Actualités :: Burkina/Santé : La performance évaluée des projets et programmes entre 2021 et (...)

« L’évaluation 2021-2022, du secteur de planification “santé” a mis l’accent sur un portefeuille de quinze projets/programmes. La note moyenne de l’ensemble des projets et programmes évalués pour les années 2021 et 2022 est de 26/50 contre 29,46/50 pour les années 2019 et 2020 ». C’est ce qu’a indiqué ce lundi 5 juin 2023 à Ouagadougou, le ministre de la santé et de l’hygiène publique. Il s’est exprimé à l’occasion de l’assemblée sectorielle des projets et programmes de développement du secteur de planification santé qui se tient sous sa présidence.

La contre-performance des projets et programmes exécutés au Burkina Faso est due à plusieurs difficultés enregistrées entre 2021 et 2022. Il s’agit essentiellement de la pandémie à COVID-19, le contexte sociopolitique, le réaménagement du budget de l’État et parfois même la suspension des financements de certains partenaires. Ces difficultés ont lourdement handicapé la mise en œuvre des projets à travers le retard constaté dans l’exécution des travaux et dans la livraison des équipements.

Le ministre en charge de la santé, Dr Robert Kargougou affirme en effet que l’analyse du tableau des performances des projets et programmes sur la période de l’évaluation concernée, révèle que plus de la moitié (8/15) des projets et programmes soit 53% sont classés au 3e rang. Ce qui insinue que ces projets et programmes de développement (PPD) sont au « rouge ». Six autres quant à eux, estimés à 40%, sont classés au 2e rang selon Dr Kargougou, signifiant à ce niveau que les PPD sont à « l’orange ».

« Nous devons travailler à un meilleur management des projets et programmes en faisant preuve d’anticipation et d’innovation », invitation faite par le ministre de la santé, Dr Robert Kargougou, à l’ensemble de ses collaborateurs

Anticiper et innover pour relever les défis

Cependant, un seul d’entre les quinze projets évoqués soit 7%, est parvenu aux résultats escomptés pour être classé au 1er rang ou PPD « Vert », et ce, malgré les obstacles enregistrés. « Nonobstant ces difficultés, plus d’un ont pu maintenir la barque et aboutir à des résultats appréciables », confie le ministre de la santé.
C’est en vue donc de corriger les insuffisances dans la gestion des PPD pour plus d’efficacité et d’efficience que se tient la présente rencontre. Elle devra à l’issue des travaux, déboucher sur de fortes recommandations pour inverser la tendance.

Vue partielle des participants à l’assemblée sectorielle des projets et programmes de développement du secteur de planification santé

Pour rappel, l’assemblée sectorielle des projets et programmes de développement du secteur de planification santé se déroule dans le cadre de la vision du gouvernement burkinabè ces dernières années, de réformer les méthodes et outils de gestion des finances publiques. Dans cette dynamique, la loi n°06-2015/CNT du 6 novembre 2015 portant loi organique relative aux lois de finances consacre le basculement définitif du budget objet vers le budget programme en 2017.

C’est avec une pleine assurance que le ministre de la santé donne rendez-vous à la prochaine session pour faire le constat de l’amélioration des performances des projets et programmes

La résolution du ministre de la santé

Cette nouvelle donne prône une gouvernance financière de l’État fondée sur une nouvelle conception du budget de l’ État, une nouvelle culture de la responsabilité et de la performance, une transparence des comptes publics et de l’action de l’État.
Pour opérationnaliser le budget programme, un certain nombre de réformes ont été entreprises parmi lesquelles le regroupement des actions des différents ministères en programmes budgétaires, l’élaboration des politiques sectorielles et l’adoption du décret portant réglementation générale des projets et programmes exécutés au Burkina Faso.

Cette nouvelle règlementation entend rationaliser la gestion des projets et programmes de développement pour plus d’efficacité et d’efficience. Elle prévoit la tenue de l’assemblée générale, des assemblées sectorielles et des assemblées régionales chaque deux (2) ans.

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Lutte contre le cancer du col de l’utérus : Plus de (...)
Démocratie et sécurité : « Les transitions actuelles (...)
Burkina : Sept dossiers attendent à l’Assemblée (...)
Burkina : Des acteurs de la santé réunis pour valider le (...)
Burkina/Lutte contre l’impunité : Une filière d’interprètes
Conseil national des personnes âgées : échanges directs (...)
Affaire "Charbon fin" : Le dossier renvoyé au 5 octobre (...)
Programme COSED : Le comité de pilotage examine les (...)
Burkina/Élimination du paludisme : Un plan de plaidoyer (...)
Rentrée judiciaire 2023-2024 : Le REN-LAC invite à œuvrer (...)
Burkina / Personnes âgées : « Il est possible de ralentir (...)
Burkina : L’année judiciaire 2023-2024 est ouverte et (...)
Burkina/Fraude fiscale : La CNLF démantèle un réseau de (...)
Rentrée scolaire 2023-2024 : Le ministre de l’éducation (...)
Commune de Ouagadougou/Rentrée scolaire 2023/2024 : « (...)
Boucle du Mouhoun : Les élèves ont retrouvé le chemin des (...)
Burkina / Rentrée scolaire 2023-2024 : Ambiance de (...)
Burkina / Assurance : Le groupe SONAR présente sa (...)
Irrigation au Sahel : Le projet PARIIS capitalise les (...)
Burkina/Humanitaire : 2 000 kits alimentaires et 600 (...)
Sécurité sanitaire des aliments/Projet Pull Push : Faire (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 34482