Actualités :: Diplomatie : nos ambassades passeront bientôt à 30

Le personnel du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération régionale a présenté, le 21 janvier 2005 à Ouagadougou, ses vœux au ministre de tutelle, Youssouf Ouédraogo. Le jeudi 21 janvier 2005 dans l’après-midi, le personnel du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération régionale et son ministre de tutelle, Youssouf Ouédraogo, ont marqué un arrêt de travail pour se présenter les vœux à l’occasion du nouvel an.

C’est la salle de conférences du ministère qui a servi de cadre à cette cérémonie. Pour la circonstance, on a enregistré la présence de personnalités comme l’ancien président, le colonel Saye Zerbo, l’ancien médiateur du Faso, Marc Garango, ainsi que d’anciens ministres des Affaires étrangères et des ambassadeurs.

Le discours de présentation de vœux du personnel de l’administration centrale et des structures déconcentrées (ambassades et consulats généraux) au ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, a été prononcé par le secrétaire général du département, Salifou Rigobert Kongo. Celui-ci a d’abord fait observer une minute de silence à la mémoire des parents, amis, collaborateurs disparus et même des victimes du Tsunami qui a frappé l’Asie du Sud-Est et une partie de l’est de l’Afrique. Il a ensuite rappelé l’organisation avec succès, en 2004, de rencontres internationales dans notre capitale, notamment le Sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine sur l’emploi et la pauvreté, et le 10e Sommet de la Francophonie.

Après avoir regretté la situation internationale marquée par la crise irakienne, le tsunami, et plus près de nous les crises en Côte d’Ivoire, en République démocratique du Congo, au Soudan..., le secrétaire général a félicité le ministre Youssouf Ouédraogo pour le renforcement du maillage de la toile diplomatique de notre pays, avec l’ouverture d’une mission résidente à Genève et la nomination de plusieurs consuls honoraires représentant bénévolement les intérêts du Burkina Faso dans plusieurs régions du monde, sous l’autorité des chefs de mission diplomatique. La présence du Burkina sur la scène internationale sera renforcée au cours de l’année 2005 avec l’ouverture d’ambassades résidentes à Pretoria, à Tunis, et à Téhéran et des consulats généraux à Kumasi et à Niamey.

M. Kongo a remercié le ministre, dont les efforts ont permis d’améliorer les conditions de travail du personnel, avec l’acquisition de matériel bureautique et de communication. Il a toutefois relevé des soucis liés au problème de locaux, au manque de personnel, toutes catégories confondues. Le personnel a également formulé le vœu de voir se renforcer son expérience dans l’administration centrale et dans les postes diplomatiques et consulaires.

« Attelons-nous aux chantiers de 2005 »

En réponse, le ministre Youssouf Ouédraogo a souhaité à son tour une bonne et heureuse année au personnel de l’administration centrale de son département ainsi qu’à celui des structures déconcentrées. Tout en exprimant sa reconnaissance au personnel pour les efforts déployés pour la construction nationale et le rayonnement du Burkina dans le monde, il l’a invité à se tenir prêt pour les prochaines rencontres internationales qu’abritera notre pays, à savoir le FESPACO et le Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEN-SAD. Des missions ont été organisées partout dans le monde, a-t-il dit, parfois à l’insu des médias, pour défendre les valeurs du Burkina, renforcer ou initier des relations de partenariat et de coopération entre notre pays et d’autres en Afrique, en Europe, en Amérique, en Asie ou encore avec des institutions d’intégration régionale et interrégionale.

Et avec le soutien et les orientations du président du Faso et son impulsion constante, a-t-il ajouté, notre politique extérieure a connu des avancées significatives, de sorte que notre diplomatie a réussi à graver la marque de notre pays dans la conduite des Affaires tant en Afrique que dans le reste du monde. Il a évoqué, à l’occasion, l’admission de notre pays au plan pour la coopération du président Bush et à l’AGOA, qui vont d’une part accroître, selon lui, le volume et la qualité de l’aide publique au développement des USA et ouvrir, d’autre part, les portes de ce pays en franchise de toutes taxes à de nombreux produits d’origine burkinabè.

Il a en outre recommandé qu’une importance soit davantage accordée aux missions consulaires que le ministère organise avec l’appui et le soutien d’autres départements ministériels, car, de son point de vue, au-delà de la délivrance de documents administratifs à nos compatriotes en vue de mieux assurer leur protection dans les pays de résidence, celles-ci constituent un bon mécanisme de rapprochement et de sensibilisation sur l’impérieuse nécessité pour eux d’investir dans leur pays d’origine.

S’agissant du manque de personnel, des efforts ont été faits, selon le ministre Youssouf, pour y remédier en recrutant 37 nouveaux agents afin de garder le cap de 40 agents en 2005 et 66 pour 2006. Quant au déploiement du personnel à l’extérieur, le ministre Youssouf Ouédraogo a indiqué que cela le préoccupe.

Cependant, il a invité les uns et les autres à ne pas occulter le fait qu’il doive être géré en fonction des moyens financiers mis à sa disposition et du nécessaire équilibre qui doit exister entre l’administration centrale et les services extérieurs, sans oublier les sollicitations qui sont formulées par les autres administrations de l’Etat. Il a même précisé que cet aspect est régi par des textes qui limitent le séjour à l’extérieur à 5 ans.

Mention spéciale a été faite à l’occasion, par le ministre, au Pr Mouhoussine Nacro, ainsi qu’à ses collaborateurs, qui ont travaillé à ce que voie le jour un institut diplomatique et de relations internationales à Ouagadougou. Cet institut a d’ailleurs ouvert ses portes en cette année accadémique 2004-2005.

Hamidou Ouédraogo
Observateur Paalga

Burkina : Libéré, l’ambassadeur Mousbila Sankara explique (...)
Burkina /Ministère de l’économie : Un taux de réalisation (...)
Burkina : Mousbila Sankara a été "enlevé"
Burkina : Un ancien leader politique saisit le Conseil (...)
Burkina : De plain-pied dans les pratiques politiques, (...)
Burkina : Le ministre Émile Zerbo de la Sécurité affiche (...)
Burkina : Il faut désormais dire "Président du Faso, chef (...)
Burkina : Le Socle citoyen pour la libération (SOCL) (...)
Relations AES-CEDEAO : « Je t’aime, moi non plus, doit (...)
Burkina : Affaires « lieutenant-colonel Somda Evrard, (...)
Burkina : Les conditions de « libération » et de « (...)
"Reprise" de Me Guy Hervé Kam : « Il a même demandé à (...)
Burkina : « De ce que nous savons aussi du lieutenant-colonel
Affaire "Me Guy Hervé Kam" : « Nous craignons pour la (...)
Conclusions Assises nationales : "Nul doute qu’avec la (...)
Me Guy Hervé Kam : Globalement, son état de santé va (...)
Burkina/Assises nationales du 25 mai 2024 : IB et la (...)
Affaire Guy Hervé Kam : Le mouvement SENS dénonce un (...)
Burkina : Des citoyens expriment leurs attentes pour (...)
Burkina/Assises nationales : « Une fenêtre d’opportunités à
Burkina/Assises nationales : Vers le pire scénario pour (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12537



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés