Actualités :: Reforme de l’Etat : "Un impératif de survie, un gage d’efficacité"

Le gouvernement burkinabè fait de la réforme de l’Etat une de
ses priorités. Aussi, des concertations s’organisent-elles sur la
question. Dans le cadre de ce processus devant aboutir à
l’adoption d’une stratégie nationale, la Direction générale de la
réforme de l’Etat organise les 22 et 23 janvier 2004 à
Ouagadougou, un séminaire national.

Depuis le 18 juillet 2002, le ministère de la Fonction publique
s’est vu confier la charge de conduire la politique de la réforme
de l’Etat au Burkina Faso. C’est alors qu’il est devenu le
ministère de la Fonction publique et de la réforme de l’Etat.

Aussi, s’est-il attelé à travailler à donner un contenu à cette
notion. A cet effet, les services techniques de ce ministère ont
élaboré une stratégie nationale de réforme de l’Etat. Mais dans
le souci d’obtenir le maximum de contributions et d’expertises
dans la perspective d’une bonne conduite de cette réforme, le
ministère en charge de la question à travers la direction
générale de la réforme de l’Etat a initié le présent séminaire
nationale. L’objectif est d’aboutir à l’élaboration du meilleur
document de référence possible pour la conduite de cette
réforme avant qu’il ne soit soumis au Conseil des ministres
pour adoption.

Il faut dire que la question de la réforme de l’Etat
est un thème qui est cher au gouvernement. Elle constitue, dit le
ministre de la Fonction publique, Lassané Sawadogo, "la
réponse à des besoins, des évolutions et l’apparition de
nouvelles contraintes et de nouvelles opportunités. Il a estimé
que la réforme devra permettre d’analyser le contexte interne et
externe dans lequel évolue l’Etat burkinabè et ainsi permettre de
mettre en évidence les contraintes qui constituent les freins au
développement du pays.

Mais également de déceler les
opportunités qu’il convient de savoir bien saisir et exploiter
savamment pour tirer le maximum de profit pour promouvoir le
développement humain durable et la bonne gouvernance.
Lassané Sawadogo a précisé que "au Burkina Faso, la reforme
de l’Etat se justifie par la nécessité de sortir l’Etat
interventionniste de la crise que celui-ci traverse et de conférer
une stabilité plus grande au processus démocratique. "Ainsi,
l’Etat travaillera à organiser l’intervention d’autres acteurs qui
sont mieux positionnés que lui pour prendre en charge certains
aspects qu’il gérait jusqu’à présent. Autant dire que dans le
cadre de la réforme, l’Etat sera repositionné afin qu’il s’adapte à
son contexte.

Par Mamadou OUATTARA


RELEVEMENT DE L’AGE DE LA RETRAITE : Le gouvernement avare en explications

En guise de "cadeau de nouvel an " aux travailleurs burkinabè,
le président du Faso, Blaise Compaoré, a annoncé le
relèvement de l’âge de la retraite. Selon le gouvernement, il
s’agit là de la satisfaction d’une doléance des travailleurs qui
réclament cette mesure. Mais, il s’avère qu’elle ne satisfait pas
tout le monde. Si le prolongement de l’âge de la retraite n’est
pas une revendication des travailleurs, à quoi répond alors cette
mesure ? Quelles sont les modalités pratiques de sa mise en
oeuvre ? Le ministre de la Fonction publique donne quelques
élements de réponse en promettant d’y revenir dans les
prochains jours.

"Le Pays" : Le prolongement de l’âge de la retraite est-elle une
mesure qui entre dans le cadre de la réforme de l’Etat ?

Lassané Sawadogo : Toutes les mesures importantes qui
peuvent jouer de façon positive sur l’amélioration des
performances de l’Etat constituent des mesures de réforme de
l’Etat. La prolongation de l’âge de la retraite en ce qu’elle permet
de renforcer les capacités de l’Administration, de renforcer
l’expertise de l’Administration, renforce l’Etat républicaine et l’Etat
de droit. Par conséquent, elle peut être comprise comme une
mesure de réforme de l’Etat. Mais ce n’est pas vraiment la
première mesure à laquelle on peut penser quand on parle de
réforme de l’Etat.

Pouvez-vous nous donner quelques éléments de précision sur
cette mesure ?

Je pense que ce serait mieux qu’on se donne rendez-vous dans
quelques semaines. Les choses seront claires. Je pourrai vous
fournir de plus amples informations par rapport à cette question.

<B<On vous soupçonne de vouloir relever l’âge de la retraite pour
pouvoir combler le déficit de la Caisse autonome de retraite des
fonctionnaires (CARFO).

Les gens peuvent faire toutes les analyses qu’ils veulent faire.
Les Caisses de sécurité sociales ne sont pas dans des
situations de difficultés particulières. Pour ce qui concerne, la
CARFO, il y a une loi qui a été adoptée tout dernièrement par
l’Assemblée nationale revoyant à la hausse la contribution de la
part patronale. Cette mesure vise à renforcer les capacités de la
CARFO. Il y a d’autres mesures complémentaires qui ont été
prises également pour permettre à la CARFO de faire face
aujourd’hui et demain à ses obligations vis-à-vis des
pensionnaires. La prolongation de l’âge de la retraite peut avoir
une incidence positive sur la santé financière de la CARFO. Mais
ce n’est pas l’objectif principal qui est poursuivi à travers le
relèvement de l’âge de la retraite. Comme nous aurons
l’occasion de revenir amplement là-dessus et je fournirai tous
les éléments, tous les tenants, les aboutissants de cette
décision prise par le Président du Faso à la demande des
travailleurs.

Propos recueillis par Mamadou OUATTARA
Le Pays

Tentative de putsch : déclaration conjointe d’associations de
Les Burkinabé, à bon droit, ont appris à être circonspects"
Education au BUrkina : les revendications du (...)
"Au Burkina, on fait bien avec peu",Francis Blondet, (...)
Tentative présumée de coup d’Etat : sommes-nous encore ces (...)
"Le lieutenant Minoungou présentait le même tableau (...)
On murmure
"Le juge militaire m’a surpris positivement"
CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL : de Juliette Bonkoungou à (...)
Conseil économique et social : nouvelle présidence, (...)
Tentative présumée de putsch : le lieutenant Minoungou (...)
VIE DES PARTIS : l’UDPI après Dongo Longo
Tentative de coup d’Etat : Le MBDHP a rendu visite au (...)
Cérémonie d’investiture du président du CES du Burkina
Rencontre des anciens et nouveaux parlementaires : pour (...)
De la Haute-Volta au Burkina : les parlementaires (...)
Tentative présumée de putsch : Le MBDHP satisafit des (...)
Pot-pourri
L’ambassadeur de France au Conseil d’Etat
Arrestation de Norbert Tiendrébéogo : "La couleuvre est (...)
Tentative présumée de putsch : "Ce que j’ai vu et entendu (...)

Pages : 0 | ... | 11109 | 11130 | 11151 | 11172 | 11193 | 11214 | 11235 | 11256 | 11277 | 11298



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés