Actualités :: Burkina : « Il n’y a pas de raison qu’on continue de s’endetter et qu’on (...)

Les membres de l’Initiative pour la coopération économique et financière Burkina/BRICS (ICEF-Burkina/BRICS) ont organisé une conférence de presse samedi, 8 juillet 2023 à Ouagadougou, pour présenter leur structure et donner leur lecture sur l’accord du gouvernement de la Transition avec les BRICS (acronyme désignant le groupe de pays composé du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud). Les conférenciers se sont également prononcés sur l’actualité socio-politique nationale, avant de confier qu’ils vont plaider pour la tenue d’états généraux des financements reçus par le Burkina Faso, de 1960 à ce jour.

« Il n’y a pas de raison qu’on continue de s’endetter et qu’on continue de s’appauvrir en même temps. Nous sommes fatigués d’être pauvres, nous sommes fatigués d’être appelés pauvres », s’est agacé le chargé de la formation et des questions économiques de l’ICEF-Burkina/BRICS, Ismaël Cissé, constatant qu’il y a 60 ans que le Burkina a adhéré à la Banque mondiale sans pour autant quitter les stéréotypes de « pays pauvre ».

« La dynamique de la transition, c’est diversifier les partenariats. Je crois qu’aucun Burkinabè n’ignore que les partenaires traditionnels n’ont pas joué un rôle pour juguler la crise. (...). Même ceux qui nous ont colonisés (ce n’est un secret pour personne) frappent à la porte des BRICS. Le Burkinabè doit cesser de se complexer et de s’auto-censurer... et les BRICS, ce sont des partenariats de plus. Et la concurrence crée la qualité », encourage le coordonnateur général de l’ICEF-Burkina/BRICS, Joachim Kéré, constatant que la diversification des partenariats pousse certains partenaires classiques à reconsidérer leur posture.

De g. vers la d. : Dapran Yoda (chargé presse et communication), Ismaël Cissé, Joachim Kéré, Issaka Ouédraogo (secrétaire général) et MBaye Barry (vice-coordonnateur).

Sur les financements au développement jusque-là reçus par le Burkina, M. Kéré souhaite que le gouvernement en fasse le point au peuple, aux fins de tirer les conséquences. « Les prêts que notre pays contracte nous engagent et engagent même nos enfants. Donc, les Burkinabè ont droit à l’information et aux contours des prêts », interpelle Joachim Kéré.

D’où la perspective pour l’ICEF-Burkina/BRICS de mener un plaidoyer pour la tenue des états généraux des financements reçus par le pays, de 1960 à ce jour.

Les responsables de l’ICEF-Burkina/BRICS se disent persuadés que la coopération financière et économique avec les BRICS permettra au pays de garantir non seulement le développement durable et conséquent pour les populations, mais également d’apporter une réponse efficace aux politiques néo-libérales des institutions de Bretton Woods. Ce, d’autant que, arguent-ils, une des spécificités des BRICS, c’est la souveraineté des États et le transfert des technologies.

ICEF-Burkina/BRICS exhorte aussi à la création d’une monnaie communautaire entre les Etats africains.

« Au regard de ce qui précède, l’ICEF-Burkina/BRICS réaffirme son soutien à la Transition et l’encourage à travailler à faire asseoir une base économique et financière solide et durable pour le pays, et encourage le gouvernement à aller de plain-pied dans la coopération avec les BRICS afin de pouvoir identifier et financer les secteurs primordiaux de développement pour le bonheur des populations », déclarent les dirigeants de l’ICEF-Burkina/BRICS, organisation lancée en janvier 2023.

Ils disent attendre donc de ce partenariat Burkina-BRICS, le financement de grands projets d’aménagement d’espaces cultivables pour l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire et la construction de grandes usines de transformation locale des produits ; l’ouverture d’un vaste marché d’échanges commerciaux entre le Burkina et les pays BRICS ; la formation des étudiants et de l’élite dans les grandes universités des pays BRICS.

« Pas un pas sans le peuple » est le slogan du mouvement, dont la conférence a enregistré la présence de leaders coutumiers.

Outre la tenue d’un sommet Burkina-BRICS à Ouagadougou « pour permettre aux autorités d’exposer les énormes potentialités du pays et les domaines d’investissement gagnant-gagnant aux investisseurs des pays BRCS », les conférenciers souhaitent que le Burkina abrite le siège de l’Alliance internationale des BRICS pour l’Afrique de l’Ouest.

Lire aussi : Transition : ICEF-Burkina/BRICS salue « une véritable politique de souveraineté économique et financière, à l’image de celle voulue par Thomas Sankara »

O.L
Lefaso.net

Burkina : Libéré, l’ambassadeur Mousbila Sankara explique (...)
Burkina /Ministère de l’économie : Un taux de réalisation (...)
Burkina : Mousbila Sankara a été "enlevé"
Burkina : Un ancien leader politique saisit le Conseil (...)
Burkina : De plain-pied dans les pratiques politiques, (...)
Burkina : Le ministre Émile Zerbo de la Sécurité affiche (...)
Burkina : Il faut désormais dire "Président du Faso, chef (...)
Burkina : Le Socle citoyen pour la libération (SOCL) (...)
Relations AES-CEDEAO : « Je t’aime, moi non plus, doit (...)
Burkina : Affaires « lieutenant-colonel Somda Evrard, (...)
Burkina : Les conditions de « libération » et de « (...)
"Reprise" de Me Guy Hervé Kam : « Il a même demandé à (...)
Burkina : « De ce que nous savons aussi du lieutenant-colonel
Affaire "Me Guy Hervé Kam" : « Nous craignons pour la (...)
Conclusions Assises nationales : "Nul doute qu’avec la (...)
Me Guy Hervé Kam : Globalement, son état de santé va (...)
Burkina/Assises nationales du 25 mai 2024 : IB et la (...)
Affaire Guy Hervé Kam : Le mouvement SENS dénonce un (...)
Burkina : Des citoyens expriment leurs attentes pour (...)
Burkina/Assises nationales : « Une fenêtre d’opportunités à
Burkina/Assises nationales : Vers le pire scénario pour (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12537



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés