Actualités :: Campagne agricole de saison sèche 2021-2022 : Les activités officiellement (...)

Au nom du ministre de l’agriculture, le gouverneur de la région du Sud-ouest, a procédé, le lundi 22 novembre 2021, à l’ouverture du canal d’irrigation du périmètre irrigué de Navrikpe, marquant ainsi le lancement symbolique de la campagne sèche 2021-2022. La production attendue pour cette campagne sèche est de 7 300 000 tonnes de production maraîchère ; 125 000 tonnes de production céréalière et 996 000 tonnes de production fruitière.

Au Burkina Faso, la campagne agricole de saison humide 2021-2022 a connu des poches de sécheresse et des inondations durant le mois d’août et de septembre, période importante pour la maturation des plantes. Ces conditions climatiques défavorables ont entraîné des pertes de superficies estimées à 46 983 ha. C’est le bilan succinct fait par le gouverneur de la région du Sud-ouest, Emmanuel Zongo, le lundi 22 novembre 2021, à l’occasion du lancement officiel de la production agricole de saison sèche 2021-2022.

La situation sécuritaire a ajouté son grain de sable avec des abandons de superficies estimées à environ 412 000 ha. L’impact sur les épaules des producteurs est lourd, car leurs rendements et résilience ont été fortement affectés.
La présente campagne agricole constitue donc une opportunité pour combler le déficit de production de la saison humide. Cela, dans le but de renforcer la résilience des populations durement touchées. D’où le thème : « renforcement de la résilience des populations impactées par les inondations et les séquences sèches à travers la mobilisation des eaux souterraines ».

Les officiels lors de la cérémonie

Pour cette édition, c’est le périmètre irrigué de Navrikpe, un village situé à une trentaine de kilomètres de la commune de Dissin, dans la région du Sud-ouest, qui a abrité la cérémonie officielle de lancement. Sur ce site, les producteurs, forts de 148 personnes dont 55 femmes, exploitent une superficie de 21,43 ha avec un potentiel aménageable de 60 ha. Les principales spéculations qui y sont produites sont le riz et le chou.

Dans le cadre du lancement des activités de cette campagne sèche, les populations de Navrikpe et des villages environnants ont réservé un accueil chaleureux aux officiels. Après les bénédictions du chef du village, le 1er adjoint du maire de la commune de Dissin, Francis Somda, a, au nom du conseil régional, souhaité la bienvenue aux participants, et exprimé sa satisfaction de recevoir l’évènement. Avant de passer la parole au représentant du président de la Chambre régionale d’agriculture, M. Somda a souhaité une bonne campagne agricole aux producteurs. Devenue une coutume au Burkina Faso depuis une vingtaine d’années, cette manifestation annuelle en faveur du monde rural en général et des producteurs/productrices en particulier a été l’occasion pour Dieudonné Somé d’égrener un certain nombre de préoccupations dans la perspective de bénéficier d’un soutien en vue d’accroître la production des acteurs du secteur agricole et de générer plus d’emplois pour les jeunes et les femmes.

Remise symbolique de matériel agricole

Des difficultés…

Il s’agit de l’accès aux intrants, aux matériels et infrastructures agricoles. Sans oublier l’accès aux technologies innovantes d’éducation et la construction de magasins de stockage et d’aires de séchage. Mais ce n’est pas tout. Les producteurs ont aussi exprimé leur désir de disposer d’une grande superficie aménagée et souhaité la réhabilitation du périmètre irrigué qui est en état de dégradation progressive.

Ce n’est un secret pour personne. Les productions de saison sèche constituent un véritable levier de sécurité alimentaire et nutritionnelle pour les populations. « Cet état de fait est davantage important parce que, quand vous regardez un peu le contexte qui est le nôtre où nous avons l’insécurité qui a véritablement impacté nos populations, je pense qu’il est très important que le gouvernement soutienne les activités de production de saison sèche », a déclaré le gouverneur de la région du Sud-ouest.

En réponse aux doléances formulées, des mesures supplémentaires sont planifiées en faveur des populations affectées afin de renforcer leur résilience, en plus des actions traditionnelles de soutien aux personnes vulnérables.

Selon Daudu Sau, le gouvernement et la FAO ont un objectif commun qui est de libérer les producteurs de la dépendance des pluies

La mise à leur disposition des semences et d’équipements ; la réalisation de 500 forages à gros débit afin de mobiliser les eaux souterraines ; l’appui aux transformateurs pour l’accès au financement à des taux préférentiels pour le développement d’une agriculture contractuelle et la mise en place d’un mécanisme de rachat des productions à travers la SONAGESS sont des mesures citées par le gouverneur.

Pour la présente campagne sèche, il est attendu, entre autres, 7 300 000 tonnes de productions maraîchère ; 125 000 tonnes de production céréalière ; 996 000 tonnes de production fruitières.

Toujours présente aux côtés du gouvernement pour contribuer à l’atteinte de ses objectifs de développement, la FAO, au titre de la campagne agricole de saison sèche, a laissé parler son cœur à l’endroit des producteurs maraîchers et céréaliers de la province du Ioba ; de la Bougouriba ; du Poni et du Noumbiel. Le don était composé d’intrants agricoles, de matériaux et équipements agricoles, des aménagements de sites de production hors sols et la mise en valeur de 24 ha de sites maraîchers, pour un coût total de près de un milliard de francs CFA, a informé le représentant résident de la FAO, Dauda Sau, sous des ovations bien nourries.

Il a félicité le ministre de l’agriculture pour les efforts consentis pour la maitrise de l’eau à usage de production agrosylvopastorale et toutes les initiatives prises pour la réduction des pertes post récoltes, surtout dans le domaine des produits maraîchers (tomate en particulier). La visite du périmètre irrigué, suivie de la visite des stands d’exposition ont clos la cérémonie.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Burkina Faso : Les petits commerçants menacent (...)
Perturbations de la déserte en eau : L’ONEA est à pied (...)
Promotion immobilière au Burkina Faso : Voici la liste (...)
Plateforme E-passeport au Burkina : Le directeur (...)
Les Anciens de l’Appel de Manéga aux Burkinabè : « Chacun (...)
Ouagadougou : Ordures, sacrifices, carcasses d’animaux…des
Crise à l’université Nazi Boni : Le CFOP rend visite aux (...)
Boucle Mouhoun : AGRODIA soutient les PDI avec 10 (...)
Energie solaire au Burkina : Des lampadaires solaires (...)
Région du Centre-nord : L’ONG WaterAid vient en aide aux (...)
Dori : Les femmes déplacées internes les plus (...)
Projet Benkadi Burkina : Des protocoles de partenariat (...)
Crise à l’université Nazi Boni : Les parties fument le (...)
Ecole privée de santé Sainte Julie de Ouagadougou : 327 (...)
Education : Le ministre Stanislas Ouaro dans les locaux (...)
Crise à l’université Nazi Boni : Deux organisations de la (...)
Province du Gourma : Deux morts dont une enseignante (...)
Burkina Faso : Quatre nouveaux officiers aux commandes (...)
Burkina Faso : Qui est le nouveau contrôleur général (...)
Santé/Burkina : Le ministre de la santé, Charlemagne (...)
Education nationale au Burkina : Le ministère invite des (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 29505



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés