Actualités :: Quand le PCR "V" avance masqué

"Tout le monde connaît le nom de la vieille, mais chacun s’évertue à l’appeler grand-mère".
Ce dicton populaire, on peut l’appliquer au MBDHP au vu de son rapport sur l’état des droits humains au Burkina Faso, période 1996-2002.

En effet en toute logique on peut se poser cette question quoiqu’elle serait futile pour certains : Halidou OUEDRAOGO a-t-il réussi à adhérer au PCR "V" comme il en a eu l’intention ? En tout cas la langue de bois du rapport et les clichés sur lesquels il s’appuie renvoient au vocabulaire de cette organisation.

Simple coïncidence ou l’un a-t-il déteint sur l’autre ?

"Pertes des valeurs morales, ignorance, analphabétisme, dysfonctionnement de l’administration, impunité…" à lire le rapport du MBDHP, rien ne marche au Burkina Faso pour ne pas dire que les Burkinabè marchent sur la tête. Tout irait de travers si bien que le MBDHP souligne qu’il "y a fort à craindre que les lendemains proches soient orageux". Pour qui ne connaît pas les "patrons" du mouvement, ce cri d’alerte peut être assimilé à un cri du cœur alors qu’il n’est en fait que la traduction d’une ligne politique qui voit tout au Faso en "trouble et complexe" et pense détenir la panacée à même de tout remettre en ordre. Ces leaders dont il s’agit sont pour la plupart issus des groupuscules marxisants qui "grenouillaient" partout où il y avait des étudiants burkinabè dans les années 70 et 80 et qui se sont par la suite structurés en partis politiques, avec la scission intervenue au niveau de "l’Organisation communiste voltaïque" (OCV) en 1979.

Cette scission a donné naissance principalement à l’Union des luttes communistes (ULC) et au Parti communiste révolutionnaire "voltaïque" (PCRV). Le premier prônait la révolution démocratique et populaire (RDP) qui, depuis, a fait long feu, alors que le second était lui, un adepte de la Révolution nationale démocratique et populaire (RNDP) qui n’a jamais été appliquée parce que tout simplement fondamentalement anachronique, mais surtout parce que ses dirigeants qui ont choisi l’ombre pour s’exprimer, n’ont jamais eu le courage de sortir du bois et d’agir à visages découverts.

Créer les conditions subjectives

Une théorie anachronique car, du fait même de l’indépendance formelle du pays, elle est dépassée. Quant au fait que ses dirigeants ont choisi l’ombre pour s’exprimer, l’on ne fera pas l’injure à Halidou OUEDRAOGO, de penser que depuis sa déclaration fracassante aux termes de laquelle il décidait de chercher à adhérer au PCR "V", il n’a pas réussi. D’ailleurs l’imaginaire populaire a toujours vu en lui un des "gourous" de ce parti. Cette sortie n’a donc fait que confirmer un secret de polichinelle devenu insupportable. A la réalité, elle donne raison à ceux pour qui le MBDHP a depuis longtemps perdu son autonomie pour devenir à l’image des poupées russes, la "chose" de cette nébuleuse pseudo-révolutionnaire dont on ne connaît que trop la stratégie d’infiltration des organisations socio-politiques pour y distiller son venin.

On sait que, instruit des mutations vécues par notre monde suite à l’effondrement du mur de Berlin, ce type de nébuleuse a opté d’investir le champ de l’activisme dans les droits humains pour mener la guerre psychologique qu’il a toujours prônée et dont l’objectif principal est de préparer les conditions subjectives pour l’avènement de la RNDP. La tactique est de se fondre dans l’ennemi pour l’attaquer de l’intérieur plutôt que de front.

Il s’agit en fait d’utiliser le système lui-même pour le combattre. Quand on sait qu’en matière de droits humains il y a tant à dire et à faire qu’on a le loisir de "surfer" à sa guise, le sujet étant des plus porteurs et des plus élastiques, on comprend aisément le foisonnement de mouvements dans ce créneau et l’activisme de certains personnages. Voilà pourquoi ils ont le beau rôle, et ne cessent de stigmatiser le "bafouement" des droits humains dans l’espoir un jour de concrétiser leur "théorie" ou à tout le moins de "bien manger, mieux vivre" car il y a longtemps qu’on a compris que la rhétorique idéologique ne nourrit plus son homme.

Bien sûr, pour faire bonne mesure, on s’élève vigoureusement contre ce type d’analyse en le mettant sur le compte de "l’affabulation" ; mais, c’est prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages.

Certaines déclinaisons de leur programme ne trompent pas. Pour le renforcement de la lutte contre l’exclusion, le MBDHP recommande ainsi "l’arrêt des Programmes d’ajustements structurels… pour que les années à venir enregistrent des points positifs".

Tout le "programme" du PCR"V", revu et corrigé pour le XXI° siècle tient dans cette phrase. Comme à l’accoutumée on prend soin à ne pas énumérer les conditions de réalisation de ces points positifs. Mais, le peut-on vraiment dans la mesure où par ailleurs on bénéficie des avantages du système par le biais de financements massifs provenant de ces mêmes institutions ou de leurs démembrements. Un exercice de haute voltige que celui mené là par le MBDHP qui veut tuer le système tout en s’en nourrissant. Il y a comme une urgence à recentrer le débat en investissant comme tous les autres, le champ politique.

Une utopie, car se serait là aliéner le "fonds de commerce". Et comme le dit un autre adage populaire "qui est fou" ?

Par Alpha YAYA
L’Opinion

Burkina : Pascal Zaida et Marcel Tankoano alertent sur (...)
Réconciliation nationale : « Pourquoi avoir une haine au (...)
Roch Kaboré et la Réconciliation nationale : Le Mouvement (...)
UPC : Le Poé Naaba a démissionné
Assemblée nationale : La 7e Législature rend hommage à (...)
Burkina Faso : « Il faut une réconciliation au niveau de (...)
« Roch Kaboré a réhabilité Thomas Sankara sur tous les (...)
Législatives 2020 : Le tribunal administratif invalide (...)
Politique : L’Alliance pour la défense de la patrie veut (...)
Promesse de réconciliation nationale de Roch Kaboré : « (...)
Affaire Sankara : Ça avance au Burkina, ça traine en (...)
Volonté du président Roch Kabore à aller à la réconciliation :
Législatives de 2020 au Burkina : Le tribunal (...)
Elections législatives 2020 au Burkina : Le NDI coache (...)
Elections couplées de 2020 au Burkina : L’UPC forme ses (...)
Recours contre des articles modificatifs du code (...)
Elections de 2020 au Burkina : Des journalistes à (...)
Réconciliation nationale : « Nous allons régler la (...)
Intention du président Kaboré sur l’éventuel retour de (...)
Code électoral 2020 : Le Conseil constitutionnel examine (...)
Assassinat de Thomas Sankara et de ses compagnons : Le (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10668

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés