Actualités :: Fait divers : Un voleur dans un célibatérium

Paul est un jeune du quartier que tout le monde connaît bien. Lorsqu’on lui pose la question de savoir ce qu’il fait dans la vie il répond sans détour "Je me débrouille", comme s’il gagnait honnêtement sa vie dans la percée des caniveaux de Ouaga-2000.

Paul n’est pas un crève-la-faim et pour rien au monde il ne consentirait à creuser des tranchées pour gagner son pain quotidien alors qu’il y a d’autres voies moins pénibles et plus rentables. "J’ai mon CEP et un niveau acceptable" pour dire qu’il est un intellectuel et qu’il peut réfléchir pour trouver des solutions à ses problèmes. Effectivement, personne ne le comprenait dans le quartier et ne savait d’ailleurs pas de quelle activité Paul vivait.

Son habillement et ses sorties reflètent l’image d’un homme au porte-feuille consistant alors qu’il passe toutes ses journées dans le quartier. Les mauvais vices ne restent pas toujours dans l’ombre, ils finissent par revenir à la surface pour le grand malheur de leurs adeptes. La véritable activité pour Paul consiste à s’introduire dans une cour à la recherche de tonneaux vides pour les vendre à "Boinse-yaaré".

Au cours d’une nuit notre débrouillard s’introduit dans un celibatérium du quartier où les locataires utilisaient des tonneaux pour conserver leurs eaux pour la simple raison qu’ils ne sont pas abonnés à l’ONEA. Après avoir escaladé le mur, Paul ouvrit tranquillement la grande porte de la cour et commença à verser l’eau que contenaient les tonneaux.

En l’espace de quelques minutes plus de deux tonneaux ont franchi la porte. C’était le tour de celui de la porte à droite. Sur la plante de ses pieds il inclina les tonneaux. C’est à ce moment que le propriétaire, piqué par une forte pression d’urine, voulu sortir pour se soulager. Arrivé à la porte, il constate la présence d’un individu sur le point de soulever sa barrique. Avec un cri de tonnerre, il alerta ses voisins qui aussitôt sortirent pour régler les comptes à l’intrus.

Pris de peur et de panique Paul dans sa débandade heurta un poteau électrique situé tout juste à côté de la porte. Il est immédiatement accueilli par des coups de machettes et de bien d’autres objets utilisés comme arme. "Ne frappez pas, car c’est moi ! vous ne me connaissez pas. C’est Paul". Ils le laissèrent se relever et on découvrit effectivement que le voleur n’était personne d’autre que Paul. Celui qui se prend toujours comme supérieur aux autres.

Nombreux étaient ceux qui voulaient lui faire son affaire en pleine rue. Mais le bon sens a prévalu et on décida de le remettre entre les mains des forces de l’ordre. Un séjour à la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou peut lui permettre de réfléchir et de comprendre que son avenir ne peut résider dans ce genre d’activité.

Kibsa Karim
L’Hebdo

Burkina Faso : L’ANSSEAT lance son plan stratégique et (...)
Grève d’agents publics au Burkina : Le gouvernement (...)
Paix et cohésion sociale : « La crise à laquelle le (...)
Protection et assistance aux migrants au Burkina : Les (...)
Rumeurs de coup d’Etat contre le capitaine Ibrahim (...)
Paix et cohésion sociale au Burkina : « Tout est possible (...)
11e journée communautaire : Le rôle des acteurs dans la (...)
Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de (...)
Séminaire national des femmes de la CGT-B : La situation (...)
1re édition des journées du mutualiste du fisc : Les (...)
Sécurité alimentaire au Burkina : Le projet d’appui à la (...)
Gouvernance d’entreprise au Burkina : Des responsables (...)
Ouagadougou : Deux réseaux de présumés malfaiteurs mis (...)
Journée mondiale sans achats : Le Réseau national des (...)
Situation nationale : Le CERFI invite les musulmans à (...)
Dédougou : Un trio ministériel rend visite aux déplacés (...)
Police nationale du Burkina Faso : A cœur ouvert avec (...)
Journée des Nations-unies : Les élèves d’Enko Ouaga (...)
Participation de l’enfant et Programmation basée sur ses (...)
Burkina : Le Syndicat autonome des magistrats burkinabè (...)
Analyse descriptive des données quantitatives : L’ISSP (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31920



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés