Actualités :: Renouvellement du parc des véhicules lourds : Le ministre Mahamadou (...)

Le ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière a eu, le jeudi 5 mai 2022 à Ouagadougou, une séance d’échanges avec les transporteurs routiers du Burkina Faso. Mahamadou Zampaligré voulait les convaincre d’adhérer au projet de renouvellement du parc automobile dont le principal partenaire financier est la Banque mondiale.

Le parc des véhicules lourds du Burkina est majoritairement constitué de vieux véhicules. Cette situation rend les transporteurs routiers moins compétitifs dans la sous-région, provoque des accidents et entraîne souvent une dégradation des routes du Burkina Faso. Pour contribuer à résoudre ce problème, le gouvernement a lancé, le 11 octobre 2021, avec l’appui financier de la Banque mondiale, un mécanisme de renouvellement du parc des véhicules lourds. Ce projet a, en arrière-plan, un fonds de garantie de 5,5 milliards de francs CFA adossé à une prime de casse de10 millions par véhicule.

Mais près de deux ans après son lancement, le projet peine à avoir l’adhésion des acteurs du secteur. Initialement lancé pour soutenir le renouvellement du parc automobile de 150 transporteurs, le mécanisme compte aujourd’hui une soixantaine d’inscrits.

Les transporteurs routiers ont pu poser leurs préoccupations au ministre des transports

Pour comprendre le blocage et trouver des solutions, Mahamadou Zampaligré, ses collègues et des représentants de la Banque mondiale dont la représentante résidente, Maimouna Mbow Fam, sont allés à l’écoute des transporteurs routiers. « Il s’agissait pour nous d’écouter les acteurs et de définir des pistes de solutions pour qu’au soir de la clôture du projet, les résultats soient au rendez-vous », a indiqué le ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière.

Au nombre des difficultés soulevées par les acteurs du domaine, il ressort la difficulté pour ces derniers de réunir les documents demandés pour avoir le soutien du projet. En effet, il leur est demandé d’être à jour de leurs droits fiscaux, d’exercer le métier depuis au moins le 31 janvier 2020, d’affilier les chauffeurs à la Caisse nationale de sécurité sociale et d’être de nationalité burkinabè ou ressortissant d’un pays qui offre les mêmes avantages aux transporteurs burkinabè.

Mahamadou Zampaligre, ministre des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière

En plus de la documentation, le président de la Faîtière unique des transporteurs routiers du Burkina Faso (FUTRB), Issouf Maïga, explique la non-adhésion des acteurs du secteur au projet par la situation nationale. « Nous traversons actuellement une situation difficile dans notre pays et le monde des affaires est touché. Ce qui crée un mutisme dans le développement des entreprises », a-t-il expliqué. Au cours des échanges, des pistes de solutions ont été proposées. Et Maimouna Mbow Fam espère qu’elles permettront d’atteindre, dans les prochaines semaines, des centaines d’inscriptions.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Bien-être des employés au Burkina : Le directeur pays de (...)
Dédougou : Des femmes d’OSC et de partis politiques à (...)
Distinction Nansen pour les réfugiés 2021 : Les (...)
Investir au Burkina : www.businessprocedures.bf, la (...)
Burkina Faso : Le SPONG met en place un groupe (...)
Burkina : Le Forum national de réconciliation se tiendra (...)
Massacres de Solhan et Seytenga : Les ressortissants (...)
Mois de la famille et de l’enfant au Burkina : « Aucun (...)
Burkina/Indemnisation des victimes : « Les choses (...)
Situation nationale : Le collectif des OSC de la (...)
Burkina : L’organigramme du ministère des Affaires (...)
Formation et insertion professionnelle au Burkina Faso (...)
Âge de la Ménopause : Les recettes du Pr Charlemagne (...)
Burkina/Santé : Un nouveau projet pour améliorer la lutte (...)
Promotion de la paix au Burkina : Le ministre de la (...)
Nayala : Rencontre avec des producteurs pour des essais (...)
Ouagadougou : Une crise foncière divise les habitants de (...)
Problèmes fonciers à Yagma : « Toute activité de vente et (...)
Boucle du Mouhoun : L’insécurité et la cherté des intrants (...)
Burkina Faso : Les prix des loyers tels que prévus par (...)
Lutte contre l’insécurité dans la sous-région : « Djibrill (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 30744

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés