Actualités :: Accusations mauritano-ivoiriennes : Hermann Yaméogo, le Ben Laden de Blaise (...)

Le Burkina Faso est devenu brutalement fébrile, subitement excité depuis que la Côte d’Ivoire et la Mauritanie ont accusé le pays des Hommes intègres d’être impliqué dans les tentatives de déstabilisation dont ils ont été victimes.

L’homme qui occupe l’épicentre de l’affaire est bel et bien le président de l’UNDD, Hermann Yaméogo. Ainsi, çà et là, des hommes et des femmes ont réagi sur la question de la levée de l’immunité parlementaire du député Yaméogo.

Mais si du côté du pouvoir comme de l’opposition, on aiguise épées, couteaux et lames pour se fendre chaque fois qu’un bord écrit, il y a bien encore un autre bord, celui de ceux qui se posent des questions sans passion. Quand on fait l’état des lieux, il ressort tout de suite que d’un côté comme de l’autre, les accusations mauritano-ivoiriennes ont été mal gérées par la classe politique burkinabè.

Évidemment, tout a commencé avec l’implication dans l’affaire de maître Hermann Yaméogo. Si le président de l’UNDD, taxé d’instable politique, a montré très peu d’arguments pour sa défense, le bord de Blaise Compaoré n’a pas trouvé la tenue qui convient pour contrer le fils de Maurice Yaméogo, qui, aujourd’hui, boit du petit lait.

Il est vrai que l’ex-président de l’ADF puis de l’ADF-RDA a bénéficié des largesses de Blaise Compaoré au temps mémorable de sa démocratie consensuelle. Il est encore vrai que toutes les promesses faites à sa personne n’ont pas abouti. Ce qui l’a ramené à l’opposition pure et dure. Il est encore vrai que, dans sa balade politique, il a perdu une bonne partie de sa crédibilité vis-à-vis de l’électorat. Mais aujourd’hui, il est à se demander si l’épisode qu’il vit n’est pas le "deal" qui va permettre son retour politique.

Hermann Yaméogo a fait trembler le CDP. Comme Ben Laden vis-à-vis des États-Unis, Hermann Yaméogo, aujourd’hui indésirable au palais de la présidence, possède des secrets que le camp de Blaise Compaoré aurait voulu voir taire. Il se trouve malheureusement pour le pouvoir et pour le CDP que le fils de Koudougou tient des cartes qu’il peut jeter à tout moment, et ça, ça dérange.

C’est pourtant le moment où jamais de dialoguer avec cet homme politique consumé dans la gestion de ce qui fut un grand parti d’opposition. C’est aussi le moment de relire son parcours face à l’opinion sans pour autant lui mettre sur les épaules tous les péchés d’Israël. Il aurait peut-être fallu que Roch Marc Christian Kaboré, président du CDP, ou Blaise Compaoré, ancien maître de maître Hermann Yaméogo, convie le politicien à problèmes à une discussion.

On dit d’Hermann Yaméogo qu’il monnaie ses prises de position. On l’accuse de tous les maux, dont celui d’exporter son expertise politique dans la sous-région. On lui attribue le statut d’apatride. Des arguments existent en effet qui pourraient faire prendre Hermann Yaméogo pour ce qu’il est réellement.

Il s’impose à tout observateur deux visions. Dans un premier temps, il apparaît que, comme disait l’autre, il n’y a jamais de fumée sans feu. La Côte d’Ivoire et la Mauritanie ont tant insisté qu’il semble bien que le Burkina, avec le drapeau libyen, est allé s’embourber dans ces pays-là. Si le Burkina n’est pas un État mercenaire, il fait au moins dans la sous-traitance décriée par le continent africain et criée par Me Hermann Yaméogo.

Deuxièmement, le président de l’UNDD, qui ne fait pas dans la confidence, est au stade où il doit se défendre. Finies les discrétions diplomatiques. Oubliées les allures compassées dans les réunions où le fils de Koudougou avait souvent remplacé Blaise Compaoré dont il était le deuxième bras droit. Oubliés les conseils du vieux Houphouët-Boigny prodigués à Hermann et à Blaise quelques mois avant sa mort.

Si demain l’immunité parlementaire de Me Hermann Yaméogo venait à être levée, la rupture serait totale, et au regard de la somme des mécontentements cumulés par la pauvreté de l’électorat, le fils de Maurice Yaméogo ferait une bonne affaire. Du reste, le président de l’UNDD remonte déjà dans les sondages informels.

M. J. Mimtiiri
Journal du jeudi

Situation nationale : Les préoccupations de l’UNDD
Compte rendu du Conseil des ministres du 11/02/2004
Opposition burkinabè : La culture de « l’anti-démocratisme (...)
Affaire PAI : L’épisode de trop
Marie Thérèse Drabo : "La corruption continuera (...)
Violation de l’espace aérien : Que disent les textes (...)
Sécurité aérienne : Un avion de touristes "détourné" sur (...)
Education : la Suède accorde plus de 2 milliards et demi (...)
Politique : Le regain de vitalité de la diplomatie (...)
Burkina-Centrafrique : Le président Bozizé lance un appel (...)
Burkina-Centrafrique : Blaise Compaoré bientôt à Bangui (...)
Le président de Centrafrique à Bobo-Dioulasso : "Je (...)
Bozizé et le « modèle » burkinabé
Respect du patrimoine national : Le médiateur du Faso (...)
Séjour du président Bozizé au Burkina : Des contacts au (...)
François Bozizé au Burkina : s’inspirer de l’expérience de (...)
Conseil des ministres du 4/02/2004
Présidentielle 2005 : De la légitimité des révisions de (...)
RECONSTRUCTION DU LIBERIA :Le Burkina sollicité pour un (...)
Le ministre burkinabè de la Sécurité reçu par le président (...)
Point de presse du gouvernement : Des ministères menacés (...)

Pages : 0 | ... | 11046 | 11067 | 11088 | 11109 | 11130 | 11151 | 11172 | 11193 | 11214 | ... | 11361



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés