Actualités :: CDP : la section Canada du parti fait le choix du candidat idéal à la (...)

Le congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex-parti au pouvoir) a ouvert le samedi, 09 mai 2020 à Ouagadougou, son conclave pour la désignation de son candidat à la présidentielle de novembre 2020. En attendant de connaitre l’identité de ce présidentiable, la section Canada du parti, elle, semble avoir son choix. C’est ce qu’on peut lire de la déclaration ci-dessous.

Les militants du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) et l’opinion politique nationale et internationale connaitront dans les tous prochains jours, le nom du candidat du CDP à l’élection présidentielle de 2020. Les militants de la section du parti au Canada ne sont pas en reste. Ils sont plus que jamais déterminé et oeuvrent pour la victoire de leur parti en 2020. C’est pourquoi, se basant sur directive N° 2020/0001/CDP/CN/BPN/ BEN du 29 février 2020 portant désignation du candidat du CDP à l’élection présidentielle de 2020, ils dévoilent le choix officielle de la section.

Depuis quelques le mois, le collège de proposition du choix du candidat est à pied d’œuvre pour la désignation du candidat du CDP à l’élection présidentielle de 2020. A l’issue de l’appel à candidature, trois militants du parti se sont déclarés pour s’affronter en interne. Il s’agit des camarades Eddie Komboïgo, Yahaya Zoungrana et Mohamadi Lamine Kouanda.

La pandémie du COVID-19 qui a entrainé la suspension des activités et obligé le parti à procéder au choix de son candidat sans campagne, la section CDP du Canada tient mordicus à rappeler au collège de désignation du parti, qu’il ne suffit de regarder une sinistre farce télévisée rassemblant des prétendants, pour choisir un candidat à une élection présidentielle. Il ne suffit pas non plus d’examiner minutieusement les programmes de chacun et de les comparer. Ce qui se révèle être un exercice utile mais insuffisant. Il faut répondre à quelques questions simples, très générales mais essentielles :

1. Quel est le projet souhaité ? Nouveau modèle de société ou gestion rigoureuse et pragmatique ? Politique envahissante (ambitieuse diront certains) ou politique modeste (cautionnant l’existant diront d’autres) ?

2. Qui est apte à gouverner ? Deux qualifications de base sont nécessaires : la maîtrise de tous les grands sujets politiques et économiques (la culture) et une expérience de l’exercice du pouvoir (le savoir-faire).

3. Face à une situation grave et imprévue (troubles sociaux, terrorisme de masse), un dirigeant doit être capable de faire face. Son action passée constitue un indicateur.

4. Enfin, quelques questions essentielles : faut-il voter utile ? Ou faut-il, au contraire, voter pour protester ou se faire plaisir ? La sociologie politique est cruelle et certains candidats n’ont aucune chance de devenir Président. Voter pour eux, est-ce renoncer à avoir une influence ?

Ces critères de choix ne sont certainement pas suffisants, mais ils permettent de faire un choix conséquent. Bien sûr, les notions d’expérience, de culture politique, de capacité de réaction face à l’imprévu comportent une part de subjectivité. C’est pour cela que le secrétaire général de la section du Canada Ousmane Tapsoaba en parlant au nom de tous les militants et sympathisants a dit Clairement que “le choix de la section du Canada est Eddie Komboigo, le leader dynamique et charismatique que le Burkina Faso a besoin actuellement pour régler les crises et sauver le pays.”

Pour le secrétaire général à l’organisation, le camarade Mahamadi Congo la section du Canada sait très bien qu’être candidat à l’élection présidentielle comporte des conditions et des obligations aux plans politique, juridique et financier.

-  Sur le plan politique, il faut un maillage du territoire surtout avec un parti politique effectivement et efficacement bien implanté. En plus, le candidat doit être en mesure de rassembler, car aucune élection ne peut se gagner à partir de son seul et unique camp.

-  Sur le plan financier, il faut des fonds suffisants permettant de mener une campagne électorale à l’échelle nationale, sur une longue durée. Cela confirme la nécessité de disposer de tels fonds pour financer le parti et la campagne.

-  Sur le plan juridique, le candidat doit jouir pleinement de tous ses droits politique et civique d’une part, et d’autre part, être en règle vis-à-vis des lois et règlements en vigueur dans le pays. C’est d’ailleurs pour cela que le camarade Guy Ouedraogo, affirme que le président Eddie Komboigo est le seul candidat au sein du CDP qui incarne toutes ses qualités et lance un appel a tous les membres du collège de désignation de choisir sans hésiter le camarade Eddie Komboigo si toute fois il n’ y a pas consensus et que des élections s’imposent.
- 
Nous rappellons que le rôle d’un parti politique qui se veut conquérant est d’occuper sainement et sereinement le terrain politique. Surtout quand il a de nombreux militants et sympathisants à l’extérieur du Burkina Faso et qui ont la fibre patriotique. Le Congrès pour la Démocratie et Progrès (CDP), est très bien implanté au Canada.

Confiant, le camarade Boris Yaméogo, membre de la section du Canada a affirmé que : « les élections de 2020 sont proche et nous attendons de prendre d’assaut les urnes pour donner la victoire à notre parti. Les militants du Canada sont mobilisés pour que notre victoire soit certaine. Nous ne nous lasserons pas de mobiliser et d’œuvrer à la victoire du CDP en 2020 ».

Présentation de vœux au Premier ministère
Rentrée politique : Le PF a parlé, les autres aussi
Ernest P. Yonli : "Nous n’avons pas pu réaliser nos (...)
Compte rendu du Conseil des Ministres du mercredi 7 (...)
Insécurité au Burkina :La police de proximité comme arme (...)
Blaise Compaoré briguera un nouveau mandat présidentiel (...)
Point de presse du gouvernement : La retraite entre 55 (...)
Combat pour le développement : Le Burkina n’acceptera (...)
REN-LAC : du phénomène de corruption
Ville de Ouagadougou : Nouvelle année, nouvelles (...)
Commémoration du 3- Janvier :Le collectif syndical CGT-B (...)
Message du nouvel an de Blaise Compaoré
Le ministre Salif Diallo, Homme de l’année 2003 de (...)
Message du Premier ministre au Peuple Burkinabè
Message de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian (...)
Compte rendu du Conseil des ministres du mardi 30 (...)
Vœux à la présidence du Faso : Le personnel jure fidélité (...)
De la violation du secret de l’instruction à la mauvaise (...)
Blaise Compaoré et la JNP : "J’ai failli ne pas y (...)
Situation nationale : Questions au Premier ministre (...)
Groupe des démocrates républicains : Le parti effectue (...)

Pages : 0 | ... | 10983 | 11004 | 11025 | 11046 | 11067 | 11088 | 11109 | 11130 | 11151 | ... | 11214


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés