Actualités :: Conseil des frontières : Les membres se concertent à Ouagadougou pour donner (...)

Le Premier ministre Christophe Dabiré a présidé, ce 26 février 2021 à Ouagadougou, l’ouverture de la première session ordinaire du Conseil des frontières au titre de l’année 2021. Cette rencontre va permettre aux membres du Conseil de faire le bilan de l’année 2020, d’examiner la mise en œuvre des actions de gestion des frontières et de se pencher sur les recommandations de la dernière session, afin de donner un souffle nouveau aux activités.

Le Burkina Faso, du fait de son enclavement, partage une frontière d’environ 3 615 km avec six pays avec lesquels les limites exactes ne sont pas encore entièrement matérialisées. Ainsi, il se pose le défi de la sauvegarde de sa souveraineté nationale et la nécessité de faire de ses zones frontalières de véritables espaces de développement et d’intégration, conformément aux options politiques et aux recommandations de l’Union africaine.

Les membres du Conseil de gestion des frontières durant la cérémonie.

Pour relever ce challenge, une Stratégie nationale de gestion des frontières (SNGF) a été adoptée en 2015 avec son plan d’actions dénommé Programme d’appui à la gestion intégrée des frontières (PAGIF) pour la période 2016-2025. Sa mise en place répond aux maux auxquels sont confrontées les localités frontalières, à savoir le terrorisme, la criminalité transfrontalière et les trafics de tout genre.

Le PAGIF constitue également un outil de référence pour promouvoir le développement de ces localités jadis considérées comme des zones délaissées ou négligées par les politiques publiques. A cet effet, l’objectif de la Stratégie nationale de gestion des frontières est de « contribuer à l’impulsion du développement socio-économique et culturel durable des espaces frontaliers dans un environnement de paix et de sécurité ».

Les partenaires présents à la cérémonie.

La stratégie est bâtie sur six axes que sont la maîtrise des limites territoriales du pays, la sécurisation des frontières et des zones frontalières, l’amélioration de la présence et de l’image de l’Etat dans les zones frontalières, l’accompagnement et le renforcement de la coopération transfrontalière, l’appui à la gestion intégrée des ressources naturelles partagées et des terres, et la réalisation d’infrastructures socio-économiques et culturelles ainsi que le renforcement des capacités des acteurs frontaliers.

Le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Clément Sawadogo, intervenant à la cérémonie d’ouverture.

Intervenant à l’ouverture de la présente session, le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Clément Sawadogo, a relevé que cette session permettra essentiellement de revoir les douze recommandations formulées à la rencontre du 19 juin 2020. Pour le ministre d’Etat, si un certain nombre d’actions initiées par les acteurs intervenant dans la gestion des frontières ont connu des difficultés, certains dossiers ont toutefois enregistré une évolution majeure malgré la persistance des difficultés et l’émergence de nouveaux défis. Pour cela, il a salué l’abnégation, le dévouement et la détermination avec lesquels les partenaires ont œuvré pour l’atteinte des objectifs de la Stratégie nationale de gestion des frontières.

Le Premier ministre Christophe Dabiré a présidé les travaux.

Pour le Premier ministre, la dernière session a mis en lumière les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre convenable du plan d’action du PAGIF, liées aux contraintes d’ordres structurel, économique, organisationnel et financier ; ce qui a conduit à prendre des mesures correctives. Aussi, il a lancé un appel à tous les départements concernés à s’impliquer fortement pour l’atteinte des objectifs de développement des zones frontalières. Christophe Dabiré a saisi l’occasion pour rassurer les pays amis et frères avec qui le Burkina Faso partage des frontières communes, que la politique de gestion des frontières est conduite dans l’optique de la consolidation des liens de coopération, d’amitié et de fraternité qui unissent les différents pays.

J.E.Z
Lefaso.net

Xe réunion régionale africaine de l’OIT "L’Afrique ne veut (...)
Blaise Compaoré à Addis Abeba : Un plaidoyer pour (...)
Audit du MBDHP : Comme un doigt sur une plaie (...)
Université de Ouagadougou : Le nouveau président, le Pr (...)
11-Décembre, fête nationale
Mission impossible
Parlement- société civile : Concilier légalité et (...)
Tronçon Boromo-Bobo Dioulasso de la nationale 1 : "Razel (...)
Gouvernement de la IVè République:Imminence d’un (...)
Collectif des organisation démocratiques de masse et de (...)
Regard sur la justice burkinabè : Le combat contre (...)
IXe conférence des ambassadeurs et consuls généraux : (...)
Conseil des ministres du 1/12/03 : compte rendu
Crise au sein du PAI : Le procès renvoyé au 22 janvier (...)
Tentative de putsch : il faut crever l’abcès
Cour de cassation : Les magistrats souhaitent la (...)
Rencontre de l’OIT à Addis-Abeba : Blaise Compaoré invité (...)
Diplomatie burkinabè : Blaise et ses ambassadeurs
Conférence des femmes de l’UNDD : la plate-forme du (...)
Scrutins en Afrique de l’Ouest :inventer le piège à (...)
PAREN : « Nous n’allons plus aiguillonner le pouvoir (...)

Pages : 0 | ... | 11046 | 11067 | 11088 | 11109 | 11130 | 11151 | 11172 | 11193 | 11214 | ... | 11235


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés