Actualités :: Droits de l’Homme en Afrique : Le nouvel élan de l’UIDH

L’Afrique réussira-t-elle à s’engager résolument dans les chantiers de la démocratie ? Question à multiples inconnues. Hier, l’Union interafricaine des droits de l’Homme (UIDH) a fait le diagnostic de la situation à son siège, à Ouagadougou, et proposé des pistes alternatives.

Guerres, impunité, dégradation massive des droits humains... Le président de l’UIDH, Halidou Ouédraogo, a égrené un chapelet d’obstacles au développement du continent africain. Exemples à l’appui, il a montré comment l’Afrique a frayé les chemins de sa descente aux enfers. Avec, souvent, la complicité de certaines puissances étrangères. Côte d’Ivoire, République démocratique du Congo, Rwanda, Soudan. Sans compter les multiples conflits latents qui constituent en soi, des bombes à retardement.

L’UIDH reconnaît que "des efforts sont déployés par des Etats, des regroupements d’Etats ou des institutions" pour ramener la stabilité et la paix dans ces pays. L’Union interafricaine des droits de l’Homme veut, elle, jouer pleinement sa partition. Son président, Halidou Ouédraogo, est formel : "Nous pouvons et nous sommes à même d’aider à la résolution de ces conflits".

En clair, dans les prochaines années, l’UIDH entend déployer davantage ses énergies pour la réalisation de son plan stratégique 2004-2007. "C’est un plan riche et réalisable", affirme Halidou Ouédraogo.
- Acte 1 : "amélioration de la situation des droits de l’Homme en Afrique, en liaison avec la paix et le développement du continent".
- Acte 2 : "renforcement des capacités opérationnelles".
- Acte 3 : "promotion, défense et protection des droits de l’Homme par l’information, l’éducation, le plaidoyer et le lobbying au niveau régional et international".
- Acte 4 : "mise en branle de l’observatoire de protection des droits des personnes vivant avec le VIH/Sida", officiellement lancé le 16 décembre dernier.

L’UIDH entend également mener des "missions d’intervention" dans les zones à conflits. "Les plus urgentes seront diligentées en Côte d’Ivoire et au Darfour", souligne Halidou Ouédraogo. Puis il ajoute que "de nombreuses publications sur la prévention et la gestion des conflits seront éditées". Et ce n’est pas tout : en 2005, l’UIDH créera une nouvelle dynamique d’actions avec les organismes d’intégration africains, notamment l’UEMOA, la CEDEAO, l’UEAC et la SADEC. Elle entend aussi "reprendre sa place d’observateur spécial à l’ONU", confie M. Ouédraogo. Il précise à ce sujet que des représentants de l’UIDH seront nommés à Genève, New York et Vienne. Bonne gouvernance, mouvement altermondialiste, actions d’alerte et de formation sont également inscrits dans l’agenda de l’UIDH pour l’année 2005.

Halidou Ouédraogo et ses camarades ont condamné l’assassinat du journaliste, Deyda Hydara en Gambie. Ils ont cependant décerné une mention spéciale au président sénégalais, Abdoulaye Wade. La raison est simple : en 2004, il a posé des actes concrets pour l’avancée de la démocratie en Afrique : antirétroviraux gratuits aux malades du Sida, abolition de la peine de mort, souscription à la dépénalisation des délits de presse. "Si tous les chefs d’Etat faisaient comme lui, l’Afrique aurait avancé", relève le président de l’UIDH.

Mais en attendant, Halidou Ouédraogo fait un triste constat : "Le continent reste pauvre du fait de l’exploitation dont il est l’objet et de la mauvaise gouvernance qui caractérise les gestions de ses dirigeants". L’UIDH veut justement contribuer à briser les chaînes de la malgouvernance.

Par Hervé D’AFRICK


Mention spéciale à Wade

Voici la lettre de l’UIDH adressée au président sénégalais Abdoulaye Wade, pour ses "actes concrets dans le sens de la protection de la vie".

"Monsieur le président et cher frère,

L’Union Interafricaine des Droits de l’Homme vous félicite chaleureusement et vous soutient dans les nombreuses initiatives prises dans le domaine des droits de l’Homme cette année 2004.
- 1) Lors de la conférence internationale sur le VIH/Sida, tenue à Dakar, vous avez marqué votre ferme volonté de rendre accessible et gratuitement, les antirétroviraux (ARV). Cette décision a fait le bonheur des personnes vivant avec le VIH/Sida.

- 2) Dans le même temps, vous venez de souscrire à la dépénalisation des délits de presse. Pendant ce temps, certains chefs d’Etat en sont à chercher par quelle voie enfermer les journalistes dans une camisole de force.

- 3) Le Sénégal vient de supprimer la peine de mort, donnant encore une fois l’exemple et montrant que l’acte d’ôter la vie n’est pas dissuasif.

Au total, 3 actes, 3 positions qui réjouissent les militants des droits de l’Homme que nous sommes.
Aujourd’hui en Afrique, il convient d’aller au-delà des mots et de poser des actes concrets dans le sens de la protection de la vie.

L’UIDH vous félicite, Monsieur le Président".

Halidou OUEDRAOGO
Le Pays

Ouagadougou : Le Mouvement burkinabè pour la démocratie (...)
Adoption de la loi sur les conditions d’entrée et de (...)
Gestion du foncier au Burkina : le gouvernement met en (...)
Sanctions contre le Niger : Le président du CDP en (...)
Burkina / Évaluation des membres du gouvernement : Nandy (...)
Burkina / Évaluation des membres du gouvernement : (...)
Burkina / Crise sécuritaire : « La résolution passe aussi (...)
Burkina : « Il faut réviser la charte pour permettre à la (...)
Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec (...)
Enlèvement de Me Guy Hervé Kam : L’opposant sénégalais (...)
Hommage à Bongnessan Arsène Yé, metteur en scène des (...)
Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, (...)
Burkina / Retrait des pays de l’AES de la CEDEAO : Des (...)
Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons (...)
Sécurité du président : « Pour ma personne, je n’ai pas (...)
Burkina : « On va organiser les élections comment à (...)
Pr Hamidou Sawadogo : « Le retrait du Burkina, du Mali (...)
Retrait des pays de l’AES de la CEDEAO : L’Union (...)
Les Etats du Liptako Gourma quittent la CEDEAO : La (...)
Burkina : Le chef de l’Etat, Capitaine Ibrahim Traoré, (...)
Burkina/Politique : Eddie Komboïgo demeure le « seul et (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12453


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés