Actualités :: Décès du Médiateur du Faso : En attendant la dépouille mortelle

C’est dans l’après-midi du samedi 12 mars, que nombre de Burkinabè ont eu la triste information faisant état du décès de Jean-Baptiste Kafando, le Médiateur du Faso.

"C’est un choc pour tout le personnel de l’institution", nous a confié de go, Dominique Sisso, le directeur de cabinet du Médiateur du Faso. Attristé par la nouvelle, tout comme le sont les agents, les proches et les collaborateurs de Jean-Baptiste Kafando, le directeur de cabinet a pris 3 dispositions allant de la mise en berne du drapeau au sein de l’institution, à la suspension de toute mission et de toute absence, en passant par la permanence qui doit être assurée par le personnel tous les jours.

La porte capitonnée du bureau du Médiateur du Faso est bien fermée. L’occupant des lieux, le géant de 74 ans aux cheveux poivre sel, qui avait pris possession de l’immeuble rose-bonbon cédé par le général Tiémoko Marc Garango en octobre 2000, n’y remettra plus les pieds. Sa voiture de fonction qui a été bâchée, garée au parking de l’institution, ne le transportera plus dans ses nombreuses missions pour résoudre les différends entre les administrés et l’Etat.

Evacué en France le 30 janvier dernier à l’hôpital d’Instruction des Armées de Bégin, Jean-Baptiste Kafando y a subi une intervention chirurgicale. "Tout s’est bien passé", avait-il dit à ses proches, et il aurait même commencé à s’alimenter normalement. "Rien ne présageait ce dénouement malheureux", a signifié Dominique Sisso, qui a invité tout le personnel du Médiateur du Faso à une assemblée générale ce lundi 14 mars .

"On ne s’y attendait pas du tout", a révélé à son tour Sophie Zagré, le chef de la Division communication et relations publiques. En attendant que les dates des obsèques soient fixées, les démarches seront entreprises en principe à partir de ce lundi 14 mars, certainement par la famille et les autorités burkinabè, pour le retour de la dépouille mortelle.

La perte est grande, non seulement pour le Burkina, mais aussi pour l’Afrique, car celui qui a été nommé par décret présidentiel pour un mandat de 5 ans non renouvelable, assurait également la présidence de l’Association des ombudsmans et médiateurs africains. Son domicile sis à gounghin non loin de la gare SOGEBAF, ne désemplit pas, car cet homme marié, père de 5 enfants est aussi très connu en dehors de sa fonction de Médiateur du Faso.

Les Editions Le Pays présentent à la famille, aux proches et aux collaborateurs du Médiateur du Faso, leurs condoléances les plus sincères.


Qui était le regretté ?

Nom : KAFANDO

Prénom : Jean-Baptiste

Magistrat à la retraite

Date et lieu de naissance : 04 mai 1931 à Ouagadougou

Situation de famille : Marié, père de cinq enfants

Etudes et diplômes

- Ecole primaire cléricale de la Mission Catholique de Ouagadougou (1936-1943)
- Petit séminaire de Pabré (1943-1949)
- Grand séminaire de Koumi (Bobo Dioulasso) (1949-1950)
- Institut des Hautes Etudes d’Outre-Mer (1962-1965)
- Brevet d’Etudes du Premier Cycle
- Diplôme de l’Institut des Hautes Etudes d’Outre-Mer

Carrière professionnelle

- 1951-1953 : Agent des Postes et Télécommunications.
- 1953-1965 : Secrétaire des Greffes et Parquets.
- 1965-1971 : Juge d’Instruction au Tribunal de première Instance de Ouagadougou.
- 1971-1975 : Vice-président du Tribunal de première Instance de Ouagadougou et Président du Tribunal de Travail de Ouagadougou.
- 1975-1976 : Conseiller à la Cour suprême.

Postes occupés

- 1961-1962 : Premier chef de cabinet de Son Excellence Maurice Yaméogo.
- 1976 : Président de la Sous-commission des Affaires politiques et administratives de la commission Spéciale.
- 1976-1981 : Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire auprès de la Côte d’Ivoire, du Libéria et de la Sierra-Leone.

- 1981-193 : Vice-président de la Cour d’Appel de Ouagadougou et président de la Chambre d’Accusation.
1995-1998 : Membre de la Chambre des Représentants et Rapporteur général de ladite Chambre (première législature).
- 1999 : Membre de la Chambre des Représentants (deuxième législature)
Octobre 2000 : Médiateur du Faso.

Décorations

- Officier de l’Ordre national voltaïque
- Grand Officier de l’Ordre national de Côte d’Ivoire
- Commandeur de l’Ordre national du Burkina Faso.

M.Y

Le Pays

Burkina/ Assises nationales : La Marche pour la patrie (...)
Assises nationales : Le Réseau des Patriotes favorable à (...)
Burkina : La Présidence du Faso met en garde les (...)
Burkina/Assises nationales : Les dates des 25 et 26 mai (...)
15-Mai : Le capitaine Ibrahim Traoré invite les (...)
Burkina : Le Rassemblement pour le salut national (...)
Suspension des activités des partis politiques : "Il est (...)
Burkina : "L’histoire nous a fait chance en nous (...)
Bobo-Dioulasso : « La prolongation de la transition est (...)
Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara (...)
Meeting de soutien à la Transition : « Nous ne voulons (...)
Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa (...)
Burkina : « Chaque fois que les autorités de la (...)
Hommage à Pierre-Claver Damiba, l’homme qui savait ce (...)
Burkina : la Coalition centriste pour la paix (...)
Transition au Burkina : « Nous, les ‘’wayignans’’, (...)
Burkina/Conduite de la transition : Les députés de l’ALT (...)
Burkina : Les magistrats du parquet désormais nommés par (...)
Burkina : L’ALT examinera une proposition de loi pour (...)
Conseil des ministres : La SONABHY, le BUMIGEB et le (...)
Affaire “Me Guy Hervé Kam” : L’Etat à l’épreuve de sa (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12516


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés