Actualités :: Première session ordinaire du CDS : Quel bilan après un an d’existence (...)

Dans un communiqué de presse

qui nous est parvenu, la Convergence pour la démocratie sociale (CDS) a fait le point de sa première session ordinaire tenue le

20 décembre 2003 à son siège. Il s’est agi pour les conseillers statutaires de faire le bilan des actions de leur parti après

une année d’existence et de jeter un regard sur le reste du monde.

Samedi 20 décembre de 9 h00 à 21 h 30, le Conseil

politique national de la convergence pour la démocratie sociale a tenu sa première session ordinaire à l’académie de la CDS

(siège du Parti). Cette rencontre qui se tient à un an de la création du parti a vu la participation des conseillers statutaires

venus de toutes les régions du Burkina.

Les conseillers se sont penchés successivement sur les situations internationale,

sous-régionale, et nationale avant de faire le point de la vie du parti.

Sur le plan international, l’attention est

focalisée sur l’agression du peuple irakien par les USA au mépris du droit international, preuve tangible de la volonté

pernicieuse de domination et d’hégémonie des Américains sur le monde. Cette situation confirme notre vision actuelle du monde

exprimée dans le programme du parti en ces termes :

"L’Occident en choeur, depuis que le monde a cessé de se diviser en

deux camps pour n’être plus qu’un, sous l’hégémonie des Etats-Unis d’Amérique, a décrété, sous peine de sanctions

économiques et même d’interventions musclées, l’interdiction de modifier l’ordre des choses dans les pays comme le nôtre,

autrement que par la voie choisie par lui. Désormais toute libération politique pour l ’Afrique passe par le libéralisme

politique, c’est-à-dire la démocratie à l’occidentale, quand bien même le discours officiel se veut social-démocrate

.

...Le développement du capitalisme devait conduire à une fusion des capitaux nationaux, de tous les trusts en un seul

trust universel qui mettrait un terme à la lutte entre les impérialistes des différents pays et inaugurerait la phase de

l’"ultra-impéralisme", phase qui, correspondant à la mise en œuvre d’une nouvelle politique , aboutirait à une exploitation en

commun de l’univers par le capital financier uni à l’échelle internationale, mettant ainsi fin aux rivalités des pays

impérialistes.

Au regard de l’évolution actuelle du monde, il est permis de penser que le phénomène de mondialisation ou

de globalisation correspond à cette phase d’ultra-impérialisme atteint par le capitalisme dans son développement. La banque

mondiale et le FMI apparaissent comme les organismes financiers de cette exploitation en commun de l’univers par le capital

financier uni à l’échelle internationale".

La situation sous-régionale est marquée par les guerres civiles dont

notamment celle de la Côte d’Ivoire. Cette crise qui secoue le pays frère de la Côte d’Ivoire paralyse un pan important de

l’économie de notre pays.

Après ces deux points, les conseillers se sont penchés sur la situation nationale dont

l’actualité est dominée par la présumée tentative de putsch et l’arrestation de leaders politiques de l’opposition ainsi

qu’un regain d’intérêt pour le dossier Norbert Zongo et des compagnons, au regard des derniers éléments révélés par le sergent

Naon, incarcéré dans le cadre dudit putsch.

Les conseillers ont noté avec regret l’éclatement de l’opposition politique

burkinabè face aux échéances électorales à venir.

Après ce vaste tour d’horizon qui n’augure rien d’optimiste pour les

peuples du monde et singulièrement celui du Burkina Faso, les membres de la CPN ont procédé à une analyse sans complaisance de

la situation au sein du parti, un an après sa création. Il ressort de ces discussions que si la CDS a, à sa création, suscité

beaucoup d’espoir, au regard de la clarté de sa ligne politique, de son programme et de la qualité des hommes qui l’animent,

force est de constater que ce programme n’a pas été suffisamment diffusé et que l’implantation du parti sur l’ensemble du

territoire reste encore à faire.

Cependant les conseillers se sont félicités du fonctionnement régulier du secrétariat

exécutif national du parti et de la participation positive de notre groupe au débat national tant à l’Assemblée par

l’intermédiaire de leur député que dans les différents regroupements des partis de l’opposition ; ils ont également félicité

et encouragé l’animation de l’académie de la CDS (cours de formation politique) animé par le président national du Parti. Ils

ont vivement souhaité que ces séances de formation soient ouvertes à tout jeune quelle que soit son option politique. C’est

après plus de dix huit heures d’échanges houleux mais tout aussi cordiaux et fructueux, qieles conseillers ont levé la séance

non sans avoir pris des résolutions dans le sens de la consolidation et de l’implantation du parti.

Ouagadougou le 22

décembre 2003

Le Secrétaire national de la CDS
Djéjouma SANON

Procès Sankara et compagnons : La jeunesse sankariste (...)
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un pays, on le (...)
Burkina/Élections municipales 2022 : Les acteurs au (...)
Forces armées nationales burkinabè : Qui sont les (...)
Burkina/politique : Alassane Bala Sakandé a officiellement
Engagement politique des jeunes au Burkina : Les (...)
Burkina-Procès Sankara : Le Comité international appelle (...)
Politique : Le Groupe parlementaire MPP tient ses (...)
Burkina : C’est parti pour le "mois de justice et (...)
Bobo-Dioulasso : Etat et secteur privé échangent sur les (...)
Burkina-Assemblée nationale : « La défiance grandissante (...)
Burkina/vie politique : Congrès de fusion UNIR/PS-MPS, (...)
Burkina/Rentrée scolaire 2021-2022 : Le MPP exhorte les (...)
Burkina Faso : Des députés veulent apporter leur pierre à (...)
Burkina/Dialogue politique : Majorité et opposition (...)
Médiateur du Faso : Saran Sérémé /Séré rend sa démission
Conseil Économique et Social au Burkina : Bonaventure (...)
Projet panier commun d’appui aux processus électoraux (...)
Burkina : Simon Compaoré le sage quitte la vie (...)
Dr P. Emile Paré, DG du Centre de formation politique du (...)
Burkina Faso : « La sécurité avant la réconciliation (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11235



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés