Actualités :: Journée internationale de l’alphabétisation (JIA) 2022 : Message du ministre (...)

Septembre 2022

Mesdames, Messieurs,
Chères actrices et acteurs,
Promoteurs, producteurs et bénéficiaires des services d’alphabétisation,
Chers partenaires de l’Education !

En ce jour commémoratif de la Journée internationale de l’Alphabétisation, je me fais le devoir, l’honneur et le plaisir de m’adresser à vous en ma qualité de Ministre en charge de la Promotion des langues nationales, de l’Alphabétisation et de l’Education non formelle. Je voudrais tout d’abord avoir une pensée pieuse à l’endroit de toutes les personnes qui ont donné de leur vie pour que le système éducatif burkinabè puisse toujours bien se porter malgré cette situation sécuritaire préoccupante.

Mesdames, Messieurs,
Chères actrices,
Chers acteurs et partenaires de l’Education !

Celui qui ne sait ni lire ni écrire, ne peut participer pleinement à la vie de la société, sa santé et sa nutrition en souffriront et il n’aura accès qu’à un nombre réduit de possibilités d’emploi, ce qui fait qu’il lui est difficile d’échapper à la pauvreté, à la manipulation.

Comme l’a souligné, le Cadre d’action de Marrakech adopté au cours de la Conférence internationale sur l’éducation des adultes (CONFINTEA VII) tenue du 15 au 17 juin 2022, l’apprentissage et l’éducation des adultes, déterminent la citoyenneté active, la participation politique, la cohésion sociale, l’égalité des sexes. Par conséquent, ils favorisent d’importants avantages socio-économiques globaux pour les individus, les collectivités et la société humaine en général.
A ce titre d’énormes efforts sont consentis tant au plan mondial qu’au plan national pour booster l’alphabétisation.

Toutefois, les progrès enregistrés en matière d’alphabétisation sont entravés entre autres par l’élargissement de la fracture numérique, les maladies pandémiques, la mobilisation politique violente, les impacts des conflits dont le déplacement massif des populations qui fuient leurs villages pour se réfugier dans des zones plus sécurisées.

En 2020, selon les estimations de l’Organisation des Nations unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO), il y avait 771 millions de personnes analphabètes dans le monde dont la plupart des femmes, manquant de compétences de base en lecture et en écriture. La même source signale que près de 24 millions d’apprenants pourraient ne jamais retourner à l’éducation formelle au lendemain de la pandémie de la COVID 19 dont 11 millions devraient être des filles et des jeunes femmes.

Ainsi, pour garantir que personne ne soit laissé pour compte, nous devons faire évoluer les espaces d’apprentissage existants. C’est en réponse à cette préoccupation majeure que la célébration de la JIA est placée en 2022 sous le thème :
« Transformer les espaces d’apprentissage d’alphabétisation ». 

Transformer les espaces d’apprentissage d’alphabétisation devient un besoin impératif pour les pays en conflit, les pays accueillant des réfugiés, les pays confrontés à l’impact dévastateur des changements climatiques, les pays accélérant la reprise post-COVID-19, etc. La commémoration de la JIA édition de 2022 sera ainsi l’occasion de repenser l’importance fondamentale des espaces d’apprentissage d’alphabétisation pour renforcer la résilience et assurer une éducation de qualité, équitable et inclusive pour tous.

Par espaces d’alphabétisation, il faut entendre l’environnement physique, socioculturel et politique, les matériaux d’apprentissage, les activités nécessaires pour faciliter la création desdits espaces. Ainsi, les espaces traditionnels d’apprentissage doivent céder la place à de nouveaux espaces d’apprentissage plus adaptés aux besoins des populations.

Les nouveaux espaces d’apprentissage englobent et dépassent les espaces traditionnels : ils postulent que les apprentissages se font toujours aussi au-delà du cadre scolaire et cherchent, dans leur philosophie, à générer une cohérence et une complémentarité entre les apprentissages formels et informels, entre les apprentissages qui se font dans un lieu institué à cette fin et ceux qui se font dans des espaces autres (espaces de socialisation, de création, d’expérimentation, espaces individuels ou collectifs).

Les nouveaux espaces d’apprentissage sont donc plus vastes que le périmètre de la classe et de l’établissement scolaire et ils sont ouverts sur l’extérieur et sur des acteurs qui ne sont pas l’animateur ou l’enseignant attitré.

Conformément aux recommandations de l’UNESCO et du Sommet des Nations unies sur la transformation de l’éducation, les facteurs cruciaux pour la transformation des espaces d’apprentissage d’alphabétisation des apprenants jeunes et adultes sont la flexibilité, la proximité, la facilité d’accès et le lien avec le marché du travail.

Ainsi, la transformation des espaces d’alphabétisation implique l’adoption de plusieurs types d’espaces d’apprentissage tels que la maison, la communauté, le lieu de travail, le numérique et l’hybride garantissant ainsi une approche holistique qui implique toutes les parties prenantes clés et répondant aux besoins d’apprentissage des jeunes et des adultes de profils et de contextes différents.

Ayant perçu cette nécessité, le Gouvernement du Burkina Faso avec l’accompagnement de ses partenaires, a réuni certaines conditions permettant d’opérer la transformation des espaces d’apprentissage d’alphabétisation. Il s’agit essentiellement de/du :
- la production de ressources pédagogiques numériques ; 
- l’opérationnalisation d’une plateforme en ligne contenant des ressources pédagogiques numériques ;

- le renforcement des capacités des acteurs pour l’animation de la plateforme et son enrichissement ;
- l’acquisition des clefs USB pour l’enregistrement des ressources numériques au profit des structures éducatives qui n’ont pas accès à Internet ;
- la formation des chargés d’Alphabétisation et d’Education non formelle sur les stratégies d’utilisation des TIC dans les projets/programmes ;

- la prise en compte des TIC dans les contenus d’alphabétisation ;
- la poursuite des démarches en vue de l’acquisition effective de la télévision éducative ;
- l’élaboration et l’adoption d’une stratégie d’éducation en situation d’urgence (SN-ESU 2019-2024) ;
- l’élaboration d’un pacte de partenariat orienté vers la transformation de l’éducation de base.

Mesdames et Messieurs,
Chères actrices,
Chers acteurs et partenaires de l’Education

Au thème principal retenu par la communauté internationale, s’ajoute au plan national, un thème secondaire :
« Quelles alternatives éducatives en contexte d’insécurité pour satisfaire les besoins d’éducation et de formation des populations ? »

Le choix du thème secondaire se justifie à la fois par le contexte d’insécurité auquel est confronté le pays mais aussi par la faiblesse du taux d’alphabétisation. En effet, selon les résultats du cinquième Recensement général de la Population et de l’Habitat (RGPH 2019), 29,7 % de la population de 15 ans et plus est alphabétisé au Burkina Faso.

Ainsi, les réflexions autour des thèmes principal et secondaire de la JIA 2022 permettront aux acteurs, promoteurs, producteurs et bénéficiaires des services d’alphabétisation et d’Education non formelle d’imaginer des offres éducatives et de formations diversifiées et adaptées aux multiples besoins des populations ayant des parcours ondoyants et divers. Elles devront permettre également d’analyser et adapter les programmes d’enseignement/apprentissage aux besoins socioéconomiques des communautés et des publics cibles.

Mesdames et Messieurs,
Chères actrices,
Chers acteurs et partenaires de l’Education

Avant de clore mon propos, je marque là un arrêt pour exprimer toute ma reconnaissance et mes vives félicitations à l’ensemble des acteurs qui ont œuvré pour l’ouverture et la mise en œuvre réussie des activités d’enseignement apprentissage dans les différents centres d’alphabétisation ouverts au cours de la campagne d’Education non formelle 2021-2022.

Sans être exhaustif, je citerai les animateurs, les superviseurs, les coordonnateurs, les acteurs tant du niveau central, déconcentré que décentralisé. Ces différents acteurs ont su faire preuve de courage, d’ingéniosité pour conduire à terme la campagne d’alphabétisation malgré le contexte difficile caractérisé par une crise sécuritaire persistante.

Ainsi, grâce à l’abnégation des uns et autres, la campagne 2021-2022 a enregistré tous centres confondus l’inscription de 66 053 apprenant(e)s dans 2 263 centres ouverts par 480 opérateurs/trices soit 355 opérateurs financé(e)s par le Fonds pour l’Alphabétisation et l’Education non formelle (FONAENF) et 125 opérateurs dits émergents ayant ouvert des centres sur des fonds propres. Au niveau du renforcement des capacités professionnelles, 6 422 apprenants déplacés internes dont 4 852 filles /femmes ont été formés. Cela a permis de favoriser l’installation de 4874 jeunes et adultes dont 3875 filles/femmes.

Je voudrais rendre un vibrant hommage aux Forces de défense et de sécurité dont les efforts de sécurisation du territoire a permis de réaliser ces résultats.

Mesdames et Messieurs,
Chères actrices,
Chers acteurs et partenaires de l’Education

Nous devons retenir que notre système éducatif, nos espaces d’alphabétisation doivent être résilients afin de résister aux réalités sans précédent auxquelles nous sommes confrontés. Nous devons faire de l’apprentissage tout au long de la vie, un outil bâti sur quatre piliers principaux : apprendre à connaître, apprendre à faire, apprendre à être et apprendre à vivre ensemble. C’est dans cette dynamique que j’appelle votre engagement.

Je souhaite à toutes et à tous une commémoration fructueuse de la Journée internationale de l’Alphabétisation édition de 2022.

Vive l’alphabétisation, gage d’un développement humain durable !

Vive le Burkina Faso !

Je vous remercie.

Burkina Faso : L’association Iqra sème la graine de la (...)
Commémoration de la journée internationale des personnes (...)
Burkina/situation nationale : Le Cercle d’éveil craint (...)
Ouagadougou : La police nationale met fin aux (...)
Lutte contre l’insécurité au Burkina : Des chercheurs (...)
Burkina Faso : Création de deux bases aériennes pour les (...)
Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres (...)
Burkina : Qui est le lieutenant colonel Ismaël Diaouari, (...)
16 jours d’activisme contre les VBG : l’ONG Oxfam (...)
Lutte contre les maladies non transmissibles : Une (...)
Planification familiale au Burkina : Le plan national (...)
Droit d’accès à la terre en milieu rural : 30 femmes (...)
Bourse agricole 2022 : Afrique verte propose une (...)
Égalité de genre au Burkina : L’UNFPA forme des jeunes (...)
Tougan : Cérémonie de remise de matériels aux coopératives (...)
CLIMAT : Wascal lance son deuxième symposium contre les (...)
Burkina Faso : « Ce n’est pas en faisant taire les (...)
Lutte contre l’insécurité en milieu urbain : Deux réseaux (...)
Transport de marchandises : Le 2ème terminal à conteneurs (...)
Centre-est : Projet Fonds enfants et jeunes-phase VI : (...)
Burkina : La corruption a la peau dure, plusieurs (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31962



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés