Actualités :: Les députés dans les secrets de l’armée

Le vendredi 15 avril 2005, les députés de la Commission des affaires étrangères et de la défense (CAED) ont effectué une visite à l’Etat-major général des armées. Une demi-journée pour toucher du doigt les réalités des forces armées.

A 9 heures, dix (10) commissaires membres de la (CAED) font leur entrée dans les locaux de l’Etat-major général de l’armée. "visite inédite" selon Siméon Sawadogo qui reconnaît qu’il y a cinq (5) ans, une visite civile au sein de l’armée était inimaginable. Le ministre de la Défense, Yéro Boly qui a présidé la rencontre s’est réjoui de cette visite car, "c’est une nouvelle ère de collaboration et de coopération qui est inaugurée".

Avant de se rendre sur le terrain pour la visite du centre médical du Camp de l’unité et de l’Ecole militaire technique de Ouagadougou (EMTO), les députés ont eu droit à un exposé à huis clos avec les officiers sur le fonctionnement de l’armée. Secret défense exige, les journalistes ont été priés de quitter la salle.

En plus de sa mission régalienne, l’armée s’investit beaucoup dans le domaine social. Le Centre médical du camp de l’unité (CMCU) en est un exemple.

Inauguré en 1994, le CMCU a pour mission de soutenir principalement les armées en matière de santé, d’exercer une mission diagnostique, de traitement et d’expertise au profit des militaires, de leurs familles, des populations civiles et d’autres prestations sociales. Il assure également une mission d’instruction au profit du service de santé et des missions de recherches scientifiques diverses. A l’instar de plusieurs autres centres médicaux, le CMCU est confronté à des difficultés de fonctionnement. Il s’agit entre autres du manque d’infrastructures techniques et de soutien, du manque de personnel qualifié et de moyens financiers. Dans un avenir proche, le Centre médical du camp de l’unité ambitionne évoluer en Hôpital d’instruction des armées (HIA).

Après le CMCU, les députés se sont rendus à l’Ecole militaire technique de Ouagadougou (EMTO). Unique en son genre en Afrique, elle forme des cadres en maintenance du matériel roulant, en radio, en télécommunication et en armement petit calibre. Ouverte en 2000, l’EMTO a déjà formé 371 stagiaires dont quatre (4) femmes. Depuis sa création, 17 pays d’Afrique ont déjà envoyé des stagiaires. D’une capacité de 60 places, l’école envisage la construction d’un nouveau bâtiment qui va porter la capacité à 90 places.

Au terme de la visite, le député Siméon Sawadogo a précisé que "la visite de la CAED n’est pas une mission d’inquisition, mais d’appui à l’armée". Désormais, les députés pourront voter en connaissance de causes les fonds qui seront alloués à l’armée.

P. Pauline YAMEOGO
Sidwaya

Burkina/Administration publique : « Pendant longtemps, (…)
Burkina/Libération de Me Guy Hervé Kam : Le SOCL apporte (…)
Burkina : Le Mouvement pour la Démocratie en Afrique (…)
Burkina : Le président Ibrahim Traoré dénonce "un centre (…)
Burkina : Le président Ibrahim Traoré annonce pour (…)
Burkina : « On va diminuer le personnel dans les (…)
Rencontre Chef de l’État/Forces-vives : Douze (…)
Burkina : Le Président du Faso à l’écoute des Forces (…)
Président de la transition à président du Faso : « Cette (…)
Conduite de la Transition : les Burkinabè du Niger (…)
Lettre ouverte au Premier ministre : Des citoyens (…)
Burkina : Vers une reconfiguration de l’Assemblée (…)
Burkina : « Nous ne sommes pas héritiers de n’importe (…)
Burkina : « L’équipe au pouvoir, pour rien au monde, (…)
Burkina : « N’ayez pas peur ! », exhorte le Premier (…)
Burkina : Le ministre de l’Administration territoriale (…)
Diaspora : Un mouvement patriotique organise en Italie (…)
Burkina : « Aucune force ne nous arrêtera », lance le (…)
Burkina : Gérard Kango Ouédraogo, le baobab de la politique
Education et formation : Une Initiative présidentielle (…)
Burkina : Le président Ibrahim Traoré préside le Conseil (…)

Pages :



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés