessaires. Car la ressource humaine est le point névralgique de toute administration. « Il faut donc veiller à disposer de ressources humaines moralement acceptables, au top et capables de s’assumer dans le choix, l’administration, la correction et la délibération des sujets », se convainc-t-il.

L’innovation au cœur du processus d’administration des concours

L’administration des concours professionnels session de 2022 au Burkina Faso se fait avec une forte dose d’innovation. En effet, les compositions se font en ligne et le dispositif d’administration est de plus en plus amélioré. Selon le chargé de mission au ministère de la fonction publique, chargé de la sélection des items des concours professionnels, Bertrand Poda, à terme, il est prévu que cette séance soit totalement automatique. A ce stade, on pourrait même se passer des experts si l’évolution permet d’avoir des items de bonne facture, foi de M. Poda.

Selon Bertrand Poda, à terme, il est prévu que cette séance soit totalement automatique.

« A l’ENAM, l’activité qui se passe ici, nous pouvons la considérer comme une activité préparatoire de l’administration des épreuves. Cela veut dire que dans la salle qui est en face, nous avons une équipe de la fonction publique appuyée par des experts chargés de choisir les items des concours », fait-il savoir. Il précise que l’équipe dispose d’un vivier d’items collectés durant l’année. Le chargé de mission du ministère en charge de la fonction publique informe qu’il y aura 40 questions de spécialités et 20 questions de culture générale. « C’est l’ensemble de ces 60 questions qui sera transmis à la cabine demain matin autour de 6h50 pour que les candidats l’aient en ligne », déclare-t-il.

Il laisse entendre que les agents du ministère et les experts sont sommés de rester en salle jusqu’à ce que l’épreuve commence. Et, comme ce sont des questions en QCM (Question à choix multiples), s’ils sont en contact avec les candidats on pourrait penser qu’ils leurs ont donné le sujet. C’est la raison tout trouvée par les organisateurs pour "garder au frais" les experts jusqu’à ce qu’ils soient sûrs qu’aucun candidat ne peut plus avoir accès à la salle de composition après le top départ.

Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Assises criminelles : Le dossier Ousmane Guiro de (...)
Extrémisme violent : Les familles en quête de stratégies (...)
Burkina Faso : L’association Iqra sème la graine de la (...)
Journée du fournisseur minier au Burkina : La 3e édition (...)
Journée de l’excellence : L’Association Beoog neeré (...)
Agriculture au Burkina Faso : La CAIMA fait un bilan à (...)
Prise en charge des PDI dans le Centre-nord : Le projet (...)
IIIe Journée de pathologie et IVe journée du registre de (...)
Sécurité : Le commissariat de police de l’arrondissement 8 (...)
Evaluation en milieu universitaire : Un colloque (...)
Entrepreneuriat : Le programme 2SCALE fête ses dix ans (...)
Partenariat pour l’action en faveur de l’économie verte au (...)
Burkina/situation nationale : Le Cercle d’éveil craint (...)
Crise sécuritaire au Burkina : CGE Immobilier redonne le (...)
Commémoration de la journée internationale des personnes (...)
Ouagadougou : La police nationale met fin aux (...)
Lutte contre l’insécurité au Burkina : Des chercheurs (...)
Burkina Faso : Création de deux bases aériennes pour les (...)
Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres (...)
Burkina : Qui est le lieutenant colonel Ismaël Diaouari, (...)
16 jours d’activisme contre les VBG : l’ONG Oxfam (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31962



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés